?

Log in

No account? Create an account
 
 
28 May 2017 @ 08:47 am
Laura Cox Band + Crossfire à la Boule Noire, 27 mai 2017  
C'est quand même sympathique qu'une archéologue si connue et si occupée délaisse un moment les glyphes et les momies pour venir nous honorer d'un petit concert.

Accueilli par une sécurité qui n'a pas daigné seulement prendre acte de ma présence, et après avoir testé le shot maison, voici que votre serviteur s'approche de la scène, dans une Boule Noire encore clairsemée, mais qui se remplit gentiment. La première partie est assurée par Crossfire, un duo de guitaristes / chanteurs, l'une s'occupant un peu plus du chant et l'autre un peu plus de la guitare. Il s'agit d'un folk bluesy mélancolique qui, en deuxième partie de concert, s'énerve un peu quand le guitariste solo sort sa telecaster et son bottleneck pour nous donner un aperçu de sa virtuosité. Un set convainquant et bien accueilli par le public. S'il m'est permis de donner un conseil quand même : changez de nom, il y a trois douzaines de groupes qui s'appellent Crossfire. Je ne sais pas moi, Confabulatious Xanthophilia, ça doit être libre.

Il y a de nombreux virtuoses de Youtube qui font connaître leur talent musical via internet, mais n'en font rien. Laura Cox, pour sa part, a décidé de faire les choses sérieusement, de monter son groupe et de tourner, et ça a l'air de marcher puisque la voici en tête d'affiche dans une salle parisienne qui certes n'est pas Bercy, mais est néanmoins bien pleine. Il s'agit de "hard blues sudiste", c'est à dire du blues joué avec distorsion et sur un tempo rapide. Je vais sûrement faire mon vieux con, mais de mon temps, on avait un nom pour ça : du rock'n roll. Le concert est consacré à dérouler le récent premier album du groupe, ce qui est plaisant. Laura ne peut pas s'empêcher de se branler le manche de temps à autres, exercice qui l'a rendue célèbre, ce qui apporte une petite touche de virtuosité moderne à un concert par ailleurs marqué par un pieux respect des classiques du rock. Le son était très correct, peut-être un peu trop clean pour le sujet, mais qui suis-je pour en juger ? En tout cas, on ne s'est guère ennuyé, et si on n'a guère pratiqué le wall of death, c'était néanmoins chaleureux, et on a hâte de voir ce que tout ça donne en festival.

Des photostres


The Errand Pseudopods


Cthugha and the Fhtagns


Obélix a fait du cardio


Elle faisait moins sa malinasse dans le
temple de Xian contre le dragon d'or



Il était pas mort, Gary Moore ?


Voilà une belle posture de batteur


Lui, il faut qu'il se mette au metal


De loin
 
 
 
(Anonymous) on May 29th, 2017 03:55 pm (UTC)
Eh bien, voilà qui nous change.

Kyp.
aspexploreraspexplorer on May 29th, 2017 05:59 pm (UTC)
Prochains arrêts : Bretigny, puis Clisson !