?

Log in

aspexplorer
Pour éditer mes photos, j'utilisais jusqu'à il y a peu Paint Shop Pro (oui, je l'avais acheté). Le CD ne fonctionnant plus, je m'étais mis en quête d'une alternative qui ne coûte pas 600 balles, et je m'étais re-tourné vers GIMP, supposant que depuis dix ans, ils avaient amélioré un peu l'interface.

Ah ah ah ah ah !

Bon, alors imaginons un scénario totalement échevelé, un truc absurde : j'ai une photographie au format jpg qui fait 7360x4912 pixels. Pour des raisons qui tiennent probablement de la psychiatrie, je souhaite redimensionner cette photo à 800 pixels de large et la sauvegarder dans ce même format, en augmentant le taux de compression, afin de la poster, par exemple, sur un blog !

Évidemment, dans la vraie vie, ça ne se produit jamais, hein, c'est juste un user case échevelé fomenté dans mon esprit malade, mais supposons.

Dans l'idéal voici ce que j'attends, en tant qu'utilisateur :
- L'application se lance
- J'ouvre la photo qui s'affiche au maximum de la taille affichable dans l'UI
- Je vais dans le menu "Image"
- Je clique sur "Redimensionner"
- Un panneau s'affiche, avec bien en évidence la taille de l'image, et je peux redimensionner en pixels ou en pourcentage de l'orginial, ce paramètre restant mémorisé pour la prochaine utilisation
- Par défaut, les dimensions de l'image sont lockées l'une à l'autre : si je redimensionne la largeur à 800, la hauteur va se mettre à 534
- Je clique, l'image se redimensionne et s'affiche à sa taille cible sans que j'ai à me préoccuper de taille d'impression, de mode de redimensionnement ou autre abstrusités
- Je clique sur l'icône qui ressemble à une disquette
- Un panneau de sauvegarde apparaît, qui me propose d'emblée de sauvegarder l'image au format jpg, dans le répertoire d'origine, à la résolution choisie lors du dernier enregistrement
- Je modifie ces paramètres à ma guise et sauvegarde
- Voilà...

Dans GIMP :
- L'application initialise le script-fu, les greffons, les trucs et les machins, à chaque fois
- J'ouvre la photo qui s'affiche dans une fenêtre séparée, de taille aléatoire et tronquée en bas, tandis que les barres d'outil sont perdues sous un tas de feuilles.
- Je vais dans le menu "Image"
- A force d'habitude, je sais que parmi les options proposées, la seule utile est "Echelle et taille de l'image"
- Les paramètres me conviennent, quelle chance ! Au lieu du traditionnel "OK", je dois cliquer sur "Echelle"... Ah ?
- Et maintenant, sauvegardons ! Pas d'icône ? Allons dans le menu Fichier/Enregistrer sous... Ben, c'est quoi ce format xcf à la con ?
- Oui, GIMP n'enregistre les images qu'à son propre format, le xcf. C'est comme ça. Vous voulez faire un jpg ??? Vraiment ? Quelle idée ! Bon, je vous donne un truc, mais il faut pas le répéter hein ?
- Il faut aller dans le menu EXPORTER ! Mais oui !
- Là, vous pouvez choisir le format de sortie parmi les 35 proposés. jpg, qui est un format assez obscur, est dissimulé au milieu du classement.
- Notez que le nom de sortie du fichier va rester à l'original. Si vous avez ouvert un png, GIMP va créer un jpg qui s'appellera .png, c'est tellement pratique.
- Un nouveau panneau s'affiche, qui vous demande d'entrer la qualité d'image cible. Vous avez un bouton pour enregistrer vos préférences, ça vous détendra (le logiciel n'en tiendra aucun compte, c'est juste là pour vous faire marrer).
- Ouf.

GIMP est symptomatique du logiciel libre. Tout le monde se précipite pour faire des greffons qui vont améliorer de 3% la compression bilinéaire du voxelshape bumpmap strapping matriciel en mode architecture distribuée, parce que ça impressionne les copains et ça fait mouiller les filles (paraît-il), mais personne ne s'est jamais demandé à quoi les vrais utilisateurs utilisaient ce logiciel. Depuis vingt ans, c'est toujours aussi pourri et dans les faits, inutilisable.

Et le pire, c'est le déni dans lequel vivent les supporters de GIMP qui vont vous soutenir mordicus qu'il y a une bonne raison à tout ça, que vous êtes un con et qu'avec un peu d'habitude...

OK. Et comment ça se fait qu'après vingt ans, il n'y ai toujours pas d'outil pour faire du traitement par lot ? Hein ? Genre, le type qui a pris 30 photos et qui veut les redimensionner toutes les trente ? C'est pas compliqué, tous les softs un peu sérieux le font. Pas GIMP.

Du coup j'ai découvert paint.net, c'est pas mal.
 
 
aspexplorer
19 July 2017 @ 07:04 am
Lorsque Asp, fils des âges farouches, se rend à la Défense pour chasser l'urubu rouge, il n'emporte que son pagne, son coutelas et son collier de griffes.


Le coutelas, fait d'ivoire de chipiron des Andes, est utile pour lutter contre les goraks, mais aussi pour lui indiquer avec constance le chemin de la cantine.

Le collier de griffes, seul souvenir de son père Craô-le-sage après la destruction de la tribu par me Mont-qui-Prout, symbolise les cinq qualités :
  • La force
  • Le courage
  • L'étanchéité
  • La congruence
  • L'endoderme
  • Le rayon de Schwarzschild
 
 
aspexplorer
18 July 2017 @ 06:51 am
Jean-Luc ? Une explication ? Quelqu'un a vu Jean-Luc ? Jean-Luuuuhuuuuuc ?




Je me suis procuré le dernier album de Cellar Darling, qui est aussi le premier, eh bien j'espère pour Eluveitie que leur prochaine galette va défoncer, parce qu'il y a de la concurrence.

Pour ceux qui l'ignorent, Eluveitie est un groupe Suisse emblématique du folk metal, c'est à dire du metal faisant la part belle aux mélodies du folklore Européen et aux instruments traditionnels. Le drama de l'an dernier, c'était que trois des membres du groupe l'avaient quitté (bon, c'est vrai qu'ils sont 425 sur scène). On a su plus tard que l'un des membres s'était fait virer, et que ça n'avait pas plu aux deux autres, qui l'avaient suivi, et en particulier, dans le lot, il y avait la vielliste (qui joue de la vielle à roue, mais oui) Anna Murphy. Cette dernière avait pris pas mal de place dans Eluveitie, car en plus, elle chante plutôt pas mal, et faisait donc l'essentiel des voix féminines. Du coup, maintenant, elle fait les voix pour son nouveau groupe, donc, Cellar Darling, et elle se débrouille franchement bien, même si on peut déplorer, comme c'est souvent le cas chez les formations contemporaines, un surajout d'effets d'un goût pas toujours exquis. Les deux groupes sont chez Nuclear Blast.

Question concerts, les parisiens pourront écouter Cellar Darling en première partie de Delain le 26 octobre à l’Alhambra et Eluveitie au Cabaret Sauvage le 2 novembre. Il faut juste pas qu'ils se croisent dans les couloirs.
 
 
aspexplorer
17 July 2017 @ 06:41 am
J'ai été à Guimet voir la nouvelle expo sur les ors asiatiques.


Le sujet est vaste. L'expo est gratuite (une fois qu'on a payé
l'entrée normale du musée), car c'est une expostion des fonds du musée.



Celui-là par exemple, je l'avais déjà vu moult fois.


Mais c'est l'occasion de photographier ces pièces dans un autre contexte


Les tibétains avaient un goût particulier pour l'or (qu'ils produisaient)


Les mille bras vus de dos


Des inri


Des tsubi


Un vase en biscuit contemporain


En parlant de contemporain, il y avait aussi des œuvres d'une artiste
appelée Prune Nourry. Je ne suis pas un fan d'art con mais j'ai finalement
trouvé que c'était une démarche intéressante et une artiste qui a le mérite
de sortir de son petit monde à la con. Par exemple, pour parler de la
condition féminine, elle ne nous parle pas de manspreading, de 5% de salaire
en moins, ou autres "combats" de pétasses privilégiées. Elle va en Inde.
Elle va en Chine. Là où il y a de vrais problèmes. Et elle rencontre des gens.
Tags:
 
 
aspexplorer
16 July 2017 @ 08:45 am
Non mais vraiment...

>> y'en a qui cherchent les emmerdes <<

Voici qui ne risque pas de m'arriver, et voici pourquoi :
  • Je n'ai rigoureusement aucune idée de ce que peut chanter Coldplay
  • Le SdF, j'ai déjà donné, on ne m'y reverra plus (sauf éventuellement pour le Babymetal Topless Tour 2022)
  • Je garde mes (14) billets bien au chaud scotchés au mur
  • Je ne les photographie pas
  • Je ne les poste pas
  • Je ne les montre pas à mes collègues
  • Je ne pense pas que ça intéresse tant de monde que ça, finalement, d'aller voir les Göthik Vorpal au Petit Bain en novembre
 
 
 
aspexplorer
15 July 2017 @ 11:10 pm
Il se glisse dans des souterrains moites et étroits pour trouver des homos, sa méthode va vous étonner :

>> là <<
Tags:
 
 
aspexplorer
L'autre jour, je me promenais innocemmnet dans la nature, quand soudain, j'entendis les propos peu amènes que je vous retranscris ci-dessous, et dont je n'ai pas réussi à isoler la provenance exacte.

" Ah tiens, revoilà l'autre con avec sa gueule de sportif du dimanche. Alors, on est venu faire sa petite randonnée ? On croit encore qu'on va perdre ses kilos avant l'été ? Eh ducon, c'est pas en marchant cinq minutes par mois que tu vas expier tes saucisses de Toulouse sauce forestière ni tes paquets de BN ! Et puis tu pourrais aller chez le coiffeur, et puis acheter quelques fringues décentes aussi, c'est le soldes, même un crevard comme toi peut trouver de quoi faire. Sérieux, on dirait un réfugié Moldave ! Oh, j'avais pas remarqué la démarche ! Les pieds en pronation, les genoux vers l'extérieur, les bras ballants, l'air niais, mais c'est les aventures de Captain Cotorep ! Eh, reviens ducon, j'ai pas fini ! Attends, j'ai des framboises bien mûres là, y'a pas du tout cinquante Maliens qui ont pissé dessus cette semaine, vas-y, gave toi connard, GAVE TOI ! C'est bien, t'as apprécié la punaise aussi ! C'est bon hein ? Allez, tire-toi, paumé, j'ai des vrais randonneurs qui doivent passer, je voudrais pas qu'on dise que je suis mal fréquenté. "

Où diable étais-je ? ♣♣♣♣




Arch Enemy vient de sortir le premier clip de son prochain album


Eh oui, vous l'aviez tous deviné tellement que c'était facile : j'étais sur le chemin critique.
 
 
aspexplorer
13 July 2017 @ 06:56 am

Breaking news : un glaçon est tombé dans l'eau. Va-t-il flotter ? Va-t-il couler ? Va-t-il fondre ? Y a-t-il un risque de radicalisation ? Est-ce un danger pour la navigation des pingouins ? Nous allons recevoir dans un instant Jean-Yéti Schmürtz professeur de glaçonnologie à l'Université de Bruges, le colonel (en retraite) Jean-Toutcourt Cerneaupoilu, expert en défense et vétéran de la bataille de Bouldeneige, et Christophe Barbier, qui traînait dans les couloirs, pour réagir au plus juste sur les derniers développements de cette préoccupante affaire.
Tags:
 
 
aspexplorer
" ...en effet cher Maître, c'est une affaire très délicate. Vous n'êtes pas sans ignorer que la guerre a laissé de nombreuses traces entre nos deux nations, des feux mal éteints. Bien sûr, vous avez tout mon soutien, et celui de mon ministère, hélas, il y a des forces contre lesquelles un modeste Secrétaire d’État peut difficilement lutter, des personnes, des donneurs de leçon, qui ont du mal à comprendre que face à la barbarie, un homme soit parfois obligé à composer pour survivre. Bah, les choses suivront leur cours, vous savez, la France, c'est un pays où les choses vont lentement. Sinon, dans un tout autre ordre d'idée qui n'a rien à voir, j'ai une autre question qui vous concerne personnellement. J'ai une de mes administrées, une madame veuve Grombard, qui voulait savoir si votre secrétariat avait reçu son invitation ? C'est une bien brave dame, madame Grombard, quelqu'un de courageux vous savez. Êtes-vous déjà venu à Saint-Mandé ? C'est une petite cité tout à fait charmante, typique de la petite ceinture de la banlieue parisienne. Si jamais vous passez par là, peut-être pourrions nous à nouveau deviser de vos affaires, n'est-ce pas ? "

 
 
aspexplorer
11 July 2017 @ 06:42 am

Kansas Kid se réveilla en bien mauvaise posture. Attaché au poteau de torture, il reconnut les accents sinistres de la danse de mort des Arapahos. Sous le masque de cuir et d'os, il devinait que son redoutable ennemi, Cheval-Fourbu, l'homme-médecine qui avait assassiné de sang froid son fidèle Bucky. Le sang de Kansas Kid ne fit qu'un tour, mais la morsure cruelle des cordes autour de ses poignets lui rappela sa captivité. Parmi les spectateurs, se trouvait le chef Taureau-Courageux, ainsi que Grand-Chacal, son fils, que notre héros avait sauvé jadis des griffes de Sneaky Pete et ses mercenaires.
" Je suis Kansas Kid, je ne suis pas l'ennemi du peuple noble Arapaho !
- Chien, toi subir mille morts de l'ennemi vaincu.
- Silence, Homme-médecine, moi parler. Nous savoir qui toi être, Kansas Kid, lui répondit le chef. Toi venir sur terre sacrée des Arapahos. Mon coeur saigne. Telle est la loi des Arapahos, toi mourir.
- Cela ne compte-t-il pas que j'ai aidé votre peuple ? Cela ne compte-t-il pas que j'ai porté secours à vos squaws et vos papooses lors de la grande inondation ?
- Il y a nombre de lunes de cela. J'ai consulté les ancêtres. Le Grand Esprit a parlé. Toi mourir.
- Mais la loi des Arapahos, moi aussi, je la connais. J'ai le droit de demander le Wigawandohaha, le duel à mort, contre un de tes guerriers.
- Je perçois une duplicité dans le discours de cet anglo-saxon, immolons-le incontinent !
- Hein ?
- Je veux dire, visage pâle a langue fourchue, a mort !
- Mais... Cheval-Fourbu, tu n'es pas un indien !
- Évidemment que je suis un indien, putain, ça se voit pas ? Les plumes, le pagne, les peintures...
- Non mais Roger, laisse tomber là, t'es ridicule.
- Mais... Taureau-Courageux, toi aussi ?
- Oui, oui, moi aussi. Objectivement, je suis Hongrois, c'est vrai.
- Hongrois ?
- Professeur Laszlo Szemegri, de l'univeristé de Budapest. C'est une longue histoire. En fait, ça a commencé comme une expérience d'anthropologie expérimentale, et puis de fil en aiguille, on est un peu devenus une communauté autogérée. Bref...
- Mais alors, il n'y a pas un seul indien dans tout le village ?
- Eh bien... si, si, il y a Vipère-Assise. Un valeureux guerrier.
- C'est déjà ça.
- Il n'est pas là, d'ailleurs. Jenny, as-tu vu le professeur Rahmandranarabadh ? "




Une erreur s'est glissée dans cette
image. Sauras-tu trouver laquelle ?