?

Log in

No account? Create an account
 
 
09 December 2016 @ 07:54 am
Meshuggah + High on fire - Bataclan, 6 décembre 2016  
Ça faisait bien un an que j'étais pas allé au Bataclan. Ce soir là, c'était la délicatesse et le mélodique qui étaient à l'honneur (mais dans une autre salle, parce que là, c'était du bourrin).

Quand on voit arriver sur scène les mecs de High on fire, on se dit en effet qu'on n'est pas chez Nightwish. Trois barbus, dont un ventripotent, torse nu, la Les Paul en sautoir, ça envoie de la terrine, et ça ne tarde pas à susciter, parmi l'assistance encore clairsemée, un peu d'agitation. Puis à force de bourriner, petit à petit, ça fume de plus en plus, jusqu'à déclencher des inconduites regrettables. Je note au passage que l'assistance est plutôt jeune, dans la vingtaine, ce qui explique sans doute la brutalité du mosh pit (je chapitre brièvement ces malappris). Je dois ici faire l'éloge du batteur, un dénommé Des Kensel. Il est bien en avant dans le mix, et ce n'est pas sans raison, il assure comme une bête.

Et puis arrive normalement Meshuggah. Je dis normalement car ces nigauds ont un light show pourrissime, qui fait qu'on ne les voit pas, en fait. Le seul moment où on peut admirer leurs bonnes bobines, c'est quand justement, ils ont un problème de lumière, et du coup le chanteur se trouve bien forcé d'interagir avec le public pour meubler. Alors on se prend des lasers dans la poire, c'est marrant cinq minutes... La musique ne fait évidemment pas dans la dentelle, c'est du Meshuggah, c'est à dire qu'on est dans l'hostilité. Pour ma part, je la sens bien, l'hostilité, car m'étant sottement placé dans le pit, je me fais masser le dos trois quarts d'heure, avant de laisser le champ de bataille à de plus jeunes que moi. Je finis la soirée dans les balcons (côté survivants), encore plus sonné par ce foutu lightshow que par la musique. Vraiment, ça faisait longtemps que le parquet du Bataclan n'avait pas été témoin de tant de brutalité.

Enfin...

Bref.


Le chanteur de HoF, qui n'a qu'un
lointain rapport avec Simone Simons



Je ne connaissais pas cette marque de basse


Un batteur qui déchire


Voici ce qu'on obtient dans un pit en fusion
quand on shoote un groupe mal éclairé



Sérieux.


Non mais sérieux.


Jean-Michel Jarre, sors de ce corps !
 
 
 
richardthe23rdpigshitpoet on December 9th, 2016 08:11 am (UTC)
Bien sûr...
Bon Monsieur,

Je vous remercie pour l’affichage. Il est intéressant split en performance... musique vs lumières)))

Bien sûr, vous savez aussi que Greg Lake PEL mourut le 7 déc... 69 ans r.i.p.

C’est triste
Wladoushkoï: Mister Wladwl4d on December 9th, 2016 04:17 pm (UTC)
Mince, je ne t'ai pas vu ! Faut dire qu'il y avait tellement de monde...
Sinon, j'ai un avis à peu près contraire au tien : HoF était vraiment lourdingue et casse-pieds (et puis ce larsen de sortir de scène, pfff...), tandis que Meshuggah cultivait intelligemment le côté technique, angoissant et désincarné de sa musique avec ce jeu de lumière tantôt oppressant, tantôt agressif. Le concert m'a en tout cas confirmé que Nothing, mon album préféré du groupe, est celui qui passe le mieux en live.
aspexploreraspexplorer on December 9th, 2016 06:14 pm (UTC)
Pourtant, un Baoulé avec une kippa et une plume dans le cul, ça passe pas inaperçu.