?

Log in

 
 
30 November 2015 @ 06:56 am
Languisme  

C'est étonnant comme l'évolution des langues va de plus en plus vite. L'apparition des mots se fait en quelques mois, et se propage à des vitesses folles, explosant hors de la sphère qui les initie pour se répandre dans le grand public. Je m'en faisais la réflexion à propos du vocable anglais "dindu".

C'est un terme qui est apparu à partir de 2013, puis qui a connu une véritable popularité sur les boards internet en 2014, avant de commencer à sortir dans les rues en 2015. L'origine de ce mot est probablement consécutive à l'affaire Trayvon Martin, du nom de ce jeune afro-américain qui s'était fait tuer par le surveillant d'une résidence privée. S'en était suivi un mouvement d'opinion, précurseur du "black lives matter" actuel. Il était ressorti du procès que l'assassin, George Zimmerman, avait tiré au cours d'une altercation, et que Martin, présenté dans les média comme un adolescent frêle et sans histoire, était au moment des faits un très robuste gaillard avec un historique de - très - petite délinquance (Zimmerman a été acquitté).

Le mot "dindu" vient de "dindu nuffin", déformation de "didn't do nothing", locution permettant de prendre la défense du jeune homme en soulignant son innocence. Les milieux d'extrême-droite américains s'en sont emparés pour qualifier de "dindu" la population des jeunes noirs urbains, souvent présentés par leurs parents et voisins, au hasard des faits divers les mettant en cause, comme de braves garçons tranquilles qui ne feraient pas de mal à une mouche.

Clairement, le mot "dindu" répond à une nécessité de la langue américaine qui, pour désigner ces populations, ne dispose plus du mot "nigger", frappé d'anathème. Il a du succès car il comble ce besoin. Bien sûr, les jours de "dindu" sont comptés, ce qui m'intéresse dans ce cas, c'est de savoir combien de temps ce mot va tenir avant d'être banni à son tour du langage. Sans doute le temps que la population générale s'en empare, que les journalistes n'en fassent le battage, et que quelques personnes se retrouvent en procès pour l'avoir employé.

En tout cas, ça nous éclaire sur les limites du contrôle des consciences par l'abolition des vocabulaires - ce qu'on appelle de façon un peu réductrice le "politiquement correct". Ça ne marche pas très bien. Quand les gens ont besoin de qualifier des choses, ils y parviennent. Comme disait Boileau :

"Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement
Et les mots pour le dire arrivent aisément"


Tags:
 
 
 
(Anonymous) on November 30th, 2015 06:12 am (UTC)
J'suis un p'tit Beur'
Mais sois tranquille
J'viendrais pas voler ton argent
Rappelle tes chiens
Ouvre tes grilles
Tu vois bien que j'suis qu'un enfant
(Anonymous) on November 30th, 2015 02:17 pm (UTC)
Ouais, pour avoir eu à faire à ces dindons j'adhère à la pertinence du dindu.
J'en avais trouvé une " les Sépavréssépamoi" suite à une "chanson" qu'un connard avait imposé sur une grande-chaîne-du-service-public.
On voit bien le phénomène dans "Délits flagrants" de Depardon. Nier, nier, nier en bloc, nier contre l'évidence, histoire de semer l'ombre d'un doute dans l'esprit du juge ou des jurés.
(Anonymous) on November 30th, 2015 07:17 pm (UTC)
Je m'inscrit en faux par rapport à ton raisonnement. Les gens qui utilise dindu sur internet n'ont jamais eu aucune inhibition a utiliser le mot nigger. Dindu est juste une nouvelles notes qu'ils ont rajouté à leur partitions. Et ces personnes se sont toujours moquer du politiquement correcte.

Dindu n'est pas issu de l’interdiction d'utiliser un vocable, mais de la facilité avec laquelle une certaine catégorie de gens de trouver amusant tout se qui pourrait dépeindre de façon négative une autre catégorie de gens.

Il ne faut pas chercher plus loin.