?

Log in

No account? Create an account
 
 
06 April 2017 @ 07:08 am
L'Aspexploriade, Chant III  
Or donc, me voici sorti de la Halle aux Vins de Colmar, ivre de musique, mais un peu désappointé de m'être fait délester de mon portable.

Bon, me disè-je, comment vais-je maintenant me rendre à mon hôtel pour y jouir d'un repos bien mérité, et ourdir ma vengeance ? Je suis un peu fatigué, et si j'appelais un uber ?

Avec quoi, ducon ?

Bon, alors je rentre à pieds. Voyons sur google maps comment...

Avec quoi, ducon ?

Ah. C'était ennuyeux, j'étais perdu. Je pouvais alors, soit requérir l'assistance d'un naturel, soit me fier à mon légendaire sens de l'orientation. N'ayant cependant pas bu assez pour faire le mauvais choix, j'avisais un individu isolé à la mine sympathique, auquel il me semblait possible de soutirer un renseignement.
" Holà, mon brave ! " commencé-je avant d'être interrompu par mon interlocuteur qui, dans un anglais des plus hésitants, me demande de lui indiquer le chemin de son hôtel. Foutre ! Ce Lestrygon n'est pas plus avancé que moi-même. Néanmoins, j'embarque cet Elpénor de hasard dans ma quête du centre-ville. En chemin, j'apprends qu'il est sujet Finlandais (ceci n'a rien de surprenant, la moitié des Finlandais sont métalleux, et la moitié des métalleux sont Finlandais) et qu'il accompagne le groupe Ensiferum, en qualité de guitar tech ! Et c'est donc le groupe qu'il compte rejoindre à l'hôtel, afin de leur porter un modeste trésor : un cubi de jaja et quelques gobelets (dont du reste je refuse poliment l'usage, pressentant que j'allais avoir besoin de toutes mes facultés).


Nous guidant aux panneaux routiers, nous arrivons à un carrefour, qu'il me semble avoir aperçu de loin à l'aller. J'aperçois surtout trois métalleux qui avancent devant nous d'un bon pas. Je les rattrape prestement, et leur demande si par hasard, ils sont du coin. Pas plus que l'autre, me répondent-ils, ce sont des Suisses ! Deux allemands, et un français. Ils sont, le croirez-vous, dans la même situation que nous, mais au moins, ils ont un portable qui fonctionne, et grâce à ce divin atlas, nous voici enfin voguant sur la bonne route, devisant de nos aventures, échangeant nos impressions sur tel ou tel groupe, et soutirant à notre Finlandais quelque inavouable secret à propos d'Ensiferum. Il paraît (ne le répétez pas) qu'en vrai, les Ensiferum, ben, ils boivent pas tant que ça. Pour des Finlandais.

Nous nous quittons, tandis que la route bifurque. Me voici à nouveau seul en direction du centre ville. Me voici cheminant d'un bon pas le long d'une caserne, méditant sur le curieux destin qui pousse un homme de mon âge et de ma condition à errer dans les banlieues à des heures peu ouvrées. Au moins, je suis sur le chemin que j'avais pris à l'aller. Je vais m'en assurer en demandant leur chemin à un autre groupe de métalleux que...

Eh mais, c'est les trois Suisses et le Finlandais ! Sköl ! Leur GPS les avaient éloignés de la bonne route, que j'avais prise en toute innocence, et nous étions à nouveau réunis. Nous cheminons, quoi, un bon kilomètre dans la bonne humeur, avant qu'ils n'aperçoivent enfin l'enseigne de l'hôtel où Ensiferum dort déjà, probablement. Il est temps de nous quitter, cette fois de façon définitive. Une petite corna, et je m'enfonce dans la nuit baignée de néons. Je ne risque pas de me perdre : mon hôtel se trouve rue de la gare, et je suis les panneaux "Gare". Oui mais voilà :


C'est que l'itinéraire "voiture" pour arriver à cette foutue gare fait contourner tout le centre-ville ! Au final, après bien de la patience, j'arrive à ma chambre d'hôtel à 2h du matin. Je suis bien eu.

Je dors fort mal, déjeune, paye ma chambre, et file en vitesse, car j'ai à faire. Je vais au commissariat, dans le but de déclarer le vol. Le commissariat, sous prétexte que c'est dimanche, est fermé, on est donc priés de se faire violer les jours de semaine aux heures de bureau. Je sonne à l'interphone, et l'homme invisible me presse de bloquer ma ligne de téléphone. Comment, bourricot, vu que je n'ai plus internet, que je suis loin de chez moi et que je ne connais personne à Colmar ? "Ben, téléphonez depuis une cabine". J'allais demander à Jean Gabin si je ne pouvais pas plutôt envoyer un télégramme ou un pneumatique, mais je me retiens, humour et police ne faisant pas forcément bon ménage.

Qu'à cela ne tienne ! Je ne vais pas perdre ma journée à me lamenter, et puisque mon train part en fin de journée, autant faire du tourisme ! Je me suis donc fait le musée Unterlinden, le musée Hansi et le petit train touristique de Colmar (toujours appréciable, les petits trains touristiques, quand on commence à avoir les jambes fatiguées). J'ai aussi déjeuné d'une choucroute arrosée de bière dans un winstub typique.

Il y a quand même quelques leçons à tirer de cette mésaventure. En premier lieu, il faut imprimer ses billets de train, et pas se contenter de les avoir sur son téléphone. Ayant eu le bonheur de naître paranoïaque, j'avais pris cette précaution, qui m'avait épargné bien des désagréments. En second lieu, j'avais pris par devers moi une de mes montres, qui se trouvait être ma petite casio à deux balles. Grand bien m'en a pris ! C'est la seule à pouvoir faire office de réveil, elle m'a donc été bien utile.

De retour chez moi, je pus enfin bloquer ma ligne, et constater avec soulagement qu'on n'avait pas téléphoné à mes frais à Bamako.

Moralité, il est temps de mettre à jour la checkboard :

χ Gagner un milliard de dollars
χ Baiser Scarlett Johansson
✓ Se bastonner avec un gitan à un concert de death metal
 
 
 
(Anonymous) on April 6th, 2017 06:48 am (UTC)
J'étais dans mon village à réparer des chaises en bois...
Kvn Jma: pic#127248071Kvn Jma on April 6th, 2017 12:00 pm (UTC)
Tiens c'est marrant on doit être nombreux à avoir la même Checkboard sur les deux premiers points.
(Anonymous) on April 6th, 2017 12:14 pm (UTC)
Dans mes fantasmes, j'imaginais asp avec un appareil photo nucléaire de classe "Blitzkrieg" et une montre "Ghost Xtrem" utilisée par les navy seals et qui fait GPS et taser automatique, entre autre, ben je me faisais peut être des idées, alors.

Melvas
(Anonymous) on April 6th, 2017 12:55 pm (UTC)
Merci pour ton récit, ô barde, et aussi de m'avoir permis de découvrir l'existence du Syndrome d'El Pen0r, qui survient le matin au réveil !
(Anonymous) on April 7th, 2017 10:51 am (UTC)
C'est effectivement une belle et grande odyssée, un dit riche en aventure et rebondissements.

Le Créateur Fou, Hypnotize.