?

Log in

No account? Create an account
 
 
28 October 2016 @ 06:49 am
Ah, que je suis content d'être Norvégien !  

7h48 : Réveil quand Siegelinde, ma compagne, m'attaque à coups de hache en hurlant.
7h52 : Nu comme un ver, je sors de la cabane en attendant qu'elle se calme, et contemple la majesté du Svadabåard luire à la lumière des étoiles. C'est émouvant.
8h21 : J'aperçois Thorson mon ami qui s'avance sur le chemin enneigé, nu comme un ver. Nous devisons gaiment en comparant les mérites de nos charmantes compagnes, puis décidons de fonder un groupe de black metal, Arctic Fröht.
9h06 : Répétitions dans le garage. Je joue de la basse et je chante en vieux-norois, Thorson m'accompagne à la batterie. Comme nous n'avons pas de batterie, il tape sur des harengs avec des harengs plus petits.
10h20 : Siegelinde s'est finalement calmée et nous apporte le petit-déjeuner (des harengs). A ce moment arrivent Björn et Gunnar, nos amis, qui ont entendu nos répétitions depuis l'autre versant du fjord. Ils se joignent à Fröht, ils ont apporté leurs instruments (une guitare gitane pour le premier, un sac de jute pour le second).
11h45 : Épuisés par cette séance de répétition, nous sortons contempler la majesté du soleil levant sur le Svadabåard, c'est beau.
11h48 : Nous nous engueulons pour savoir qui va cuisiner les harengs pour déjeuner. Arctic Fröht splitte. Gunnar repart bouder chez lui.
12h37 : Fin du repas. Nous contemplons la majesté du soleil couchant sur le Svadabåard, qu'est-ce qu'on est contents d'être Norvégiens !
13h16 : Nous décidons de nous baigner pour aider à la digestion. Nus, nous nous jetons dans le fjord dont nous cassons la glace avec nos bites. Nous nous ébattons joyeusement dans l'eau, elle est bonne. Nous nous battons à coups de bite.
14h22 : Nous retournons à la ferme pour constater avec dépit que, profitant de notre absence, le Svadabåard avait rongé ses liens et s'était enfui. Je suis très triste. Nous décidons d'exprimer notre dépit en fondant un groupe de black metal (Nördik Despair).
15h03 : Sven, le cousin de Gunnar, nous rejoint avec des bières (avait-il peur qu'on en manque ?) et son instrument de musique (c'est un excellent pneutiste). Nous l'accueillons chaleureusement au sein de Nördik Despair.
18h18 : Après trois splits et quatre fondations de groupe, nous décidons de finir la journée en beauté en splittant une dernière fois. Chacun d'entre nous fonde son groupe de black metal, à part cette pédale de Björn qui fonde un groupe de death metal.
18h40 : Le cri joyeux de Gunnar nous sort de la torpeur qui nous avait prise, consécutive à l'absorbtion de bière et aux coups de batte de nos compagnes. Ce brave Gunnar a profité de sa journée pour couper un bouleau dans la vallée, et me confectionner un Svadabåard tout neuf ! Quel ami ! Nous fêtons ce joyeux événement en fondant un groupe de folk metal (on est un peu fatigués).
19h16 : Tandis que mes compagnons festoient de harengs et de macareux faisandés, je m'effondre au pied de mon Svadabåard, contemplant avec gratitude la vie qui est la mienne.
19h21 : Je me suicide.
 
 
 
(Anonymous) on October 28th, 2016 06:25 am (UTC)
Cette description de l'âme Norvégienne semble étrangement réaliste...

Le Saigneur.
(Anonymous) on October 28th, 2016 02:21 pm (UTC)
Je tiens à signaler que ce texte était vraiment cool à lire.

Melvas, solennel.
(Anonymous) on October 28th, 2016 08:46 pm (UTC)
Magnifique!

Le Créateur Fou, harengs.
(Anonymous) on October 28th, 2016 09:40 pm (UTC)
J'ai aimé.

L'impression qu'un vieux fond de vérité réside au fond du fjord et de ce texte ne l'en rend que plus beau. Et ca explique probablement la densité de groupes de métal à l'habitant carré en Scandinavie.

Nawe, qui aime.
Wladoushkoï: Mister Wladwl4d on October 29th, 2016 09:15 am (UTC)
Des hargens ? TROP CHER !

Et pour ce malheureux Björn, s'il veut être crédible dans le death, j'espère que ce n'est pas une pédale wah-wah !
(Anonymous) on October 30th, 2016 10:50 am (UTC)
Y'a du lol et c'est marrant.