?

Log in

No account? Create an account
 
 
27 March 2017 @ 07:08 am
Chant du départ  
C'est singulier comme la manière que l'on a de percevoir la musique change avec le temps. Prenez Julius Fučík par exemple. C'était un compositeur Tchèque (1872-1916) principalement connu pour ses valses, polkas et marches militaires. L'une de ces marches (ci-dessous) a connu une postérité particulière, et pourtant, assez universelle.


Alors de prime abord, on a du mal à imaginer quelle genre d'armée ferait défiler ses biffins sur cet air. De nos jours, on s'attend plutôt à voir apparaître des clowns, des acrobates, des éléphants et des prestidigitateurs. Pourtant, avant d'être "la musique du cirque", cette "entrée des gladiateurs" était bel et bien une musique militaire. Du reste, elle ne se distingue pas vraiment, dans le ton, de certains chants tout à fait martiaux, comme "Sambre et Meuse".

Apparemment, au XIXe siècle, il était tout à fait acceptable que la musique militaire fut joyeuse, exubérante. Il s'agissait sans doute, lors des défilés, d'exalter l'ardeur patriotique et de susciter, chez les jeunes garçons, les vocations. Ces conceptions n'ont pas résisté aux boucheries du XXe siècle, aux tranchées, aux corps déchiquetés pourrissant, pendus dans les arbres de la Meuse. En compose-t-on encore, du reste ? Il ne subsiste, de toute cette tradition musicale, que des airs échappés par accident à l'oubli.

 
 
 
(Anonymous) on March 27th, 2017 04:22 pm (UTC)
Je ne pense pas que l'exaltation joyeuse du patriotisme militaire ait été démodée suite aux boucheries du 20e Siècle, étant donné que la guerre a toujours été monstrueuse, depuis des millénaires, et la musique qui l'accompagne a pourtant toujours été joyeuse.

Ce qui a tué le patriotisme militaire au 21e Siècle, c'est plutôt le gauchisme. De nos jours on "honore" les morts de Verdun avec Black M, et on considère la noble carrière martiale comme une voie de garage pour débiles légers.

Melvas
(Anonymous) on March 27th, 2017 10:19 pm (UTC)
Tardi.jpg

Le Créateur Fou, il n'est que l'embarras du choix.