?

Log in

No account? Create an account
 
 
24 November 2016 @ 07:41 am
Opeth + Myrkur au Trianon, 22 novembre 2016  
J'aime assez aller à des concerts de métaux.

C'est un spectacle croquignol que nous offrit l'Elysée Montmartre en organisant, le même jour que le concert d'Opeth, une prestation de Ben l'Oncle Soul. En effet, les deux salles étant distantes d'une bonne vingtaines de mètres, les queues correspondantes avaient tendance à se mélanger, et bien souvent, l'on voyait de braves boubourges en fourrure venir rejoindre les métalleux les plus barbus, avant de s'apercevoir de leur méprise. C'était cocasse !

Donc, deux semaines avant le concert, nous avions appris que Myrkur allait officier en première partie. Cela me mit en joie, car j'avais bien aimé sa prestation à Clisson. Là, toutefois, elle fit un set très différent, et pour cause : alors qu'au Hellfest, elle alignait un orchestre metal digne de ce nom, à Paris, elle était venue accompagnée en tout et pour tout de... deux choristes. Pour l'instrumentation, madame Myrkur se débrouillait elle-même, ouvrant avec un violon, avant de poursuivre au clavier et à la guitare acoustique, et c'est tout ! Contrairement à ce qu'elle sort sur le CD, Myrkurette n'a même pas growlé, il faut dire, sans section rythmique, ça aurait fait bizarre. Bref, elle comptait sur le chant (le sien et celui de ses comparses) pour remplir l'ambiance sonore, et force nous est de constater que ça suffisait, car l'audience, un peu suffoquée au début, s'est rapidement mise à applaudir. Parce que oui, elle chante largement aussi bien qu'une Tarja, et son écriture musicale, pour étrange qu'elle soit, n'est pas sans susciter rapidement l'adhésion. Mais juste, c'est pas du metal quoi.

Donc, on était encoure un peu tous dans le genre genre, quoi, genre, quand l'Opeth est arrivé. Pour ceux qui l'ignorent, la musique de l'Opeth, c'était à l'origine du death prog, puis ça a lentement évolué vers le metal prog, puis le prog prog. On pouvait donc craindre un deuxième concert de non-metal dans la soirée. Que nenni ! Je rassure ceux qui croient qu'on s'ennuie ferme, en live, c'est pas ça, l'Opeth ! Essentiellement grâce à la personnalité de Mikael Åkerfeld, guitariste et chanteur tout à fait détendu et charismatique, voire bavard. Et puis, y'a la musique. C'est vraiment particulier. On peut dire qu'il s'agit de jouer des dissonances tordues sur des rythmes impairs, tout en arrivant à faire des mélodies qu'on n'est pas loin de pouvoir siffler dans la rue. Je vous mets un exemple tiré du dernier album, c'est bizarre mais c'est plaisant finalement.


Et donc, croyez-le ou non, mais sur ce genre d'incongruité musicale, on moshe, messieurs ! Au début, une demi-douzaine de fans hardcore et bien imbibés, et à la fin, tout un pit en furie digne d'un concert de thrash (j'ai fait un tour de circle pit, histoire d'être poli).

Encore un mot au sujet de la sono, tout à fait correcte et adaptée au genre, parfois on pouvait regretter un manque de puissance (on pouvait entendre les conversations des voisins pendant les morceaux, donc c'était pas assez fort). Au final, une soirée étrange, mais très agréable.


Myrkur débutant son concert. Premiers "Wut ?" dans l'assistance.


Myrkur et les Myrkurettes


Si, on peut faire un concert avec juste un instrument


En mode thrash Brassens


Le sympathique Mikael Åkerfeld dans ses œuvres


Mon dieu, mais il y a un peu d'agitation !


Eh oui, même en prog, ça déconne...




Squish squish kawai
 
 
 
(Anonymous) on November 24th, 2016 07:43 am (UTC)
Kero kero
(Anonymous) on November 24th, 2016 09:47 pm (UTC)
Il est où Melvas?