?

Log in

No account? Create an account
aspexplorer
16 November 2018 @ 06:55 am

Le Nightwish des origines, c'était bizarre
 
 
aspexplorer
15 November 2018 @ 06:59 am

La dernière photo connue du Chevalier d'Ambalbert

" ...de gueules, aux trois besons d'or, contrairement aux armes du Comté de Toulouse. Mais dites moi, Ambalbert, je crois que vos propres armoiries sont des plus originales.
- Oui, certes, certes, Jean-Louis. Mais ô combien évocatrices !
- Je gage qu'il y a une savoureuse anecdote là-dessous, que vous brûlez de nous narrer.
- Je m'y apprêtais en effet. Eh bien voilà, vous le savez sans doute, j'ai pour aïeul le Chevalier Gontrand, Désiré, Jules, Marie d'Ambalbert de Montmormontmorcy, plus connu sous son sobriquet de "l'Aristo", un surnom qu'il illustra sur mer, car il était gentilhomme de fortune. Eh oui, je descends d'un authentique corsaire, qui sous le règne de Louis XV, alla chercher fortune du côté de Java. Or donc, tandis qu'il croisait au large des côtes de Malabar, après avoir déjà échangé quelques bordées avec des Hollandais au cours des dernières semaines, voici que la " Belle Angèle " se retrouve nez à nez avec deux bricks de la marine Anglaise, qui se lancent à sa poursuite. Le sloop manœuvre avec habileté pour éviter les tirs godons, et riposte à son tour, plus pour tenir ses ennemis en respect que pour réellement les toucher. Soudain, le bosco s'écrie : " Plus de boulets ! " Qu'à cela ne tienne, l'Aristo fait charger à mitraille, on enfourne tout dans les gueules de bronze : clous, outils, vaisselle, pièces de monnaie. Et déjouant ses ennemis, la Belle Angèle se rapproche pour compenser la perte de portée. Manœuvre habile : la salve déchiquette les voiles du premier brick, qui s'était trop avancé, cueillant au passage les têtes de quelques marins de sa gracieuse majesté. L'Aristo peut distancer son poursuivant, et la nuit tombant, il se glisse dans la brume pour s'échapper. Ce qu'ignore mon ancêtre, c'est que le détroit où il croit s'engager n'en est pas un : c'est l'unique passe d'une large baie, où il est donc prisonnier. S'apercevant de sa méprise, il tente de rebrousser chemin, mais les deux bricks gardent maintenant la passe. Pris comme un rat ! L'obscurité tombe, que faire ? Tous feux éteints, l'Aristo confère avec ses hommes : ils décident de passer à l'action sur le champ, profitant de la brise de mer. Sans un bruit, il fait à nouveau charger à mitraille des deux côtés. A faible allure, pour ne pas soulever d'écume, la Belle Angèle fait demi-tour et met le cap sur la passe, gardée par les silhouettes noires des deux cerbères à l'ancre. L'Aristo vise le milieu exact de la formation ennemie, espérant se glisser entre les deux navires. Arrivé à l'exact aplomb, le capitaine hurle : " Feu, de toutes les pièces ! " Et les bouches à feu de vomir leur cargaison sur les ponts des deux bricks simultanément, cinglant les voiles et les mâtures !


Tirer à démater, une vieille technique de pilates

- Quel hardi marin !
- Oui, mais hélas, dans la précipitation et l'obscurité, les hommes de l'Aristo avaient chargé les canons de tout ce qu'ils avaient sous la main, sans trop vérifier ce que c'était. Il se trouva que ce furent les rations de l'équipage, principalement des pâtes séchées (ils avaient relâche en Chine peu avant). Évidemment, ce n'est pas avec ça qu'on peut déchirer des voiles. Le combat, aussi bref qu'inégal, envoya la Belle Angèle au fond de l'eau, avec son capitaine et l'essentiel de son équipage.
- On savait mourir, à l'époque.
- En tout cas, depuis ce jour, mes ancêtres et moi-même portons fièrement comme blason l'écu " bordée de nouilles ". Voici toute l'histoire. Et vous, Chambazinier ?
- Vous allez rire, c'était durant la 8e croisade que mon aïeul Tarjo III, Marquis de Turunennes, se mit au service de Louis X (dit le Hutin) et, tandis que le Bei de Tunis... "


La Belle Angèle face à son destin




Antique symbole de la civilisation celte, le triskat
 
 
aspexplorer
14 November 2018 @ 08:04 am
Il y a quelques semaines tournait sur les réseaux noirs du darkweb de la fachosphère de twitter qui nous ramène aux heures les plus sombres de notre histoire : Macron (de sinistre mémoire) avait eu l'idée funeste de partager la force de frappe nucléaire avec l'Allemagne, et dans la foulée, le fameux siège permanent au conseil de sécurité de l'ONU. Comme d'habitude, j'avais quand même un esprit critique sur ces idées qui me semblaient tout de même un peu trop grotesques pour être prises au sérieux.

Et puis, dans la foulée de la célébration du 11-novembre, entre les youyous et les chanteuses en boubou, Macron a quand même un peu parlé d'armée, en évoquant la bonne idée de faire régiments communs avec les boches. Dans le même temps, la chancelière Merkel évoquait la création d'une "grande armée européenne", ce qui n'est sûrement pas un hasard du calendrier.

Parade.jpg
Chancelier contemplant sa grande armée

Grande armée dont le noyau serait sans doute cette armée franco-allemande si symbolique.

Et dans ce cas, qu'est-ce qu'on fait de la force de frappe ?

Et puis, l'armée de 150 millions de personnes, avec des bombes atomiques et un porte-avion tout-aussi atomique, est-ce que ça ne vaut pas un petit siège au conseil de sécurité ?

Tant qu'à faire, pourquoi s'arrêter en si bon chemin ? Ne pourrait-on pas carrément fusionner nos deux nations en une seule ? Déjà, des voix en Alsace se sont récemment élevées pour faire une sorte de région franche, en prévision peut-être d'une future capitale sur les bords du Rhin ? (il y a déjà un énorme parlement quasi-inutilisé)

Si on regarde le projet froidement, la chose ferait sens. La France gagnerait une surface financière qui lui éviterait la faillite immédiate qui nous pend au nez (la dette représente 100% du PIB) et sécuriserait son siège à l'ONU en l'asseyant sur une réelle puissance économique. L'Allemagne règlerait pour un bon moment son problème démographique et regagnerait la place qui est légitimement la sienne sur la scène internationale, en se dotant d'une armée apte à la projection, d'un empire maritime mondial et donc, de ce fameux siège machin.

Je comprends le projet, donc, ça ne veut pas dire que je l'approuve. Déjà, ce que je viens de décrire là-haut, ça peut aussi se résumer à "on vend la France à l'Allemagne". C'est vrai que l'Allemand en question, ce n'est plus Bismarck, ni Guillaume II, ni Hitler, ni aucun autre tyran teuton à moustache rigolote. C'est une démocratie moderne dont nous gagnerions sans doute à prendre quelques leçons, c'est un pays allié et ami depuis longtemps, bref, c'est "l'ami Fritz", et plus "le boche". Mais quand même, on vend la France à l'Allemagne. S'imaginer que notre pays peut envisager une sorte de fusion entre égaux avec la République Fédérale, c'est un beau rêve, dans la pratique, on nous demandera bientôt de nous défaire de quelques institutions folkloriques telles que ce Président bizarrement élu au suffrage universel, et nous deviendrons les länder occidentaux, qui auront vocation à rentrer dans le moule, comme les länder orientaux après la réunification. Et puis, on aura beau dire, on aura beau faire, je ne suis pas un Allemand.

Mais ce qui me gêne le plus, c'est que je ne suis pas un ennemi de l'Allemagne, au contraire, je suis germanophile. Ce qui me fait le plus peur, ce n'est pas l'influence Allemande en France, qui serait sans doute une bonne chose, c'est surtout l'influence Française en Allemagne. Ce pauvre pays a tant souffert au siècle passé, épargnons-lui, je vous en conjure, la charge de porter le cadavre pourrissant de notre classe énarco-médiatique. Si celle-ci pousse au projet, ce n'est pas mû par une vision de grandeur, mais par le constat accablant que la France est en train de mourir, et va les entraîner avec elle. Le parasite se cherche un autre hôte, c'est aussi simple que cela.

Alors, si notre vieille France doit disparaître, qu'elle accomplisse une dernière grande chose à la face du monde, qu'elle épargne au pays de Goethe le triste destin qui fut le sien. Emportons nos déchets avec nous dans l'abîme et dans l'oubli du temps.

Parade.jpg
Il y a l'un de ces chefs d'Etat auquel on reproche son manque de stature présidentielle
 
 
aspexplorer
13 November 2018 @ 07:49 am
RIP in peace, Bruce Lee, tu resteras pour nous le seul apôtre du véritable jeans US. Certes, c'était un personnage un peu polémique aujourd'hui, comme tous les généraux confédérés, mais... Bref...


Salut mon pote


Un hommage plus approprié

Amegdote amusante : si on les classe par le fric que leurs films ont rapporté, Stan Lee est l'acteur le plus bankable de tous les temps. En effet, il a joué dans tous les films Marvel.
 
 
aspexplorer
Trois ans après le mémorable concert de 2015 où je découvris Nightwish et Arch Enemy, me voici revenu au Bercytron, plus à même d'apprécier le groupe titulaire, et sans trop d'attentes concernant Beast in Black, qui semble être (d'après ma lecture de Wikipedia) un spin-off de Battle Beast.

Ça ne me gêne pas tant que ça du reste, je ne connais pas Battle Beast. Après un ou deux morceaux, mes a priori négatifs sont balayés par le professionnalisme de la formation et l'allant du frontman, je dois dire que je suis assez emballé. Par sa tessiture, son allure générale et son jeu de scène, l'homme rappelle Rob Halford plus jeune, et il ne se cache pas de ses influences priestiennes (le début du concert est annoncé par "Nightcrawler". Un bon moment (ils reviennent en mars à la Maroquinerie).

Le show de Nightwish rappelle assez celui de Maiden : un best-of du groupe, en attendant le prochain album. Pas avec tout à fait le même bordel sur scène évidemment, mais les vidéos projetées en arrière-plan donnent une belle illusion de profondeur. Floor m'a semblée un peu en retrait, mais Marco (basse et voix virile) et Troy (folkeux) compensent, donnant à la formation une vraie cohésion de groupe. Et puis, ils ont l'air de se décoincer un peu du cul, c'est pas du luxe. Faisant la part belle à des vieilleries de l'époque tarjienne, il y a peu de titres récents, et en particulier on fait l'impasse sur Storytime, ce que je trouve vraiment dommage. En revanche, ils on joué "the greatest show on Earth", ce qui n'est pas un mince cadeau (ça dure six plombes). Bref, un cercon que j'eusse mieux apprécié assis, tant il est vrai qu'aller dans la fosse pour ce genre de show présente peu d'intérêt.

Les Photostres !
Oui je sais, c'est de la merde



 
 
 
aspexplorer
10 November 2018 @ 04:46 pm

" Nous recevons maintenant Rä Haarihosen, ex-guitariste du groupe King Battleaxe, qui vient nous parler de son nouveau projet Helix of Darkness. Bonjour Rä.
- Bonjour Knuttson.
- Alors c'est un premier album chargé de rage et de fureur que vous sortez avec votre nouveau groupe, un album intitulé " Eternal Torture ", tout un programme. Certains disent que le ton particulièrement dark de cet album aurait été inspiré par votre séparation soudaine d'avec King Battleaxe, et en particulier, avec le frontman Edvar Baaladdur.
- Ecoutez, mon départ de King Battleaxe a été soudain, oui, mais mûrement réfléchi. Edvar et moi, nous avons constaté qu'après toutes ces années, nous avions des divergences d'opinion sur la manière de faire certaines choses, et nous sommes séparés d'un commun accord. Il n'y a pas de drame, c'est la vie, c'est comme ça. Voilà, c'est tout.
- Des divergences d'opinion sur quoi, au juste ?
- Eh bien, en premier lieu, j'estimais que je pouvais baiser ma femme moi-même, alors que ce sac à merde tenait à s'en charger. "
 
 
aspexplorer
09 November 2018 @ 07:57 am



Notez comme l'hôtel avait un cachet particulier.
 
 
aspexplorer
08 November 2018 @ 06:49 am

Non je déconne.

Mais quand même, cette agitation autour de l'image de Pétain est grotesque. Elle ne traduit à mon sens qu'une gêne profonde de la classe politico-médiatique Française, qui sait d'où elle vient. Les politiciens des années 30 étaient tout autant haïs et méprisés par la population que les nôtres aujourd'hui, et à juste titre. Toute la caste d'affairistes pourris qui avaient mené le pays à la ruine avait trouvé, en juin 40, une divine surprise dans les bottes de la Wermacht : une opportunité de continuer à faire ses petites et grandes affaires sans avoir à s'encombrer de ces pénibles et toujours imprévisibles rituels que sont les élections. On a appelé ça "Etat Français", ou "Vichy". On a formellement confié le pouvoir à un ticket d'union nationale, avec Pétain, rassurant chef de l'Etat de centre-droit, et Laval, rassurant chef du gouvernement de centre-gauche. Oui, car Pétain-Laval, à l'époque, étaient à peu près autant perçus comme des fascistes qu'un attelage Alain Juppé / Gérard Colomb. Bref, sous cette étiquette, les mêmes grenouilles de ministères on continué les mêmes grenouillages, et se sont considérablement enrichies. Vichy, c'était la IIIe République, moins la démocratie.

Mais parfois, l'histoire a des détours inattendus, et après le grand coup de balais de 1945, ces traitres ont dû disparaitre du paysage, au profit d'une nouvelle aristocratie d'état issue du gaullisme et de la résistance. Ces gens n'étaient pas nécessairement plus compétents, ni même plus honnêtes, mais c'étaient au moins vaguement des patriotes, et le fait est qu'ils ont relevé le pays.

Et puis, dans les années 70, les enfants des pourris des années 30, les enfants des collaborationnistes, sont revenus au pouvoir, par le truchement des Grandes Écoles qu'ils avaient créées pour ce faire. Ils sont dans les ministères, dans les administrations, dans les media, dans les grandes entreprises. Et à nouveau, ils ont vendu la France. Ils ne savent faire que ça.

Il est pratique, le vieux Maréchal, il prend bien des choses sur son dos. On peut lui faire dire ce qui nous arrange, ceux qui l'ont connu, ceux qui l'ont suivi, sont morts, et sa mémoire est sous la garde de quelques historiens à gages. Il faudra sans doute attendre un siècle pour que son histoire ne soit plus l'otage du calendrier électoral et qu'on puisse enfin faire l'inventaire de Vichy.
 
 
aspexplorer
07 November 2018 @ 02:06 pm
Quand vous êtes en voyage d'affaire, il est important de vous renseigner auparavant sur les diverses prestations que fournit votre hôtel. Bien sûr, il y a les commodités habituelles, telles que wi-fi, baignoire, horaires de la réception... Mais on pense rarement à s'enquérir du degré de détail de la note qui sera envoyée au service Achats. Sachez donc reconnaître un établissement de qualité :

Excellent hôtel :
NOTE
3 nuits€ 285,00
Total€ 285,00


Bon hôtel :
NOTE
3 nuits€ 231,00
TVA 20%€ 46,00
Taxe locale€ 8,00
Total€ 285,00


Hôtel correct :
NOTE
3 nuits€ 195,00
Services divers€ 36,00
TVA 20%€ 46,00
Taxe locale€ 7,00
Total€ 285,00


Hôtel louche :
NOTE
3 nuits€ 195,00
Télévision PPV€ 36,00
TVA 20%€ 46,00
Taxe locale€ 7,00
Total€ 285,00


Boui-boui indigne :
NOTE
3 nuits€ 195,00
Télévision PPV€ 36,00
Détail
  Dorcel TV : Hairy Midgets II€ 6,00
  Dorcel TV : Hairy Midgets III€ 6,00
  HotXXXVid : Grumpy total gonzo€ 6,00
  Dorcel TV : Hairy Midgets IV, a new beginning€ 6,00
  Burning Flicks : Jockstrap&Cummings€ 6,00
  Dorcel Classics : Poor little white boy€ 6,00
TVA 20%€ 46,00
Taxe locale€ 7,00
Total€ 285,00

La direction souhaite rappeler qu'en application de l'article 225-5 du Code Pénal, nous ne sommes pas en mesure de fournir à notre aimable clientèle un quelconque service d'accompagnement. Par ailleurs, la bonne volonté du personnel d'entretien de l'hôtel se borne strictement aux questions relatives à l'entretien de l'hôtel.
 
 
aspexplorer
06 November 2018 @ 07:31 am

C'est vrai que Babymetal a bien changé




Américains faisant la queue sous la pluie pour voir un
meeting de Donald Trump sur l'écran géant devant le stade.