?

Log in

No account? Create an account
 
 
01 February 2016 @ 06:58 am
Elyose + Benighted soul + Unseelie - Boule noire, 30/01/2016  
Quel étrange concours de circonstance a bien pu pousser votre serviteur à faire la queue devant la Cigale pour voir le jeune prodige du hip-hop français Hayce Lemsi ? Eh bien, je m'étais trompé de queue, moi j'allais à la Boule Noire voir Elyose (les deux salles se jouxtent).

Après m'être pelé le jonc une bonne demi-heure de plus que prévu sur le billet, j'entre parmi dans les premiers (d'un autre côté, c'était bien le diable si on était 200). Le public se compose essentiellement de fans. Le premier groupe démarre sans prévenir, c'est Unseelie, comme l'annonce une belle bannière. Le chanteur est une chanteuse, comme pour les deux autres groupes d'ailleurs, une demoiselle charmante qui fait, à elle toute seule, le registre clair du gothic metal, et les parties growlées ! Je ne peux malheureusement pas trop faire justice à cette formation, troublé que je suis par les allées et venues incessantes d'un connard de photographe qui n'a visiblement pas encore appris que les photographes de concert sont tolérés dans les fosses à condition qu'ils y restent assis ! Il m'a néanmoins semblé que, si les compos du groupe sont très honorables, le son était un peu mollasson. La suite de la soirée me confirmera que la sono de la Boule Noire n'est pas de très grande qualité, et que les groupes ne disposant pas de matériel propre y sont handicapés.

Suite des réjouissances avec Benighted Soul et là, on voit qu'ils ont apporté le matos. Le son du groupe, plus puissant et défini, permet d'apprécier les harmonies et les disharmonies de ces morceaux s'approchant parfois du territoire thrash. Ils ont aussi apporté leur frontwoman, Géraldine, qui est visiblement à l'aise sur scène et très expressive. Niveau voix, ce n'est pas tout à fait Floor Jansen, mais on s'en rapproche. Elle est occasionnellement secondée au micro par son bassiste, le très impliqué Jean-Gabriel. Compte-tenu de l'audience (surtout féminine et provinciale), il n'était pas question de faire des circle-pits, mais en d'autres circonstances, Benighted Souls n'aurait pas de mal à faire pogoter des festivaliers embiérés.

Et pour terminer, voilà en "main intercourse", comme on dit en anglais quand on parle pas anglais, Elyose qui approche, mené par la moyennement plantureuse Justine. Celle-ci est coincée dans une robe en skai noir dont j'espèrerai vainement l'explosion toute la soirée. C'est une frontwoman du genre bavard, elle aime bien discuter entre deux morceaux. Le reste du temps, elle règle elle-même le niveau sonore de sa voix avec un petit boîtier à sa ceinture, c'est pratique. Là encore, la sono un peu limite de la Boule fait des siennes, mais parfois, on peut pleinement profiter de la jolie voix de Justine, comme au cours de la session acoustique - leur première. En tout cas, le public totalement acquis à sa cause ne se fait pas prier pour monter sur scène en fin de concert, à telle enseigne que je crains un moment l'effondrement de l'édicule.

Bref, du concert sympa à la bonne franquette, loin des stades et des arènes.

Pics related :


Unseelie


Unseelie again


Geraldine. RIP Lemmy.


Le sympathique bassiste d'Elyose


Patrick, le batteur, qui relève d'une opération
au pied (c'est ça quand la chanteuse est bavarde,
on est au courant de tout...



Justine, un prénom qui invite à la rêverie...


C'est pourtant vrai que la petite robe noire ça passe partout


Séance acoustique (the first)


Le gratteux


Ah, c'est pas chez Metallica que ça se passe comme ça


Fin du cercon




</childhood>
 
 
 
Wladoushkoï: grand soirwl4d on February 1st, 2016 02:32 pm (UTC)
Suite à ce concert tout gentil que tu nous relates, je me sens obligé de te demander ton avis sur les déboires white power de Philou Anselmo, apparemment survenus ce weekend.

Personnellement, la meilleure sortie sur le sujet est celle de Chris Kontos sur son facebook (mis à part le délire sur le décor de scène de Machine Head): "Phil Anselmo et Robb Flynn sont deux gros cons égocentriques".
(Anonymous) on February 2nd, 2016 09:22 am (UTC)
les grands enfants
Je trouve que les «parodies» de Calvin & Hobbes sont toujours ratées. Ça se passe systématiquement dans le futur, on voit systématiquement Calvin qui se tape son tigre ou Susie ou les deux. Et systématiquement, c'est pas drôle du tout.

Sinon on pourrait aussi le représenter comme un mec qui travaille dans un grand immeuble, genre à la Défense, et qui est devenu le portrait craché de son père.