?

Log in

No account? Create an account
 
 
04 November 2016 @ 06:49 am
Guimn Sovietskogo Soïouza  

C'est curieux comme le nom qu'on donne aux entités politiques est souvent sans grand rapport avec la réalité qu'ils recouvrent. Ça m'a frappé quand j'ai repensé à l'URSS. Mais si, vous savez, ce truc du XXe siècle avec plein de méchants Russes. L'URSS, c'était l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques. OK, alors c'est compliqué, ça veut dire quoi ?

Soviétique, ça se rapporte aux soviets, c'est à dire à des organisations autogérées de travailleurs. C'était le truc de Lénine : les travailleurs devaient diriger la production, car ils savaient mieux que les patrons comment faire tourner l'usine. A côté de ça, c'est vrai qu'à l'époque, des ouvriers, en Russie, il n'y en avait pas beaucoup, la plupart des prolétaires étaient des paysans. Du coup aux champs, on a décliné le concept en kolkhozes. Donc, on a à la base une organisation autogérée de travailleurs.

Socialiste, ça fait doublon avec soviétique. Le socialisme, déjà, pour les plus jeunes, ça n'a rien à voir avec le Parti Socialiste, on est bien d'accord. Il s'agit d'un courant de pensée politique du XIXe siècle, qui est loin de se résumer à Marx et Engels, et qui en gros, consiste à dire que les travailleurs sont spoliés du fruit de leur labeur par le patronat, et qu'il convient de le leur redistribuer. Donc le socialisme soviétique, c'est un peu du pléonasme redondant. Si les travailleurs gèrent l'outil de production, EVIDEMMENT qu'ils vont garder les pépettes pour eux, ils vont pas les donner à la Croix Rouge.

Et à côté de ça, il y a République. Et du coup ça coince. Parce que une république, c'est pas soviétique. Une république, c'est une organisation top-bottom, c'est une structure politique où un certain nombre d'individus sont désignés par un processus plus ou moins démocratique afin de diriger les autres pour un temps limité. Ça se heurte de front avec la conception bottom-top des soviets. Dans une république soviétique, qui dispose de la légitimité politique ? La démocratie directe des soviets, ou la démocratie indirecte de la république ? On peut imaginer, par exemple, que la république ayant besoin d'argent, elle ponctionne les revenus de telle usine. Le soviet du coin va-t-il applaudir ? Le conflit est inévitable.

Et pour couronner le tout, des républiques, il n'y en a pas une, mais plein, puisque c'est une UNION des RSS ! C'est à dire qu'on a un empire qui tente de faire tenir ensemble une multitude de petites entités instables.

Alors bien sûr, cette belle théorie s'est fracassée rapidement sur le mur des réalités. Dès Lénine, les soviets ont été marginalisés par la création des sovkhozes (fermes administrées par l'état, au lieu des paysans) ou embrigadés dans des structures de pouvoir pyramidales encadrées par le Parti. Et puis, ça a dégénéré en banale dictature. Spoiler : ça a fini par se casser la gueule.

Ce n'est pas beaucoup mieux aux Etats-Unis d'Amérique, qui ne sont pas "des états unis", mais "un zétazunis". La conception initiale d'une confédération d'états se liant de leur propre chef par un destin commun a disparu le 12 avril 1861, quand il est apparu que les états ne pouvaient pas se libérer de leur propre chef de ce destin commun (en tout cas, pas sans faire la guerre).

L'histoire de l'Europe est encore à écrire, mais elle est déjà assez riche d'absurdités de cet acabit sans que je tire sur l'ambulance.




Gélasine as fuck
 
 
 
(Anonymous) on November 4th, 2016 09:50 am (UTC)
Il n'y a jamais eu de communisme, dés le début, c'était un capitalisme étatisé, selon les mots de Marx lui même.
La Russie et la Chine étaient en retard sur l'occident en matière de stade de développement capitaliste, le seul moyen de rattraper un peu le retard était de capitaliser à marche forcée, donc dans le cadre d'une dictature à l'ancienne.

La République est un programme de destruction des cultures et des peuples pour le bien du capital, sa "modernisation".
De la même manière que la république a détruit la société féodale protectrice, archaïque, la république a détruit les anciennes communautés des pays de l'Est pour le bien de l'économie.

D'ailleurs, les soviétiques ne se sont pas vraiment cassé la gueule : quand l'accumulation capitaliste fût considérée comme suffisante, il fût temps de passer à la modernité occidentale proprement dite, donc l'URSS s'est obligeamment démantelée pour donner ce que nous avons aujourd'hui.

N'empêche : les fermes soviétiques, les jardins privés, ont bien aidés le peuple pendant les disettes. Les culture slaves ont sur-vécues au soviétisme, elles ont fait le gros dos et quand les soviets sont partis, ont ressuscité.
De plus, les avilissements sociétaux de la "modernité capitaliste" leur ont été épargnés, et de nos jours ils sont en retard sur notre décadence.

La république c'est le pouvoir de l'argent, la république s'installe toujours sur les décombres d'une société considérée comme "archaïque" du point de vue de la rentabilité. La république dégage le pouvoir de la noblesse et du clergé, en gros.
République = ploutocratie, même quand elle est à la base pensée comme une aristocratie par des malhonnêtes ou des niais qui ne voit pas que "les meilleurs", dans un monde capitaliste, c'est forcément "les plus riches".

Sur le coup tout le monde est d'accord (surtout que ceux qui ne sont pas d'accord sont exécutés), mais après, on s'en mord les doigts, car de tous les maîtres, les banquiers sont les pires.
Pour un Roi ou un Pape, il est possible, parfois, de vouloir le bien du peuple, pour consolider son pouvoir.
Au contraire, le pouvoir du banquier est naturellement lié à la rareté monétaire, l'abrutissement, le mensonge, la dissimulation et la tromperie. C'est un pouvoir qui avance masqué, on ne peut jamais dire franchement : les banquiers ont le pouvoir, donnons leur une couronne et montrons ce pouvoir.

Melvas, qui attend le retour du Roi depuis 226 ans. Ou d'un Tsar, ça fera l'affaire, chui pas difficile.
(Anonymous) on November 4th, 2016 03:45 pm (UTC)
Tiens, un néoréac francophone. Je croyais que cette engeance se cantonnait à l'alt-right Trumpiste américaine.
(Anonymous) on November 4th, 2016 04:19 pm (UTC)
C'est quoi l'alt-right ? ça a l'air bien.
Trump serait royaliste ? Super scoop, merci, du coup ce serait bien qu'il soit élu.

Melvas, hilare.
(Anonymous) on November 4th, 2016 04:50 pm (UTC)
Les néoréacs américains sont souvent trumpistes. Les royalistes sont une catégorie de néoréacs, mais tous les néoréacs ne sont pas royalistes. Je sais que le glissement de sens est intrinsèque à la manière de penser du néoréac moyen, mais c'est quand même pas très compliqué à comprendre.
(Anonymous) on November 4th, 2016 06:16 pm (UTC)
Ah OK, aimer le Moyen âge et regretter ce qu'on a perdu, c'est ça, être "réactionnaire."
Mille excuses, vu votre ton je pensais que "réac" était péjoratif, mais il n'en est rien.
Donc dans ce cas, oui, je suis réac, absolument et sans hésitation.

Du coup les pays qui de nos jours encore conservent une monarchie, ils sont réacs, ou pas ?


Melvas, qui apprend plein de trucs aujourd'hui.
(Anonymous) on November 4th, 2016 04:28 pm (UTC)
Je ne savais pas non plus que les trumpistes américains étaient francophones, que de surprises aujourd'hui.
(Anonymous) on November 4th, 2016 06:27 pm (UTC)
Je crois que Asp s'égare dans des sur-interprétations.
D'abord, c'est pas URSS mais CCCP.
Et ça voulait juste dire Coucou rou Coucou rou Coucou Paloma.
Pas de quoi chronodéféquer, donc.

6200 CLOSE
aspexploreraspexplorer on November 5th, 2016 08:37 am (UTC)
Merci de me recadrer sur ce chapitre ô combien sombre de l'histoire humaine.
(Anonymous) on November 13th, 2016 01:47 pm (UTC)
La pô compris

Gélasine ?

Comme le crabe ? (j'ai pas trouvé mieux en googlant)

Bien à vous