?

Log in

aspexplorer
29 June 2016 @ 06:51 am
Quand le péril menace, quand les innocents sont en danger, quand les forces du mal ou les éléments déchaînés, aussitôt, ils sautent dans leurs fusées bariolées et accourent pour démontrer des théorèmes. Alors c'est vrai, de prime abord, on peut dire que ça ne fait pas avancer le problème, on est bien d'accord... Qui sont-ils, ces héros intrépides ? ♣♣♣♣




In a parallel universe...
(Marina, Ayaka et Airi, de Sakura Gakuin)
 
 
aspexplorer
28 June 2016 @ 06:53 am
Ce qui était bien avec le Hellfest, c'est que pendant trois jours, j'étais complètement coupé du monde, complètement loin de tout ce qui se passait, de Daech, du foot, du brexit, du boulot, et même, dans une certaine mesure, j'ai pensé à autre chose qu'à Babymetal.

Mais le Hellfest est fini, et j'ai rechuté.


Le Dieu Renard fait de nouveaux adeptes


Il a dû en avoir marre de retrouver
des têtes de cheval dans son lit




Demain, je vous posterai une amusante
UNBOXING VIDEO
de cette jolie boîte que j'ai trouvé dans
le grenier de mon grand-père
(celui qui était électricien)

STAY TUNED !

 
 
aspexplorer
27 June 2016 @ 06:50 am
Que m'inspire le brexit ?

Les brumes du temps s'écartent, et deux scénarios s'ouvrent.

Scénario 1, dit "le fion" : on va priver ces malotrus d'Anglais de leurs velléités d'indépendance, soit en les faisant revoter (à la hollandaise), soit en se démerdant pour ne pas tenir compte du référendum (à la française). Parce que la démocratie, c'est bien tant que le peuple vote comme il faut.

Scénario 2, dit "à l'anglaise" : il ne va rien se passer pendant 2 ans (délai de négociation prévu par l'article 50 du traité de Lisbonne), puis un an supplémentaire (prévu aussi), puis on trouvera un moyen de sortir FORMELLEMENT la Grande-Bretagne de l'UE tout en s'arrangeant pour que dans les faits, rien ne change. Donc on aura un pays extra-européen, mais adhérent à l'accord de libre-échange, de libre circulation, à Erasmus, à tout le bordel. Ils ne paieront pas les cotisations, ne toucheront pas les subventions, n'enverront pas de guignols à Bruxelles mais dans l'ensemble, business as usual.

Dans la pratique, ça va coûter quoi aux rosbifs, le brexit ? Rien. L'Union Européenne, ça ne sert à rien. C'était, à la base, une zone de libre-échange, sauf que si dans les années 60, c'était quelque chose de novateur, depuis, le modèle a fait école. Il existe aujourd'hui une zone de libre-échange mondiale, gérée par l'OMC. Ça fait 22 ans que ça dure et ça marche très bien. Ça a permis à l'essentiel des pays du tiers-monde d'accéder à une certaine prospérité, ou en tout cas, d'échapper à la misère. Il n'y a qu'une seule zone du monde qui n'ai pas profité de la prospérité planétaire générale, d'ailleurs, et c'est l'UE. Alors on peut toujours fantasmer sur le fait que "la City va quitter Londres", dans la pratique, ça m'étonnerait que ça se produise. Pour aller où ? En France ? Au Portugal ? En quoi est-ce gênant pour les institutions financières mondiales d'être sur une île plutôt qu'amarrées à un continent qui coule ?

Mon sentiment, c'est que la Grande-Bretagne n'est pas isolée. Elle n'est pas seule, elle est la première à prendre acte de la stupidité de la construction européenne, dans son idée même, et d'en tirer les conséquences logiques. Bien sûr, nous autres Français auront encore à subir vingt années durant les choix idéologiques calamiteux de notre zélite que le monde nous envie, avant que les réalités ne nous rattrapent et ne nous forcent à voir qu'en fin de compte, nous serons les derniers membres de l'Union.


Bilan Hellfest, suite et fin.

Bon, donc finalement, je suis allé au Hellfest. Arrivé sur place, j'ai été dans les bouchons pendant 3h avant de trouver une place au parking Perpetlesoies, ce qui m'a bien chauffé, puis j'ai marché houatmilzob kilomètres à travers monts et vaux et en chevauchant les barrières de l'autoroute, tente Quechua sous le coude, pour m'installer diamétralement à L'AUTRE BOUT des campings, et ce faisant, je me suis dit : "Putain, c'est pas demain la veille qu'ils me reverront dans leur fest à la con".

Trois jours plus tard, j'en viens à considérer qu'il n'est pas impossible que j'en sois à nouveau en 2017. En fait, la seule chose qui pourrait m'en empêcher, c'est l'annonce du Babymetal Topless Tour qui passerait à Paris ce week-end. Oui, le Hellfest, c'est génial, voilà.




Ton héros Asp Explorer est habilement dissimulé
dans cette vidéo, sauras-tu le retrouver ?
Tags:
 
 
aspexplorer
26 June 2016 @ 01:22 pm
Dimanche après-midi, je n'ai guère décollé des environs des mainstages, pour la raison que nombre de formations s'y produisaient dont il m'agréait de voir ou revoir les prestations.

Tarja c'est, pour les trois analphabètes musicaux qui restent, le projet solo de Tarja Turunen, la première chanteuse de Nightwish (celle à qui toutes les chanteuses de métal symphoniques sont rituellement comparées d'un "ouais, c'est sympa, c'est pas Tarja, mais ça se laisse écouter). On admirera comme de juste la puissance vocale de cette légendaire interprète, ainsi que son évident enthousiasme sur scène, mais certains éléments rendent le show peu efficace, comme l'immobilité des musiciens, l'aspect spartiate de la scène, la robe d'enterrement de l'intéressée.


Tarja Dirladada (on rit on s'amuse)

Les bardes de Blind Guardian ont fait leur set sans broncher devant un public acquis à leur cause. Il me hâtait de les revoir, je ne suis pas déçu, si ce n'est par la brièveté du concert. Mêlant vieux succès et extraits de leur "récent" album, les teutons finissent classiquement par l'acoustique "the Bard's Song", suivi de "Mirror Mirror". Sinon, niveau fringues, c'est toujours aussi extravagant : chemises noires, pantalons noirs...


C'est vrai qu'un gardien aveugle, quand on
y réfléchit, ça doit pas être très efficace

Puis, c'est le moment du concert de Calogero. Comme de coutume, les premiers coups de batterie surprennent les innocents maladroitement aventurés dans le pit, avant que les riffs démoniaques de "Repentless" ne leur déboîte le cérumen. Un hymne à la brutalité mené par Tom Araya en bonne forme, seul petit regret : ces corneculs sont toujours incapables de faire une balance correcte entre les deux guitares, et donc, les spectateurs de droite ont raté les solos de Gary Holt, et ceux de gauche ont manqué ceux de Kerry King.


Encore merci Calogero !

La nuit arrive doucement, et avec elle ses fantômes. Eh oui, les joyeux ludions de Ghost sont de retour, avec cette fois, toute la grosse artillerie, des nonnes distribuant des capotes, les enfants de la chorale de Clisson, et Papa Emeritus en mitre et chasuble (pour le début du set). Pour le reste, la part belle est faite à Meliora, et on termine comme il se doit par "Monstrance clock". C'est tout de même cool de faire beugler les paroles de "Year Zero" tandis que la pleine lune s'élève doucement entre les deux mainstages. Je ne comprends pas ce qui a pu faire croire aux associations chrétiennes que les concerts de Ghost sont des parodies de messes noires, vu que de toute évidence, CE SONT des messes noires.


Hail Satan

Et justement, après la messe noire, si on enchaînait sur une autre ? Bon, est-ce nécessaire de présenter Black Sabbath ? Sans eux, le Hellfest serait un festival de jazz manouche. Ils sont là, toujours vaillants, Geezer Butler et Tony Iommi, les éternels compères, toujours aussi virtuoses de leurs instruments. Sérieux, indépendamment de leur carrière, ils ont la classe. Et puis, il y a Ozzy, qui chante toujours aussi mal qu'il y a 45 ans, mais on s'en fout, c'est Ozzy. Les trois premières notes arrivent, c'est Black Sabbath, c'est beau, c'est le metal. Merde J'AI VU UN CONCERT DE BLACK SABBATH ! Je peux mourir en paix maintenant. Hein ? Ah oui merde, Metallica...


C'était géant

Après ces émotions, je ne suis pas resté pour les derniers concerts, en outre j'avais de la route le lendemain. Et donc, au petit matin blême, je m'en repris mon puissant véhicule, passant devant ce panonceau abandonné qui résumait bien à lui seul l'ambiance de ce festival peu commun.


Loul

Sinon, je m'aperçois que j'ai omis de vous parler d'un concert du vendredi qui m'avait bien scotché, celui de Halestorm. C'est pas que je sois devenu particulièrement fan de leur musique, mais force m'est de reconnaître que Lzzy Hale a bouffé la mainstage à elle toute seule. C'est Phil Anselmo avec des nichons cette fille.


A vulgar display of power
 
 
aspexplorer
25 June 2016 @ 09:38 am
Il est difficile de résumer les trois semaines du Hellfest en un post (officiellement ça dure trois jours, mais j'ai l'impression que ça a été trois semaines). J'ai vu tant de concerts que je m'y perds. J'ai tout de même été frappé par quelques prestations.

Myrkur (samedi au Temple) : un étrange mélange de black et de symphonique. Myrkur, c'est une demoiselle, la Danoise Amalie Bruun, qui fait tout sur ses albums, et rameute quelques talentueux instrumentistes sur scène. C'est un peu étrange de voir apparaître cette diaphane créature en robe verte armée d'une très agressive BC Rich Warlock. On peut trouver étrange le stand en bois avec deux micros. Y a-t-il donc deux chanteurs ? Non, il n'y a qu'une seule chanteuse, mais deux voix : une claire (très claire) et une gutturale (très gutturale). C'est vraiment très bien et il ne manque qu'un peu de communication avec le public pour que Myrkur ne s'attire un public plus large.


Myrkurette dans ses oeuvres

Backtrack (dimanche à la Warzone) : des nouillorquais qui font du hardcore. Un set bref, avec un frontman dont la mobilité sur scène approche celle d'une babymetal. Le gars ne ménage pas ses efforts pour impliquer son public, jetant même son micro dans les premiers rangs comme pour aller à la pêche. Du reste, et malgré l'heure matinale (midi), il parvient à susciter l'enthousiasme des amateurs.


Le vocaliste


Ambiance dans le pit

Foreigner / Twisted Sisters : Deux concerts que je range dans la même catégorie, à savoir "vieux groupes que je connaissais pas plus que ça mais putain, comment c'était des bons concerts". Preuve que l'expérience de professionnels aguerris est aussi importante que la fougue de la jeunesse.


Foreigner
 
 
aspexplorer
24 June 2016 @ 08:36 am
Un des concerts que j'attendais le plus au Hellfest était celui de Skalmold, un groupe de viking metal Islandais qui m'avait fait forte impression en ouverture d'Eluveitie. J'arrive au Temple (qui est, pour les ignorants, l'une des 6 scènes du Hellfest) bien en avance, pour constater que les fans s'amassent déjà devant la barrière. Je suis bien inspiré, car nos joyeux insulaires arrivent pour faire longuement et méticuleusement leur balance, nous gratifiant même d'un petit bout de morceau à notre grande joie. Peu de groupes, je le note, seront aussi scrupuleux dans leur setup.


Bref, ils arrivent, et enchaînent avec brio les morceaux de leurs trois albums, déclenchant dans la foule une assez impressionnante réaction. Je laisse parler les images.

Diantre, mais quel est donc ce vaste espace dégagé qui s'ouvre derrière moi ?


Mais où vont donc tous ces gens ?


MAIS C'EST EXTRÊMEMENT VIOLENT !!!

Comme de coutume, il sont fini par "Kvadning". C'était sauvage.

J'étais vachement content.



 
 
aspexplorer
21 June 2016 @ 02:14 pm
Vendredi soir, il y avait au Hellfest un concert de Magma. A la sortie, je me disais donc "bon, c'est sûrement le truc le plus zarb que j'écouterai jamais".

Ce sentiment dura une heure, car le set suivant, c'était Sunn O))).


Je ne que

Et pendant une heure, je suis resté genre. Genre.

C'est pas que ce soit bien ou mal. C'est pas que ce soit agréable ou désagréable. Un concert de Sunn O))), ça remet en cause pas mal de choses sur les concerts. Par exemple, la notion d'instrument. La notion de musicien. La notion de morceau. La notion de note. La notion de musique.

Il y a des vidéos qui circulent sur internet mais je vous déconseille de les visionner pour vous en faire une idée. Je veux dire, sans un son HD multipistes et des enceintes bose à des briques, vous n'arriverez pas à comprendre ce que c'est que Sunn O))). Et même avec ça, vous n'en aurez qu'une vague idée.

J'étais allé là-bas parce qu'il y avait le concert de Rammstein au même moment et que c'était impossible d'approcher en vue de la scène, alors autant pas perdre mon temps et voir autre chose. Il y avait genre huit amplis sur la scène pour tout décor. Je me disais "j'espère que ça ne va pas être trop pollué par les beuglement des teutons", mais dès que ça a commencé, j'ai compris que Till Lindemann aurait pu venir me hurler "es wunderbar" dans le cornet acoustique, je ne l'aurais pas entendu. Il y a des groupes dont l'ambiance sonore vous enveloppe, Sunn O))), ça travaille en pénétration.

Et alors je suis resté comme un con, là, pendant une heure. Et puis je suis rentré à ma tente en me disant : "What the fuck ?"

A écouter si ils passent près de chez vous.
 
 
aspexplorer
20 June 2016 @ 06:23 am
(17 ans)
Tags:
 
 
aspexplorer
16 June 2016 @ 07:58 am
Il est bon parfois de se retirer du monde quelques jours pour retrouver dans quelque lointain cambrousse, dans ce pays réel si beau, si tranquille, cette France éternelle, terre de nos ancêtres, à laquelle nous sommes si légitimement attachés. Oui, il me faut moi aussi, parfois, retrouver ma ruralité, retrouver le sens des vraies valeurs parmi les champs, troublé parfois par le vol d'une libellule ou le piaillement d'un bouvreuil. C'est ainsi que ce week-end, je m'en vais dans l'ouest, dans l'arrière-pays Breton pour être précis, dans le but de me délasser des trépidations de la vie citadine dans quelque petit patelin paumé. Du coup, pas de post. Bye !


Je ne vais pas vous laisser sans aucune Babymetal quand même.


Moametal
Tags:
 
 
aspexplorer
15 June 2016 @ 08:12 am
Ça y est, au Download, j'ai trouvé ma voie ! J'ai plaqué mon boulot de merde et j'ai décidé, moi aussi, de devenir ORGANISATEUR DE FESTIVAL DE METAL !

\m/ +.+ \m/

Allez, viendez tous ce week-end pour la première édition du ASP FEST ! Avec une GROSSE AFFICHE !



Sinon, un peu de sagesse :