?

Log in

No account? Create an account
 
 
25 June 2017 @ 09:28 am
Considérations diverses sur le Hellfest  

Je souhaiterai apporter quelques compléments sur l'expérience Hellfest, en particulier, comparer avec l'an dernier.

En premier lieu, il y a eu un gros point d'amélioration concernant l'accès au site du festival, c'est à dire le passage de la cathédrale. La queue avait quasiment disparu, ce qui a eu pour heureuse conséquence de permettre aux festivaliers de faire plusieurs allers-retours dans la journée entre les concerts et le metal corner. Je suppose que les commerçants en ont été fort aise.

Le metal corner lui-même a été refait, avec disparition de la palissade (pourtant jolie), et un décor d'ampli géant pour matérialiser l'entrée du fest. C'est joli et relativement efficace, puisque la queue pour les bracelets, quoi que d'une longueur assez prodigieuse, s'est résorbée assez vite.

Le camping n'ayant pas évolué d'une porte de chiotte, passons au fest lui-même, avec la poursuite de la décoration de la Warzone et de la forêt. La peu utile zone de skate a été remplacée par une structure de repos dotée de brumisateurs, qui fut ô combien appréciée cette année ! Un camion rouillé, une carcasse d'avion et un hélico en ruine complètent l'entrée du Lemmystan.

La zone Altar/Temple/Valley est inchangée, de même que l'entrée de la zone VIP, en revanche il y a un peu plus d'espace devant les mainstages. C'est bien sûr toujours insuffisant pour contenter tout le monde (60000 personnes, c'est beaucoup), mais des aménagements ont été faits pour que plus de mélomanes puissent jouir de Steel Panther :
- Les impressionnants décors entre les deux scènes et de part et d'autre d'ycelles ont disparu, pour laisser place à des écrans géants.
- Je veux dire GEANTS ! Comme énormes quoi.
- Un écran supplémentaire a été installé derrière le stand cashless.
- Six tours pleines de haut parleurs ont été installées dans le champ pour propulser le son de la mainstage encore plus loin.

Du coup, ça devient difficile de suivre les concerts des petites scènes depuis l'extérieur, le son des mainstages remplit tout le fest, et va allègrement porter jusqu'au camping (je pense que les Clissonnais apprécient moyennement d'ailleurs). Mais on s'entasse un peu moins, c'est vrai.

Alors, quoi au Hellfest 2018 ? Si on se retourne sur les éditions passées, on voit que les têtes d'affiche ont quand même un profil un peu sénescent. Scorpion, Judas Priest, Motorhead, Deep Purple, Black Sabbath, Aerosmith... Des légendes certes, mais tous ces groupes ont soit cessé leur activité, soit font leur tournée d'adieu. On peut raisonnablement espérer un rajeunissement des cadres (ne serait-ce que par attrition). Je me faisais cette réflexion en croisant un énième t-shirt Arch Enemy. En 2015, ils étaient entassés sous l'Altar, mais le groupe a changé de dimension et aura un album à défendre en 2018. Moi je dis, une mainstage en soirée à Clisson, c'est pas absurde. Même réflexion pour Ghost, qui avait marqué l'édition précédente, et dont une récente interview de Ben Barbaud laisse espérer un retour.
 
 
 
(Anonymous) on June 26th, 2017 08:14 am (UTC)
Quand on n'a pas connu le camp avec les chiottes chimiques, les buissons à pipi dans le domaine du Muscadet, les barrières en grillage, le croisement Altar/Temple et l'ancienne Warzone, on se tait.

Et la pelouse ! Ah bordel la pelouse ! En 2014, même climat. Invivable devant les scènes.
(Anonymous) on June 26th, 2017 05:37 pm (UTC)
La pelouse ? Une vraie pelouse ? A Belfort dans les années 2000 quand y avait Slayer on avait une terre particulière, qui colle beaucoup quand il pleut, qui produit une poudre aveuglante quand il fait chaud, et qui sent les égouts dans tous les cas.
Sans compter les fans de Slayer au comportement de meute, qui communiquent par beuglements contagieux et concentriques, probablement un genre d’écholocalisation collectif.
De la pelouse ...

Melvas
(Anonymous) on June 27th, 2017 11:06 am (UTC)
Oh oui, une vraie pelouse. La variété en a été soigneusement sélectionnée pour résister à 60 000 personnes par jour, sans compter la pisse et la bière.

C'est un réel progrès. Même pour l'odeur.