?

Log in

 
 
26 September 2016 @ 06:49 am
Arch Enemy + T.A.N.K + Benighted + ATSC à la BAM (Metz), 23 septembre 2016  
C'est donc en ce début d'automne que je me décidais à découvrir la belle terre de Lorraine, si chargée de tragique histoire. Tragique, oui, en effet, puisqu'en deux jours, je ne parvins pas même à manger une seule quiche. Mais j'étais pas venu là pour ça. En effet, ce qui m'amenait sur les bords escarpés de la Moselle, c'était l'amour de l'art lyrique.

La BAM est une salle de concert moderne et bien conçue, située à une station de "Mettis" dont le nom (Hauts de Blémont) aurait dû me mettre la puce à l'oreille : oui, c'est bien au fin-fond de la cité des 4000 sauvageons que m'amène mon penchant coupable pour les musiques puissantes. Après un bref passage au merch, et un passage un peu moins bref au bar, me voici prêt à découvrir T.A.N.K.

Il s'agit d'un groupe de death français, mais c'est bien quand même. Certes, la salle est très clairsemée à cette heure, pourtant, au bout d'un moment à ramer, le frontman arrive à secouer quelques pulpes. Le premier mosh pit s'organise, ou se désorganise. Bon, deux mecs, c'est pas terrible, mais c'est un début. Au final, un peu de monde étant rentré, il réclame un wall of death. Eh bien, tout de suite, ça devient intéressant, car ces braves gens se collisionnent joyeusement (je décide du reste d'apporter ma modeste contribution à cette œuvre salutaire).


Les tankistes chargeant leurs armes


Vous voyez Enrico Macias ? Ben
c'est pas du tout dans cet esprit.

Puis, arrive un autre groupe français monsieur, Benighted. C'est une formation oscillant entre death et black (gruik !). Le frontman, homme d'expérience, n'a visiblement pas que des ennemis dans la salle, car ça démarre tout de suite par un beau concours de slam, de pogos, et un petit wall of death (où je me démonte le genou). La physionomie "carrée" de la BAM s'y prêtant, un superbe circle pit se donne, où je me fais une joie (j'étais fort enjoué en sortant du bar). Quelques morceaux plus tard, un second circle pit a lieu, mais plus chaotique, à telle enseigne que votre serviteur se retrouve par terre (et c'est sans doute là que je me suis niqué le coude). Bref, un concert fort amusant, dans un bon esprit metal, mais toutefois, je décide d'arrêter là les conneries.


Le gratteux de Benighted


Are you ready to mosh ?


Ah oui...


Gruîîîîî


Bref, c'était pas un concert pour les fillettes

Puis arrive "And then she came", un groupe qui détonne un peu dans la soirée, car c'est pas du tout du death, c'est même à la limite du rock et de l'electro. D'un certain point de vue, tant mieux, ayant perdu quelques points de vie, je ne tenais pas tant que ça à rentrer par le SAMU. ATSC est mené par une chanteuse coréenne francophone (?) qui ne ménage pas ses efforts pour tenter de soulever l'adhésion d'un public un peu trop hardcore - à mon sens, ils auraient plus leur place dans un festoche généraliste. Néanmoins, ce n'est pas désagréable à entendre, et encore moins à regarder.


C'est quand qu'elle arrive ?


And then she came.
Vous savez ce que je pense du metal quand
c'est fronté par des petites asiats ? Hein ?

Et pis, y'à Arch Enemy. Je les avais déjà vus - sans les connaître - à Bercy en ouverture pour Nightwish, les voici main dish à Metz. On ne peut qu'admirer l'allant d'Alissa White-Gluz von Frankenstein et son métier de leader, et si elle n'a pas tout à fait la sauvagerie d'Angela Gossow, elle compense par son aisance vocale. Le combo canadien déroule ses tubes à la grande joie d'un public conquis d'avance. Moi, j'essayais de rester debout en bordure du pit, malgré les flux et reflux de la foule, et j'ai réussi à prendre quelques photos malgré tout.


Tiens, on dirait qu'Arch Enemy arrive


Michael Amott, l'âme du groupe, à ne pas
confondre avec Martin Amott du Café de la Gare



La belle Alissa, et sa tenue de scène très travaillée


Une petite corna pour finir

Puis, je me suis traîné jusqu'à l'arrêt de bus, et de là, jusqu'à l'hôtel (où la réceptionniste a fait une drôle de gueule en me voyant débarquer hirsute, en treillis/t-shirt à tête de mort/démarche de Long John Silver), et j'ai fait un gros poupoute.

C'était une excellente soirée.