?

Log in

No account? Create an account
 
 
22 September 2017 @ 06:54 am
A moi les pétasse de Stockholm !  
C'est en 1915 qu'Albert Einstein introduisit dans la physique la notion clé d'espace-temps. Dans les équations de la relativité générale, l'espace et le temps sont deux notions intimement liées, la modification de l'un entraîne automatiquement des variations de l'autre. De nombreuses validations expérimentales ont, par la suite, ancré les bases de la théorie d'Einstein en tant que socle de la cosmologie moderne.

Toutefois, depuis la fin du XXe siècle, des observations irréfutables sont venues l'une après l'autre battre en brèche l'édifice théorique de la physique einsteinienne, qui peine à fournir des explications, en particulier, à deux phénomènes cosmiques : la matière noire (qui explique la vitesse de rotation des galaxie) et l'énergie sombre (responsable de l'accélération du rythme d'expansion de l'univers). Compte-tenu de l'importance fondamentale de ces questions, de nombreux physiciens se sont lancés à la recherche du saint-graal, la théorie qui expliquera enfin l'univers tel qu'on l'observe.

Quels cons ! Moi, j'ai trouvé la solution, un soir de juin, alors qu'écrasé de chaleur, j'écoutais Ufomammut sous la Valley au Hellfest, environné de senteurs étranges et exotiques. J'ai complété les équations d'Einstein et hop, direct ça colle ! En effet cet imbécile, il n'avait pas pris en compte un phénomène pourtant bien connu, j'te jure, des glandus pareils...

Bref, hier, je suis allé déposer à l'Académie des Sciences un mémoire intitulé "Introduction à la théorie de l'espace-temps-champignon", je sais que c'est un peu tard pour le Nobel cette année, mais pour l'an prochain ça devrait passer crème.
Tags: