?

Log in

No account? Create an account
 
 
20 November 2016 @ 09:47 am
Ça ressemble à quoi, un peuple de larves ?  
...
Ils viennent jusque dans vos bras.
Égorger vos fils, vos compagnes!

Sortez les p'tites bougies
Allumez vos lampions
Marchons, marchons
Tous à genoux
Pour demander pardon

Tags:
 
 
 
(Anonymous) on November 20th, 2016 09:39 am (UTC)
De quoi?
(Anonymous) on November 20th, 2016 09:52 am (UTC)
Ils demandent pardon pourquoi ? Pour la colonisation ? L'esclavage ? Pour le capitalisme ? Pour le racisme ? pour provoquer les racailles avec les filles non-voilées ? pour n'avoir pas encore accueilli toute l'Afrique ? Pour être blanc, athée, agnostique, Chrétien, pour aimer l'Histoire ? Pour Francis Lalane ? Pour manger du jambon, pour fêter Noêl ? Pour vouloir vivre, perdurer dans son être, conserver la pays tel qu'il est ? Pour prendre aux africains l'uranium dont ils ne font rien ? On ne sait pas, mais bon on est des larves, je suis d'accord sur le principe général.

Melvas, de quoi parle ce post ?
(Anonymous) on November 20th, 2016 03:35 pm (UTC)
"Pour prendre aux africains l'uranium dont ils ne font rien ?"
Ce genre de réflexion, ça fait fait partie des raisons pour lesquelles les africains "ne font rien" de leur uranium.

Le Créateur Fou, aimer l'Histoire, c'est bien, éviter de s'y plonger avec des buts idéologiques, c'est mieux.
(Anonymous) on November 20th, 2016 10:00 pm (UTC)
"aimer l'Histoire, c'est bien, éviter de s'y plonger avec des buts idéologiques, c'est mieux."

C'est pas moi qui a commencé, c'est eux d'abord, à dire que les blancs gnagna, l'esclavage, la colonisation, les croisades, alors que l'esclavage des noirs par les arabes, la colonisation des ottomans, les razzias sur les peuples européens, les centaines de batailles d'agressions du jihad sur le sol européen, tout ça existe aussi, mais ils n'en parlent jamais, probablement pour des raisons idéologiques, il me semble.

Alors j'arrêterais quand ils arrêteront, et eux d'abords.

Melvas, parce que au bout d'un moment.
(Anonymous) on November 21st, 2016 06:00 pm (UTC)
Je crois Me souvenir que la France et le Royaume-Unis se sont partagés l'Afrique à 40% chacun et laissé les miettes à qui voulait.
Je crois Me souvenir qu'on a tué ceux qui nous résistaient, qu'on a réduit les survivants à des citoyens de seconde zone, qu'on leur a tracé des frontières à la con en coupant des peuples en deux et en mettant les bouts avec des bouts des voisins, qu'on a secoué bien fort pour qu'ils se bouffent le nez plutôt que de se révolter; qu'on leur a fait construire toutes les infrastructures pour un salaire de misère, dans des conditions déplorables, voir au travail forcé; qu'on a aboli leurs cultures, limité voir interdit leurs langues, qu'on leur a imposé nos religions et nos superstitions; que l'on a pillé leurs ressources, et que les filières d'exploitations (dans les deux sens du terme) existent encore, sous la férule des autocrates désormais autochtones, mais faisant souvent souffrir tout autant leurs peuples.
Vous m'excuserez donc, mais dire "gna gna la colonisation", c'est un peu léger. Vous ne pouvez balayer du revers de la main les centaines de milliers, voir les millions de morts qui sont de notre fait.
Et puis dans ce contexte, mettre dans le même sac le nord arabisé, le sahara, l'Afrique noire, la pointe sud, n'est-ce pas faire preuve d'un grand manque de sérieux, pour ne pas dire un grave manque de rigueur?

Le Créateur Fou, c'est bien connu, le Djihad, c'est de la faute des gabonais.
(Anonymous) on November 21st, 2016 08:42 pm (UTC)
Je pourrais répondre mille choses pour montrer à quel point l'esclavage perpétré par les musulmans sur les africains et les européens était pire que tout, mais est-ce bien la peine ?

Quand je dis que l'Histoire est un combat d'idée, c'est pour ça : quelque part peu importe la vérité, puisque ni vous ni moi n'avons esclavgisé des africains et aucun africain en France n'est lui même un esclave.

Donc ce qui importe plus c'est le bienfait d'une vision de l'Histoire sur la psychologie collective. Il me semble que présenter nos ancêtres comme des civilisateurs modernes et implacables, c'est mieux que de les présenter comme des ordures dégoûtantes à peine Humaines.
C'est ce que Degaule nommait "continuer le roman national", c'est aussi pour ça que Poutine refuse de diaboliser complètement Staline. Hou les méchants dictateurs qui préservent la santé mentale de leurs peuples.

Ce serait bien mieux pour la psychologie de nos petites têtes blondes, cela seul devrait me suffire car je suis un gros nazi, mais en plus il me semble que ce serait même mieux pour la cohabitation avec l'Islam, avec "l'Autre", vu qu'on respecte mieux des gens qui s'aiment et se respectent eux-même que des gens qui se flagellent et se confondent en excuses.

Melvas qui veut le bien de tous, parfois sans le faire exprès.
(Anonymous) on November 25th, 2016 08:58 pm (UTC)
Autant je conçois que l'on puisse vouloir motiver les gens en les caressant dans le sens du poil pour les pousser à bien se comporter, autant on ne fonde rien de bon sur des mensonges issus d'une idéologie.
Ce qui est détruit par la vérité mérite de l'être.

Alors, oui, on peut avouer que l'Histoire, seule, dans son coin, en tant que science humaine est éminemment subjective, mais c'est pour cette raison qu'il y a croisement des sources, débats académique et interdisciplinarité. C'est plus difficile de nier un génocide avec quinze millions de rapports de médecins légiste et documentation des charniers avec analyse ADN, par exemple.

" Hou les méchants dictateurs qui préservent la santé mentale de leurs peuples."
Hou les méchants dictateurs qui manœuvrent pour prendre le pouvoir, purgent les opposants, commanditent des assassinats et tuent par goulag et famine cinquante millions de personnes. Hou aussi les vilains oligarques qui balancent de la grosse propagande nationaliste pour rester au pouvoir et continuer à tondre leurs peuples.

Le "roman national", c'est du pipeau pour faire danser les cons au son du canon.

Le Créateur Fou, la politisation de l'Histoire, c'est non.
(Anonymous) on November 25th, 2016 10:13 pm (UTC)
Quand je dit dictateur, c'est ironique, je parlais de Degaule et Poutine, quand ils refusent de mettre l'accent sur la collaboration pour l'un, ou de faire de Staline un démon pour l'autre, alors que c'est aussi le grand vainqueur du nazisme, pourquoi retirer ça aux Russes ? Dans quel but ? Puisque ce n'est pas vraiment un mensonge, c'est une interprétation.

Il y a toujours une scénarisation, une narration, c'est inévitable, on tend à l'objectif sans l'atteindre, et de toutes façons l'enseignement est largement aux mains de nos ennemis. Donc politisé à l'extrême. J'ai vu de la propagande anti-Poutine et pro-Obama dans un livre d'Histoire pour lycée.

Alors autant choisir une narration propre à apaiser. Il me semble qu'enseigner à nos têtes blondes et crépues que nos ancêtres étaient des monstres racistes ne va pas dans le sens d'un apaisement pour les têtes crépues ou d'un amour propre pour les têtes blondes. Il me semble que c'est le résultat d'une propagande visant à créer des tensions horizontales pour diviser le peuple.

L'Histoire est carrément une arène, certains veulent annuler complètement toute référence à la France d'avant la Révolution, d'autres affirment que les Égyptiens antiques étaient noirs, et que bla bla c'est nous qu'avons inventé les maths en fait, etc. Il y en a même qui veulent que la terre soit très jeune et que l'Homme ne vienne pas du singe. Connaître l'Histoire permet de se forger une identité, fût elle artificielle, savoir qui on est et où on va, donc de résister, donc être critique, donc l'Histoire est un secteur névralgique de la lutte des classes.
Du coup quand vous dites "non à la politisation de l'Histoire", j'entend un truc comme "non à la marchandisation du sexe" ou "non à la cupidité des banquiers".

Le roman national c'est du pipeau, alors on l'a troqué contre le roman mondialiste made in cartels corporation, nos ennemis, le cauchemar transhumaniste esclavagiste et génocidaire, et on est bien contents, maintenant.

Les Nations, c'étaient nos ennemis du temps où le capital en avait besoin, en phase de croissance facile.
Maintenant qu'elles sont désuètes aux yeux de nos maîtres, elles représentent pour nous d'ultimes protections aux allures de décombres, que certains continuent à accuser des maux du monde, alors que les pires criminels ont tous les nations en horreur, à présent. Il faut actualiser.
Quand la Russie s'est formée sur la fin de l'Empire des Tsars, il y avait encore des anti-tsaristes. Quand Les républicains francs-maçons ont pris le pouvoir en France, il y avait encore des anti-royalistes. Evidemment, ils ne faisaient pas peur au nouveau pouvoir, bien au contraire, ils le servaient. Il y a une analogie avec les anti-nationalistes d'aujourd'hui.

Melvas, la politisation bénéfique de l'Histoire, c'est oui.
(Anonymous) on November 26th, 2016 07:46 pm (UTC)
"ils refusent de mettre l'accent sur la collaboration pour l'un, ou de faire de Staline un démon pour l'autre, alors que c'est aussi le grand vainqueur du nazisme, pourquoi retirer ça aux Russes ?"
Staline était un des pires dictateurs que nous ayons connu. Il a absolument dirigé ce que les russes nomment "la Grande Guerre patriotique" (1941-1945), et ils ont bien fait les deux tiers du boulot pour abattre l'Allemagne nazie. Et juste avant, ils ont signé un traité "d'amitié, de coopération et de démarcation" avec (Molotov-Ribbentrop).
Les mérites et les fautes de chacun ne s'annulent pas pour disparaître et ne laisser que la différence. L'on prend tout en compte, et on se souvient que le monde n'est pas manichéen.

"Il y a toujours une scénarisation, une narration, c'est inévitable"
Si on arrive à décrire le monde apolitiquement quand on fait de la physique, pourquoi ne pourrait-on pas arriver à une description historique et archéologique suffisamment neutre pour ne pas influer, ne pas porter préjudice par un biais personnel?
Il n'y a pas de malédiction, pas de fatalité. On peut, on doit le faire.

"J'ai vu de la propagande anti-Poutine et pro-Obama dans un livre d'Histoire pour lycée."
Si c'est vrai, c'est moche.

"autant choisir une narration propre à apaiser. Il me semble qu'enseigner à nos têtes blondes et crépues que nos ancêtres étaient des monstres racistes ne va pas dans le sens d'un apaisement pour les têtes crépues ou d'un amour propre pour les têtes blondes."
Vouloir apaiser les tensions, ça part d'un bon sentiment. Mais oublier, ne pas avouer, cacher que tel programme politique, telles actions ont eu telles conséquences, c'est camoufler un aspect de la réalité, et dire que telles conséquences sont le fruit d'autres causes. Si l'on oublie comment s'est passée la colonisation, qu'est-ce qui nous empêchera deux-cents ans plus tard de nous redire, par exemple, "Tiens, et si on allait civiliser les russes, et leur apporter l'eau courante, l'électricité, la démocratie? Et puis tant qu'on y est, on va les mettre au boulot, ces fainéants, ces suédois ratés, et on va les faire extraire nos minerais!" ?
Ne pas inciter les tensions internes, oui; se dédouaner des conneries passées et courir le risque de les refaire, non. Pas question de mentir.

"L'Histoire est carrément une arène"
Comme partout où il y a des débats. Là où un débat sérieux se mène, il y aura des gens pour s'en servir comme caisse de résonance. Dans la mesure où l'Histoire est une discipline académique qui se réclame comme une science, il y a des académiciens, des méthodes, des institutions, des cadres.
Et quand aux avocats de telle ou telle lubie, il y a des cons partout, qui se font systématiquement filtrer et refouler par les-dites institutions.

"on l'a troqué contre le roman mondialiste"
Je ne suis pas certain que l'Histoire que l'on enseigne à ce jour serve la soupe au capitalisme ultra-libéral. Ce n'est pas en train de le dénoncer activement, mais ce n'est pas en train de dire "Les portes-conteneurs partout, c'est cool!".

"le cauchemar transhumaniste esclavagiste et génocidaire"
Je ne suis pas persuadé que l'on puisse lier fondamentalement une utopie technophile progressiste à des crimes contre l'humanité. Il y a des passerelles avec certaines sphères libertaires, mais c'est un peu différent de ce que vous émettez.

"Les Nations, c'étaient nos ennemis du temps où le capital en avait besoin, en phase de croissance facile.
Maintenant qu'elles sont désuètes aux yeux de nos maîtres, elles représentent pour nous d'ultimes protections aux allures de décombres,"
Que les nations puissent être une protection à leur échelle pour le peuple et contre l'élite, certes. C'est vrai dans une certaine mesure. Pour autant, avec les mêmes causes se produisent les mêmes conséquences, et avec les excès, les fautes et les failles du nationalisme se produiront les mêmes erreurs et les mêmes crimes.
Il en va de même que pour les humains. Comme dit plus haut, voir les problèmes d'une chose n'empêche pas de voir ses avantages, et inversement.

Le Créateur Fou, -politique +science.
(Anonymous) on November 27th, 2016 10:31 am (UTC)
Je suis plutôt en accord, faut pas contredire juste pour le plaisir.
Il y a seulement cette phrase : "Et quand aux avocats de telle ou telle lubie, il y a des cons partout, qui se font systématiquement filtrer et refouler par les dites institutions."

Puissiez vous avoir raison ! mais ce n'est pas garanti.
On apprend par exemple que la Révolution était humaniste, par et pour le peuple, et que avant c'était horrible, et après c'était cool.
Sauf que c'est complètement faux, ne serait-ce que du point de vue chronologique (Révolution en 1789, suivent deux siècles épouvantables, et c'est seulement après la 2e guerre en 1950 que les communistes et les gaulistes nous ont fait un Etat social, qui fait notre cadre de vie actuel). Et ceux qui ont tué les Rois n'étaient pas vraiment bienveillants, c'étaient les bourgeois, c'était une phase de modernisation du capital qui s'est faite dans une violence insoutenable, abominable et massive.
Alors enseigner que la Révolution était une poussée humaniste émanant du peuple, c'est bien une lubie, c'est de la propagande même, et c'est enseigné à l'école.
Moi même, j'ai 37 ans, je me souviens du livre d'Histoire du collège, la vision de cette Révolution y était déjà nettement plus nuancée. Donc ça a changé avec le temps.

L'Histoire officielle est différente selon l'époque et le pays. L'Histoire officielle en Iran est un peu négationniste, pourtant les Iraniens sont tout à fait intelligents et cultivés. L'origine de la 1ère Guerre est différente en Allemagne qu'en France, alors que ces pays sont proches.

Et ce sont les vainqueurs qui écrivent l'Histoire, tout le monde s'entend sur cet adage, pourtant avons nous vraiment conscience de ses implications ?
Cet adage signifie que l'Histoire officielle est pure propagande d'un camps militaire vainqueur, les républicains d'aujourd'hui nous mentent sur la Révolution de la même façon que les curés du Moyen-âge mentaient sur les Vikings. Et de la même façon que les conclusions du tribunal militaire de Nuremberg font office d'Histoire officielle, incontestables, alors que ce n'est pas aux militaires de faire l'Histoire. C'est un exemple, je ne veux pas polémiquer sur ce terrible thème.

Croire que l'Histoire peut échapper à la propagande, c'est comme croire que l'économie peut ne pas être utilisée comme arme de guerre : c'est un vœu pieux.

Melvas, l'Histoire est un combat d'idées permanent.
(Anonymous) on November 27th, 2016 05:39 pm (UTC)
D'où l'importance du débat d'idées, dépassionné, argumenté, basé sur des faits et des expertises. Si l'on a telle idéologie ou tel roman en tête, on part sur de mauvaises bases et le dialogue devient difficile, voir impossible.

Il est vrai que la propagande a tendance à s'immiscer et à rester. Par exemple, le droit de cuissage n'a jamais existé. Pour autant, dans un régime qui n'est pas autoritaire, qui donc ne dicte pas aux historiens le contenu de leur production, le récit des évènements a tendance à se rapprocher toujours un peu plus de ce qui c'est réellement passé. De même pour le biais culturel du pays lui-même. Du reste, rien de mieux que de dialoguer avec d'autres pays, d'autres cultures pour croiser les sources et mener des débats productifs.

La Révolution était effectivement humaniste, en gros.
Quand à la Révolution de 89, elle était plutôt bienveillante, et se satisfaisait d'une monarchie constitutionnelle. Elle était motivée plus par les disettes et l'obsolescence de la monarchie, du féodalisme, de la tyrannie, de l'implication de l'Eglise Catholique dans les affaires politiques et économiques. Elle se basait sur la philosophie des Lumières et des idéaux de progrès.
Je parle bien entendu du résultat global, pas de chacun des participants. On trouvais des enragés dès le premier jour.
Quand à la Révolution de 91, elle a été violente. Elle découle du refus de la monarchie de partager son pouvoir, du refus de l'aristocratie de ne plus exploiter les pauvres pour son propre gain, de la fuite jusqu'à Varennes, et ainsi de suite. On aurait peut-être une monarchie à l'anglaise aujourd'hui, si les royalistes s'étaient rendu compte de la situation et avaient renoncé à leurs abus.
Je n'exonère pas pour autant les violences, les massacres, la Terreur, les fautes et les faiblesses de la première République.
Je suis absolument au courant qu'elle fut plutôt dirigée par la classe bourgeoise et menée par les classes laborieuses.
Pour autant, dire qu'elle n'a pas apporté de progrès, c'est oublier une parti de la réalité.
Je serai ravi de mettre la main sur un livre d'Histoire récent. A défaut, je jetterai un œil aux programmes dès que possible. Je parierais gros que l'on y parle toujours de la violence de la révolution française.

Le Créateur Fou, quand ce sont les idées qui se battent, l'humanité progresse.
(Anonymous) on November 27th, 2016 05:49 pm (UTC)
J'ai l'impression d'être passé à côté d'un point important: le long dix-neuvième siècle, c'était le bordel complet, nous sommes tout à fait d'accord.

Le Créateur Fou, avec ou sans République.
(Anonymous) on November 21st, 2016 03:04 pm (UTC)
"alors que l'esclavage des noirs par les arabes, la colonisation des ottomans, les razzias sur les peuples européens, les centaines de batailles d'agressions du jihad sur le sol européen, tout ça existe aussi, mais ils n'en parlent jamais, probablement pour des raisons idéologiques, il me semble."

faut un peu arrêter le syndrome de la persécussion, là. tout ce que tu a mentionné, est de connaissance commune. C'est d'ailleurs pour ça que tu es au courrant. La plupars est facilement listée en gras dans le musé international de l'esclavage.
(Anonymous) on November 21st, 2016 04:24 pm (UTC)
Sauf que personne ne réclame des réparations aux arabes pour la traite des noirs et des blancs.
Sauf que personne ne brûle le drapeau algérien en prétextant la vengeance pour la traite des européens.
Sauf que tout le monde met le djihad et les croisades sur un pied d'égalité, alors que le djihad c'est plus de six cent batailles d'agression, pour mettre les chrétiens en esclavage, alors que les Croisades c'est quatre ou cinq batailles, de défense, pour libérer des Chrétiens d'Orient. Donc ce n'est pas comparable, pourtant ça compare sans vergogne.

L'Histoire est un combat d'idées, en dehors de certains érudits objectifs, l'Histoire est toujours une arme politique, dont l'enseignement scolaire est l'enjeu-Roi.
(Anonymous) on November 22nd, 2016 09:32 am (UTC)
"Sauf que personne ne réclame des réparations aux arabes pour la traite des noirs et des blancs."
C'est parceque la législation pour les réparations existent principalement au états-unis, où il est plus facile de retracer si une famille à hériter de bien baser sur l'exploitation humaine. Qui plus est, ce type de législation n'est en aucun cas limité à l'aspect Racial. Disons que tu es capable de prouver qu'un famille est devenue riche envolant un brevet appartenant à ton grand-père, tu peux légitiment les poursuivre en justice même soi les membres de cette famille qui ont commit cette félonnie sont mort. Leur descendant doivent toujours de l'argent à ta famille. C'est exactement le même principe.
"Sauf que personne ne brûle le drapeau algérien en prétextant la vengeance pour la traite des européens."
Ne dit pas de bêtise, aujourd'hui on brûle des drapeau pour un rien.
"alors que les Croisades c'est quatre ou cinq batailles, de défense, pour libérer des Chrétiens d'Orient."
ça c'est la première croisade et il y en a eu bien plus. Principalement motivée pr le fait que la première avait eu lieu. C'est parfaitement comparable, la logique est la même.

"dont l'enseignement scolaire est l'enjeu-Roi."
Et qui enseigne exactement ce que tu prétends être "caché".