?

Log in

No account? Create an account
 
 
10 September 2017 @ 11:38 am
Metallica + Kvelertak, au machin de Bercy, 8 septembre 2017  
J'avais juré de n'y jamais refoutre les pieds, mais vous me connaissez, je suis faible et sans parole. C'est donc par une pluvieuse soirée de septembre que votre serviteur se pointa à l'entrée du bordel de Bercy afin d'y voir un concert.

Eh bien, je fus très agréablement surpris. A l'inverse de ma première expérience à l'occasion d'un concert de Nightwish il y a deux ans, le bidule me procura une expérience concertique que je qualifierai de décente. Pas trop d'attente pour entrer, de la bouffe à peu près correcte, j'ai même pu aller aux toilettes à l'entre-acte.

J'étais donc bien à l'heure pour la première partie, Kvelertak, formation de wtf-metal menée par un sympathique frontman torse-poil, qui début son set avec un impressionnant couvre-chef fait d'une chouette naturalisée. C'est une sorte de metal très énervé en chant guttural, mais incluant des éléments plus rock, comme dans leur titre "1985" où on jurerait entendre Brian May. Quelques titres avaient déjà eu l'occasion d'arriver à mes oreilles.


Krelevratek

Cela dit, peu de gens avaient fait le déplacement spécifiquement pour voir Kvelertak. La plupart étaient venus pour la deuxième partie, une petite formation d'electro-pop progressive originaire du Danemark : Wonderful Lars and the Metallicas !

C'est peu dire que j'attendais de les voir depuis un petit moment. Metallica, c'est le groupe qui m'a accompagné dans les mauvais moments. C'est une partie de ma vie, c'est difficile pour moi d'en parler objectivement. Bref...

Ils ont joué quelques morceaux de leur dernier album, parmi lesquels Halo on Fire est celui qui m'a le plus impressionné en live. Il sont aussi joué évidemment leurs classiques intemporels, évidemment. Et même "The day that never comes", de Death Magnetic. Je vous jure, je n'ai jamais vu deux heures et quart passer aussi vite. Ouais, deux heures et quart. Ils se foutent pas de vos gueules, chez Metallica.


Et ça, c'est l'Orphéon Municipal de Saint-Mandé ?


Un dispositif scénique fait de cubes qui montent et
qui descendent, avec des écrans LED dessus, très
efficace mais pas très thrash metal à mon avis.



Je suis pas plus con que ce gars là.


A, à, à la queue leu-leu...


Tout l'monde s'éclate, à la queue leu-leu


Des drones lucioles survolaient la
scène lors de "Moth into a flame"



La salle était quand même plutôt bien bourrée