?

Log in

No account? Create an account
 
 
13 April 2017 @ 06:49 am
Ghost + Zombi, Olympia, 11/04/2017  
L'Olympia. Le sinistre Olympia. Cette salle mythique dont le seul nom fait trembler les plus braves... Je m'étais juré de ne plus jamais y refoutre les pieds. Mais voilà, Ghost.

Fort mécontent d'avoir raté le début du dernier concert que j'y avais vu, j'avais carrément PRIS MA JOURNEE pour arriver à l'heure. Moralité : j'arrive bien une heure à l'avance, c'était ouvert depuis des lustres, y'avait pas de queue. Hélas, mauvaise surprise, ma place achetée à prix d'or dès l'annonce du concert était fort mal placée. Qu'à cela ne tienne, au moins, il y a le wifi, ce qui permet de tuer le temps (en disant du mal de l'Olympia).

Arrive la première partie. Le groupe Zombi est un duo de rock instrumental qui nous délivre 45 minutes de morceaux électro-rock pas désagréables, mais juste, on se demande où ils veulent en venir. De l'avis général, "Wut ?"

Puis, après l'entre-acte, voici le plat de résistance. Et là, c'est un peu le délire. Honnêtement, je ne pensais pas que Ghost avait tant de fans hardcore en France. Et tout aussi honnêtement, j'ignorais que je pouvais me compter dans le lot, mais c'est un fait, je suis super excité par ce concert. Je trépigne, je bats la mesure, je hurle comme un damné, bref, je suis en extase, presque comme si c'était Babymetal, pour vous donner une idée.

Il faut dire que, selon l'habitude récemment prise, ils débutent avec "Square Hammer", qui est une tuerie. Ce titre a immédiatement été adopté par la communauté des adeptes, et ce n'est pas "From the pinnacle to the pit" qui risque de faire baisser l'ambiance. Puis viennent quatre titres plus anciens "pour fans only", tirés des deux premiers opus - c'est le cas de le dire, dont le très apprécié "Body and blood". Le jaculatoire tube de Meliora, "Cirice", marque le milieu du set, avant de laisser place au classique "Year zero", qui nous donne l'occasion d'invoquer à tue-tête Belial, Behemoth, Belzebuth, Asmodée, Satan et Lucifer. Meliora est toujours à l'honneur avec "He is", "Absolution" et "Mummy dust". On finit dans l'archéologie ghostienne avec les titres vétérans, "Ghuleh" et "Ritual". On finit ? Non, bien sûr. Tous ceux qui sont là le savent - et à ceux qui l'ignorent, Papa Emeritus l'explique - un concert de Ghost se termine toujours de la même façon. Certains trouvent ça ennuyeux, d'autres diraient que c'est prévisible, mais oui, on va finir comme il se doit au son de la "Monstrance clock".

Papa Emeritus III fut très en forme, sans doute n'a-t-il pas trouvé de meilleure réponse à l'adversité que de donner les meilleurs shows possibles, car c'est dans l'épreuve qu'un caractère se (puf puf...) forge. Il évoque du reste brièvement l'actualité un peu troublée du groupe (voir article d'il y a trois jours). Au registre des incidents, on notera une petite panne de synthé, traitée à la volée, mais sans grande discrétion, par l'équipe technique. Sinon, le son était correct. Pas transcendant, mais correct.

Pour ce qui est de l'audience, elle était assez diverse, entre bobos parisiens, métalleux hardcore, provinciaux en goguette et familles entières (c'était mignon de voir des gamins hauts comme trois pommes brailler "Hail Satan" avec leurs casques anti-bruit sur le citron).

En sortant, j'étais gélasine comme une Moa qui aperçoit un restau de fruits de mer.

Photostres :


Le groupe Zombi, en première partie de Ghost. Bref, le
genre de donjon où tu entres pas sans un prêtre genre balèze.



Papa Emeritus III, la mitre des petits et des grands


Avec ses nouvelles goules sans nom. Roger
et Lucien à la guitare, Germaine à la basse,
Christian au clavier et Charlie à la batterie



Changement de costume pour P.E.,
comme c'est devenu son habitude.
 
 
 
(Anonymous) on April 15th, 2017 11:33 am (UTC)
bémol
fidèle compte-rendu mais première partie honteuse vis à vis du groupe tête d'affiche et pour les amateurs de Ghost, si on laisse de côté toute la fantasmagorie Lucifer et épiscopale, je leur conseille de se rabattre sur les Blue Oyster Cult, un groupe américain autrement plus talentueux niveau musique