?

Log in

No account? Create an account
 
 
19 October 2016 @ 06:56 am
Band Maid à la Boule Noire, 16 octobre 2016  
Je n'épiloguerai pas plus sur l'étrange cheminement mental qui me fit me rendre, ce dimanche soir, dans la modeste salle parisienne qui jouxte la Cigale, pour écouter du visual rock japonais. Toujours est-il que je n'étais de toute évidence pas le seul à avoir suivi exactement le même chemin : arrivé dans la salle, j'avise un quidam arborant un T-shirt Babymetal, un autre quidam arborant un autre T-shirt Babymetal, et de surcroît, un troisième qui se vêtait d'un très joli t-shirt orné du noble visage de Mlle Kikuchi, une merveille ! Bref, c'était un vrai terrier de kitsune qui s'apprêtait à entendre Band Maid, un combo de cinq jeunes japonaises pratiquant le rock'n roll à la mode miso.


Le gimmick, c'est qu'elles sont toutes les cinq habillées en meido, c'est à dire en serveuse/soubrette, chacune avec son costume bien à elle, son rôle et son attitude. Et son instrument. Parce qu'elles jouent, et ce sont au demeurant de fort bonnes musiciennes. Le principe du visual rock apparemment, comme vu précédemment avec >> Nocturnal Bloodlust <<, c'est de démarrer ton set à fond de train et d'accélérer à fond jusqu'au bout. Et donc, nos mignonnettes d'aligner leurs compositions pas désagréables, agrémentés de quelques morceaux de bravoure épars, permettant à chacune de briller. La chanteuse principale, qui ressemble assez à Drusilla dans Buffy, se nomme Saiki, et émet un chant assez grave et plutôt proche des standards occidentaux. Elle est flanquée de Miku, guitariste rythmique, chanteuse dans un registre plus aigu, avec qui elle alterne ou chante en duo. Miku semble être la seule à avoir de vagues notions d'anglais, et ne se prive pas de les utiliser pour communiquer avec le public avec force gesticulations, piaillements et minauderies familières des amateurs d'idols. La guitariste solo est Kanami, et elle est tout à fait au niveau d'un bon shredder metal, la batteuse Akane est fort compétente, mais c'est surtout Misa, la bassiste, qui se fait remarquer par son total refus de dire un mot !

La salle, bien remplie, n'a pas fait de chahut pitesque, mais on s'est tous bien amusés, et j'ai pas vu passer les 1h30 du concert. Le son était en outre très correct, quoi que pas bien fort. En outre, reprenant une habitude maintenant bien établie, j'avais oublié mon appareil photo à la maison, donc tout ce que j'ai pu prendre c'est ça :


Bref, kokoro no tabemas, tout ça.


Du brüthal
 
 
 
(Anonymous) on October 19th, 2016 11:03 am (UTC)
Et ben franchement, s'il n'y avait pas le Japon, hein, et ben, franchement.

Melvas, Mémoires, tome deux.
(Anonymous) on October 19th, 2016 05:44 pm (UTC)
Ça me plait déjà bien plus que Baby Metal, mais les refrains ont quand même tendance à trop patiner à mon gout.
aspexploreraspexplorer on October 19th, 2016 08:17 pm (UTC)