?

Log in

 
 
10 July 2017 @ 07:14 am
Dire qu'ils ont fait ça sans connaître la roue  

Intéressante application des ordinateurs analogiques pour le programme Gemini. Aujourd'hui totalement obsolètes, les ordinateurs analogiques n'étaient pas, comme leur nom l'indique, basés sur des échanges de valeurs binaires discrètes (zéro et un), mais sur des données continues. Ça devait être un peu la merde à calibrer, mais à l'époque, c'était de toute évidence considéré assez fiable pour qu'on leur confie la formation des astronautes.

Notez aussi la manière assez "roots" avec laquelle on pilotait le vaisseau : on déplaçait le centre de gravité de la capsule, ce qui modifiait l'angle d'attaque, et donc, le vecteur de réentrée. Et comment on faisait pour déplacer le centre de gravité ? C'est pas dit dans le documentaire, mais je suppose que les astronautes devaient déplacer un truc lourd dans la cabine.

C'est sidérant, quand on y réfléchit, qu'on soit allé dans l'espace avec des technologies aussi primitives. Regardez la petite boule qui tourne sur ce panneau blanc, et figurez-vous qu'avant d'être envoyé dans l'espace, le pauvre astronaute n'avait aucune autre expérience de sa casserole. Il fallait avoir la foi.
Tags:
 
 
 
(Anonymous) on July 10th, 2017 05:47 am (UTC)
En fait, comme indiqué dans la vidéo, le débord du centre de gravité est constant, par construction. Lorsque aucune manœuvre n'est nécessaire, la capsule doit tourner sur elle-même pour annuler l'effet du balourd.
Les rotations sont, elles, obtenues par des thrusters.

Les ordinateurs analogiques étaient utilisés à l'époque (et jusque dans les années 80 je crois) pour calculer des intégrales, ce qu'ils faisaient beaucoup plus vite et précisément que les ordinateurs binaires, d'où leur usage répandu dans les simulateurs.