Gratte

Endless forms most bioutifoule

Joyeux anniversaire Simone




Ah et puis autre grande nouvelle pour les amateurs de sympho : Nightwish va sortir un nouvel album studio le 10 avril. Tuomas est apparemment en verve, puisqu'il s'agira d'un double album, avec un disque plein de morceaux, et un autre avec un seul morceau, mais loooong.

Vol. 1

1. Music
2. Noise
3. Shoemaker
4. Harvest
5. Pan
6. How's The Heart?
7. Procession
8. Tribal
9. Endlessness

Vol. 2

1. All The Works Of Nature Which Adorn The World - Vista
2. All The Works Of Nature Which Adorn The World - The Blue
3. All The Works Of Nature Which Adorn The World - The Green
4. All The Works Of Nature Which Adorn The World - Moors
5. All The Works Of Nature Which Adorn The World - Aurorae
6. All The Works Of Nature Which Adorn The World - Quiet As The Snow
7. All The Works Of Nature Which Adorn The World - Anthropocene (incl. "Hurrian Hymn To Nikkal")
8. All The Works Of Nature Which Adorn The World - Ad Astra

Je suis un peu dubitatif en ce qui concerne les titres des morceaux, mais bon...
liens

L'arrêt Stalingrad n'est plus desservi

La réponse à hier était : évidemment, le seul groupe de metal était Babymetal. Jinjer est un groupe de groove prog (dixit Eugene), AC/DC est un groupe de hard rock et "We are Motorhead and we play rock and roll".


Bonne nouvelle pour tous les Parisiens ! Après des années de travaux parfois éprouvants, la RATP va modifier le plan de circulation des autobus, datant pour certaines lignes du Second Empire (à l'époque, c'étaient des omnibus à cheval), pour les adapter aux nouvelles réalités urbaines de la capitale. La mise en place du >> nouveau plan de circulation << aura lieu le 20 avril prochain, quelle merveilleuse façon de célébrer avec faste l'anniversaire du Führer !


Lui qui aimait tant le bus
illuminati

Cherchez l'intrus









Poll #2098289 Le jeu des métaux

Sélectionnez tous les groupes de métaux dans la liste

Jinjer
0(0.0%)
Babymetal
0(0.0%)
Motorhead
0(0.0%)
AC/DC
0(0.0%)



Alors hier, certains esprits forts, égarés par leur peu d'habitude de l'accent australien, ont pu par mégarde croire, à voir la vidéo, que le drop bear n'existait pas, que c'était un canular, une sorte de cousin Australien du dahu. Il n'en est rien, le drop bear existe bien, comme en témoigne d'ailleurs le site du très sérieux Australian Museum de Sydney, qui lui consacre >> une page <<. Une telle caution scientifique devrait faire taire les laineux.



La dernière vidéo de Ladybaby



La dernière... :-(
feanor

Endémique de son habitat


On n'est jamais trop bien équipé quand on doit être confronté
au fameux drop bear Australien, un cousin énervé du koala. Mais même
quand on est bien protégé et entouré de spécialistes, il faut rester
très prudent, comme cette journaliste va l'apprendre à ses dépens.
chtoïng

Ni sen ni ju


Comme disait le célèbre languiste Jean Travkedahl, au
moins on peut entendre les voix des deux pépettes



Les nanas de Japan in Motion visitent une école d'idols à Hiroshima. Devinez qui se trouvait parmi les anciennes pensionnaires...



Gratte

Attraction Theory + Abhcan + Elfica au Petit Bain, 10 janvier 2020

Ç'aurait dû être le dernier concert de la décennie, mais ce fut en fait le premier de la nouvelle, puisqu'en raison des grèves, la manifestation fut repoussée. En l'occurrence, nous allons explorer la scène sympho française avec trois formations locales dans le modeste écrin du Petit Bain. Je n'ai guère de difficulté à me trouver au premier rang. Puis je vais pisser. Je reviens au premier rang. Je vais boire un ricard. Je reviens toujours au premier rang. Un autre type s'est mis sur le côté. Bon, on va pas se bousculer ; l'essentiel du populo est aux barrières, sur les côtés, au bar, au merch... ou dans les transports. Le matos de scène est assez typiques des groupes amateurs : une artillerie lourde d'amplis à lampes et des pedalboards débordants de douzaines d'effets, pas du tout adaptés à une salle de cette taille. Je crains de voir resurgir le syndrome courant de ce genre de manifestation : basses à fond, guitares et chant inaudibles.

Abhcan est une formation assez heavy pour le genre, tirant parfois vers le death, au son assez moderne. De l'avis général, la chanteuse (Lina) ne manque pas de présence scénique, son bref passage "acoustique" nous rappelle un peu Simone Simons, mais elle s'avère, sur certains morceaux, capable de produire un chant saturé strident. Petit goof à un moment, le backdrop, enregistré sur le PC de Lina et projeté sur l'écran derrière eux, est tombé en économiseur d'écran, et il a fallu ré-entrer le mot de passe...

La salle est maintenant décemment pleine. Elfika, mené par la blonde Laure, est un groupe de sympho plus traditionnel, qui sort son premier album la semaine prochaine. Dotée de musiciens solides, on est, comme l'indique le nom du groupe, dans un trip plus fantasy. Un petit passage instru nous permet d'apprécier la dextérité du batteur et du claviériste, mais la star, c'est le lead guitarist, qui va meubler les blancs dûs à des ratés techniques en plaisantant avec le public tout en buvant des bières (il est, accessoirement, un soliste très capable).

Attraction Theory arrive maintenant avec un jeu scénique de la vocaliste assez étudié, porté par des musiciens confirmés qui donnent un petit air rock US old school aux entames des morceaux. Ce n'est qu'à ce moment que le syndrome de la basse à fond ressurgit, je vais donc écouter ça dans le fond de la salle, où la sono maison du petit bain couvre le son direct des amplis. Le set est un peu court hélas, mais les morceaux sont assez énergiques et variés pour susciter l'intérêt pour cette formation.

Au final, les trois chanteuses vont monter sur scène pour reprendre deux morceaux (d'Evanescence et Nightwish), et puis, ben, c'est fini, il se fait tard (une reprise de led zep était prévue, mais on a perdu beaucoup de temps suite à toute sortes de problèmes techniques).

Une très sympathique entrée en matière pour une nouvelle décade de metal.

Eh bien, j'ai pris des photostres (G7X)


Abhcan














Le password de Lina est Jaimeleschatons1234





Fuck Yeah Montherlant !


Elfika, le batteur se prend pour Queen


Laura




















Photo de groupe


Les choses sérieuse : Attraction Theory


Ouais mec








Un petit air d'Annette Olzon au niveau du front











Da girlz
illuminati

Comme un œuf

La pulpeuse Svetlana s'effondra dans mes bras, son corps de liane soudain affalé contre le mien. Une fleur de sang apparut sous son sein nu qui déjà blêmissait. Dans la pénombre du bungalow, un rire éclata, un rire que je ne connaissais que trop bien.
" Ah ah ah ah ah, bienvenue à Bota Nigra, j'espère que vous avez fait bon voyage.
- Zladkov ! Scélérat ! J'avais reniflé quelque remugle fétide depuis l'aéroport, j'aurais dû reconnaître votre scélératesse !
- Vos insultes ne vous sauveront pas cette fois ci. Vous avez été un adversaire valeureux, mais pas au point que je vous regrette.
- C'est donc vous qui étiez depuis le début derrière cette histoire de missiles Russes ?
- Ceci, ce n'était que des enfantillages ! Un écran de fumée pour couvrir mes véritables plans. Mais ne comptez pas que je vous les dévoile, je ne suis pas né de la dernière pluie. Adieu ! "
Mais le pompeux colonel Zladkov avait beau s'en défendre, il était tombé dans mon piège. Durant notre conversation, j'avais discrètement activé le bouton de ma montre qui déclenchait la petite charge explosive dissimulée dans le téléviseur, situé directement derrière mon implacable ennemi. Il implosa dans une gerbe d'éclats de verre, lacérant le dos et les mollets du traître Albanais qui, surpris, lâcha son mauser. Je me jetais de tout mon long pour m'en emparer, et sans lui laisser une chance de fuir, j'abattis cet ignoble individu de deux balles dans la poitrine.
" Echec et mat, Zladkov. "

Charles de Gaulle, Mémoires de Guerre v. 5 : Du rififi aux Bahamas




Ah, ben c'était quand même autre chose
Papy Asp

Un exemple pour les jeunes gens

" Après trois heures de lutte, les mains griffées par les épines, le visage mangé par les insectes, n'osant pas enlever mes bottes pour dénombrer les sangsues accrochées à mes mollets, je parvins enfin à sortir de la jungle de Maï-pang. La plaine vallonnée de Gorogoro s'étendaient devant moi, balafrée d'un cours d'eau que j'estimais être le fleuve Zinzolin, ou au moins, l'un de ses affluents. J'étais sans doute encore bien loin de la civilisation, mais enfin, l'homme avait ici laissé sa marque ; de loin en loin, une clairière zébrée de cultures, un feu, une hutte peut-être se laissait voir. Là-bas, je discernais un enfant menant deux buffles. Un intense soulagement s'empara de moi. Les bons nègres de la région avaient déjà rencontré l'homme blanc, certains mêmes avaient, disait-on, quelque sentiment chrétien, aussi pourrais-je sans doute obtenir d'un de ces sauvages une rude mais franche hospitalité. J'en étais à ces réflexions quand derrière mois, un tumulte dérangea les broussailles. Je me retournais vivement, pour contempler avec horreur un immense gorille, une bête affreuse, caricature d'homme, hurlant, crachant, se frappant le poitrail. Je savais avoir peu de chances de le distancer à la course, aussi pris-je le parti d'affronter le monstre, armé seulement de mon bâton, de mon canif et de ma qualité de Français ! Charles, me dis-je en moi-même, il est temps à nouveau de faire preuve de courage. "

Charles de Gaulle, Mémoires de Guerre v. 4 : Chez les pygmées


Avec Chaban, chez les farouches Bombatanga mangeurs de cérumen