?

Log in

No account? Create an account
 
 
11 November 2016 @ 10:59 am
Le Président Donald Trump  
Le Président Donald Trump

Le Président Donald Trump

Il va falloir s'y faire, on va entendre ces mots pas mal de fois au cours des prochaines années.


Qu'est-ce qui a foiré ? Ben à mon sens, ça a foiré avec l'élection d'Obama. Cyniquement, les stratèges démocrates on trouvé un moyen infaillible de ne plus jamais perdre les présidentielles. Ils avaient observé que la masse des électeurs sont des blancs, et qu'ils votent traditionnellement en fonction de critères sociaux. Un ouvrier, ça vote démocrate. Un fermier du Texas, ça vote républicain. Globalement, les deux camps s'équilibrent, et ce sont des gens raisonnablement enracinés dans leur vote, qui est souvent héréditaire (par exemple, les blancs du sud votent démocrate parce que Lincoln était républicain). Bref, même si les blancs constituent le gros du pays, ça ne sert à rien de labourer ce territoire. En revanche, il est utile d'essayer de conquérir "la diversité", minorité par minorité, en promettant à chaque communauté une sucette. Le mariage gay pour les LGBT, des papiers pour les chicanos, des places en université pour les noirs, etc...). Ce sont des communautés, et elles ont un vote communautaire : elles votent en fonction de l'intérêt de leur communauté, avec peu de considération pour les enjeux nationaux. Et c'est ainsi qu'Obama a pu être élu, en additionnant la moitié captive du fond d'électorat blanc avec des minorités fortement mobilisées.

Ça a bien marché pendant huit ans. Et puis ça a foiré. Ça a foiré d'une part parce que madame Clinton n'avait pas les qualités de contact d'Obama, ni celles de son mari, mais surtout, ça a foiré parce que le vote blanc est devenu un vote communautaire. Constamment harcelés par l'affirmative action de plus en plus impérieuse de communautés de plus en plus farfelues, le fond du pays s'est aperçu que tout ce qui lui restait à faire, c'était donc payer, se laisser insulter et fermer sa gueule. C'est difficile à avaler quand on se crève le cul dix heures par jour dans un boulot de merde sans couverture sociale. C'est encore plus dur quand on vit dans un mobile-home et qu'on ne cesse de vous rappeler que vous êtes coupable de votre couleur de peau.

Alors, les blancs ont fait peuple. Eux aussi se sont mis à voter pour défendre l'intérêt de leur communauté. Les deux tiers ont voté pour Trump. Ils ont abandonné les divisions en classes sociales et, à l'exception de quelques décorateurs d'intérieur des métropoles mondialisées, ont massivement élu Trump. Cette irruption du vote ethnique n'est sûrement pas un grand progrès démocratique, mais c'est une réalité, et la conséquence logique d'un abandon d'un idéal d'égalité pour l'égalitarisme moderne, qui n'est que du clientélisme avec bonne conscience.

C'est riche d'enseignement, car cette stratégie d'Obama, c'est aussi celle de Terra Nova, le think-tank socialiste qui dirige la stratégie politique du parti aux 10%. C'est aussi la stratégie de la plupart des Républicains, à commencer par Alain Juppé, le Calife de Bordeaux.

La suite est prévisible. Les USA n'ont pas eu leur première femme présidente, mais nous, on peut sans doute y arriver.
Tags:
 
 
 
Typhon Baal Hammonbaal_ammon on November 11th, 2016 10:14 am (UTC)
« les blancs du sud votent démocrate parce que Lincoln était républicain »

Je crois que c'est plus vrai depuis Lyndon Johnson, papy.

« vous êtes coupable de votre couleur de peau. »

J'ai déjà entendu ça quelque part, elle est pas neuve cette ritournelle.

Contrairement à ce que tout le monde répète, j'ai pas l'impression qu'il y ait eu une grosse mobilisation de l'électorat petit-blanc. Le lumpenprolétariat blanc qui vit dans un trailer park, je pense que globalement, il s'abstient, et d'ailleurs il sait pas qui est président.

Je te rappelle que Clinton a reçu légèrement plus de voix au niveau national, et au niveau local, les victoires de Trump sont souvent assez étroites dans les battleground states (moins de 12 000 voix d'écart dans le Michigan sur 5 millions de suffrages exprimés). Manifestement, Clinton a manqué de charisme, fait une campagne très dans les rails, et n'a pas réussi à mobiliser suffisamment.

« La suite est prévisible. »

L'Histoire n'est jamais écrite, surtout aux USA où n'importe quel abruti peut se payer un Carcano par correspondance et changer le cours de l'Histoire, mais aussi en France, où à force d'avoir des fusillades en pleine rue, peut-être qu'un jour où l'autre une balle finira dans la peau d'un ministre.

Typhon

Edited at 2016-11-11 10:19 am (UTC)
(Anonymous) on November 11th, 2016 02:02 pm (UTC)
Il me semble que les blancs ont voté à 52% pour Trump, contre 82% des noirs qui ont voté pour leur intérêt, en l'occurrence pour Hillary.
Donc le communautarisme blanc se réveille mais très très doucement, ce n'est pas une victoire, c'est le début de la bataille et la première lueur d'espoir.

Ce qui est sympa aussi, c'est que les gens n'ont pas trop écouté les médias, comme pour le Brexit, et ça c'est une évolution positive.

Par contre, pour les gros morceaux, tels qu'une sortie de l'OTAN, une désescalade avec la Russie et un retrait des USA des affaires internationales, Trump va découvrir la puissance de l'Etat profond américain, et son mandat a de fortes chances d'être décevant.

Mais bon ça fait bien plaisir quand même.

Melvas, vous avez vu le tronche des journalistes ? et des fans d'Hillary ? sérieux ? QUEL BONHEUR !
(Anonymous) on November 11th, 2016 04:34 pm (UTC)
Au delà d'une lecture purement identitaire (83% de Noirs pour Clinton, c'est 10 points de moins que pour Obama), cette élection, c'est aussi le rejet du "There is no alternative", "grand train de la libéralisation", et autre "concurrence libre et non faussée".

Parce que les "petits blancs", les "petits hispanos" et les quelques "petits noirs" qui ont voté pour Trump, ils ont surtout voté pour le retour des emplois industriels qualifiés, et bien payés, qui ont largement été envoyés en Chine par le "dogme".

Après il y a toujours les excités du KKK, mais ça ne fait une majorité ni au suffrage direct, ni chez les Grands Electeurs.
(Anonymous) on November 12th, 2016 12:21 pm (UTC)
Entre ce pour quoi ils ont voté et ce qu'ils vont avoir, il y a une marge, et ils auront de grandes désillusions.

Pour mémoire, Trump, c'est le gars qui fait fabriquer ses cravates et ses casquettes en Chine, pas aux USA.

Ensuite, il va très certainement passer toutes les lois proposées par son parti, comme par exemple détruire l'embryon de sécurité sociale et tout privatiser (Mort aux pauvres!), développer les forages pétrolifères par fracturation hydraulique (si t'as les moyens, tu pourra boire Trump Water), détruire encore plus l'éducation (imposer le créationnisme, enseigner le reste de la mythologie chrétienne comme de la Science et de l'Histoire, l'abstinence comme seule éducation sexuelle...), révoquer le système de "Food Stamp" (à votre avis, les petites classes moyennes blanches "qui ont fait peuple", "qui se réveillent", elles en ont besoin pour vivre, de l'aide alimentaire de l'Etat fédéral?), le charbon déclaré "énergie propre" (rien de tel qu'un smog permanent pour signifier le retour du 19e siècle), j'en passe et des meilleurs.
Source: le nid de liberals bien-pensant, "coupés du peuple", qu'est The Nib; l'illustration "Now, what?", de Scott Bateman, qui reprend le programme 2016 du parti républicain.

Le Créateur Fou, sourcé.
svenizkypeursvenizkypeur on November 14th, 2016 09:17 am (UTC)
Trump a aussi dit exactement le contraire sur la plupart de ces sujets. Ce qui fait qu'on a aucune idée de ce qu'il va faire, ce qui est loin d'être rassurant.

Aussi, le revenu médian des électeurs de Trump est 16 000$ au dessus de la médiane nationale : je ne suis donc pas certain qu'ils s'inquiètent des food stamps et des emplois industriels (source : fivethirtyeight).

Athreeren
Manoupromanou on November 12th, 2016 02:58 pm (UTC)
La comparaison avec Le Pen est tirée par les cheveux.

Trump était le candidat d'un parti installé, pas Le Pen. Clinton a reçu 500 000 voix de plus que Trump (en France, Trump aurait perdu). Il n'y a pas de vote communautaire en France (du moins, pas encore, il y a des signes qui indiquent que c'est en train de changer). Trump a joué la provocation, Le Pen joue la dédiabolisation. Les médias américains type Fox étaient favorables à Trump, et les médias démocrates étaient à l'inverse insultants (ce qui confirme les électeurs républicains dans leur choix, les ennemis de nos ennemis sont nos amis), quand Le Pen a même du mal à se faire accepter par Minute. Le Pen n'est pas une Trump française.

Par contre, et c'est limite plus inquiétant, Sarkozy l'est (parti installé, ne joue que peu le vote communautaire, jour par contre la provocation, a le soutien des médias de droite tout en étant détesté par les médias de gauche, ...).

Mais d'ici l'élection française, Trump aura peut-être démontré que les politiciens populistes sont aussi des politiciens, et que pour eux aussi, les promesses n'engagent que ceux qui y croient. Comme le Brexit, l'élection de Trump peut être à moyen terme un mauvais coup porté à l'extrême-droite.
(Anonymous) on November 12th, 2016 07:06 pm (UTC)
Ou pas, en fait.

1. Hillary Clinton a gagné le vote populaire.
2. L'abstention était inhabituellement élevée (par rapport à l'ère Obama, pas en général) : Trump a perdu (oui, perdu) un million de voix par rapport à la dernière élection, Clinton en a perdu six.
3. Un tiers des Latinos et 40% des femmes ont voté Trump.

En fait, ce qu'il s'est passé est relativement simple : l'image de Clinton a été suffisamment ternie, à tort ou à raison, pour qu'une masse critique d'électeurs décident soit de voter pour un clown comme Trump, soit de s'abstenir. À cela s'ajoute l'erreur stratégique de Clinton de ne pas s'occuper suffisamment de la "rust belt" qu'elle croyait acquise d'avance. La débilité d'un système électoral conçu au XVIIIè siècle a fait le reste.

La fable du peuple blanc qui secoue ses chaînes contre la méchante affirmative action et le lobby gay, ça commence à faire longtemps qu'on nous la ressasse, que ce soit sur /pol/ ou ailleurs. Tout comme les clandestins violeurs, le truquage des élections (sauf quand on gagne), et toutes ces charmantes histoires qui ont la fâcheuse manie d'être démenties dès que quelqu'un de sérieux se penche sur la question. Mais visiblement il suffit de répéter les mêmes conneries encore et encore pour qu'on finisse par y croire. On devrait appeler ça la politique mémétique, ce n'est que justice vu comme les États-Unis ont accompli l'exploit d'élire un mème à forme humaine.
aspexplorer: crysisaspexplorer on November 12th, 2016 07:32 pm (UTC)
Ton commentaire aurait pu avoir quelque portée il y a 2h, mais les résultats viennent de tomber, et Trump a aussi gagné en voix brutes...
(Anonymous) on November 12th, 2016 09:35 pm (UTC)
Gougeul me dit 60,839,922 votes contre 60,265,858 votes en faveur de Crochue Hillary, et aucune recherche approfondie ne semble indiquer une quelconque majorité populaire pour le leader orange. Au contraire, l'écart ne fait que s'agrandir. T'as une source non-Breitbart, non-4chan ?