?

Log in

No account? Create an account
 
 
17 February 2017 @ 06:51 am
Rock Hard  

" Alors tout d'abord John McWinnigs, merci de nous recevoir dans votre home studio.
- Merci à vous d'être venus, c'est toujours un plaisir.
- Mais vous en êtes un autre. Alors donc, John McWinnigis, leader des Suicide Criminals, vous vous préparez à sortir votre cinquième album déjà, comme le temps passe.
- Oui, c'est un album où j'ai mis beaucoup de moi, beaucoup de vécu, beaucoup de passion.
- Un album donc intitulé "I'll be happy when you die", contenant les titres "Phat bitch", "Liar", "The ballad of the dumb whore who slept with all the town", "Hate", "9mm", "Get the plague", "No mercy", "You won't get a cent" et l'instrumental de 14 minutes "Buried alive". Alors j'ai envie de vous demander, John McWinnigis, est-ce que pour la composition de cet album, vous avez été inspiré l'épreuve de votre récent divorce ?
- Pas du tout. "


Un réalisateur au chômage ? ♣♣♣


Bon, je dois faire amende honorable, l'affaire du petit Théo, c'était bien un cas scandaleux de violence policière, et pas du tout un coup monté comme je l'avais inféré un peu hardiment lors d'un précédent post. Oui, c'est innocemment que le petit Théo, 13 ans, s'en allait sur le chemin de l'école en galoches et en culottes courtes, quand soudain, il tombe dans le traquenard tenu par l'adjudant-chef Adolf von Hackenkreuz, assisté de son sbire le brigadier Benito de Torquemada-Sotomayor. La suite de ce récit révoltant dans >> Le Point <<


La réponse à la nullinette était : Roman Polemploi.
 
 
 
(Anonymous) on February 17th, 2017 09:31 am (UTC)
/ets
Jenski Polemplua (parfois aussi: Jean-Xi-Paul Emploi).
(Anonymous) on February 17th, 2017 03:10 pm (UTC)
"comme je l'avais inféré un peu hardiment lors d'un précédent post"

Ce qui avait provoqué un vif émoi de la part bien-pensante et écervelée de tes suivants. Mais on les entend plus trop, en ce moment.

Quelle terrible affaire, franchement, mais que fait la police ?
(Anonymous) on February 17th, 2017 03:39 pm (UTC)
Ben, je sais pas si beaucoup de monde mettait en doute le fait que Théo était un petit merdeux qui avait sans doute mérité son arrestation. En l'état actuel des choses, la plupart des faits rapportés tendent à montrer qu'il s'est effectivement fait insérer quelque chose dans l'anus - et si agresser un policier et permettre la fuite d'un dealer est en effet criminel, ça ne justifie pas un viol. Si penser ça relève pour toi de la bien-pensance, ta définition du mot est galvaudée.
(Anonymous) on February 17th, 2017 06:11 pm (UTC)
Moi j'y ai cru, pourquoi je me fais tout le temps avoir ?
(Anonymous) on February 17th, 2017 07:06 pm (UTC)
Quoiqu'il en soit, cette histoire n'est rien de plus qu'un fait divers, et ne mérite certainement pas le foin qu'on fait autours.
Un truc qui devrait, au mieux, se retrouver dans les pages d'un journal local et dont on est en train de nous faire une récupération incroyable.

A la fin, il en sortira rien de plus que des tensions communautaires montées de toutes pièces par des associations dont on peut se poser des questions quant au motifs. Si on a de la chance, les gens tomberont pas dans le panneau, mais c'est mal barré...
(Anonymous) on February 19th, 2017 09:09 am (UTC)
"Quoiqu'il en soit, cette histoire n'est rien de plus qu'un fait divers, et ne mérite certainement pas le foin qu'on fait autours."
Un mec ce fait défoincer le cul lors de son arrestation, non, non, ça mérite le foin fait autour. Encore plus si, comme tu le suggère, cela ferait parti de la norme.
(Anonymous) on February 18th, 2017 07:59 am (UTC)
Ce qui est incroyable, c'est de voir un président, des journalistes, un ancien ministre de la justice, des stars, monter au créneau pour prendre le parti de Théo, sans savoir la conclusion de l'enquête, comme ça, a-priori, contre la parole de quatre fonctionnaires qui travaillent et paient des impôts. Et de voir une énième émeute raciale pour protéger une racaille qui se montre violent avec la police, ce qui est incroyablement stupide.

Ce qui veut dire que le vote des quartiers ethniques est plus précieux que le vote des quartiers classiques, peuplés de gens principalement blancs qui accordent quand même un peu plus de respect à des fonctionnaires qu'à des racailles de cité décérébrées.

Ce qui valide complètement la thèse du grand remplacement et de la bledisation de la France.
Ce qui donne raison aux soit-disant fachos et tort aux bien-pensants de la diversité enrichissante.
Cela mérite d'être signalé, en ces temps où ceux qui remarquent ça sont quasiment bons pour la prison.

Melvas
(Anonymous) on February 18th, 2017 10:50 pm (UTC)
Mon bon Melvas, que Théo soit une racaille ou un bon gamin, les bien-pensants dont je fait parti s'en battent royalement le couilles. Ce qui nous chiffonne, c'est qu'un représentant de l'ordre publique se soit arrogé le droit de lui enfoncer un objet contondant dans le cul dans l'exercice de ses fonctions. Mais le fait qu'une part non négligeable de nos cons-citoyens semblent ou fassent mine de ne pas comprendre ce qui nous pose problème dans l'affaire est encore bien plus dérangeant que les faits eux-même.

Un islamo-judeo-bolchevick lambda
(Anonymous) on February 19th, 2017 11:18 am (UTC)
Les racailles se débattent à chaque arrestation, afin de compliquer le travail des policiers, ils se passent le mot, et au final, les policiers ont plus peur de l'interpellation que l’interpellé lui même, ce qui est une aberration, et cela fait partie des exemples de harcèlement dont les policiers sont victimes, et qui expliquent le taux de suicide des policiers.

Donc si il faut utiliser la force pour chaque interpellation dans ces quartiers, normal qu'il y ait des accidents. C'est ce qu'il s'est passé.

Et même si le policier l'avait fait exprès, moi je dis quand même bravo, c'est de bonne guerre, et le symbole est magnifique. La police nique la racaille, c'est ce qu'elle est censée faire.

Melvas
(Anonymous) on February 20th, 2017 10:39 am (UTC)
"Donc si il faut utiliser la force pour chaque interpellation dans ces quartiers, normal qu'il y ait des accidents. C'est ce qu'il s'est passé."
Un baton dans le cul n'est pas un accident.