?

Log in

No account? Create an account
 
 
18 March 2018 @ 10:18 am
L'oeuvre perdue  
C'est en 1869 que, témoin de l'incendie accidentel d'une masure de chiffonnier dans les faubourgs de Paris, Claude Monet peignit le tableau qui allait révolutionner l'histoire de la peinture. La vivacité des flammes, le dégradé du blanc iridescent au bleu du ciel nocturne, en passant par toutes les nuances du jaune et du rouge, les larges touches de gouache prises dans l'instant, rendant l'impression d'urgence, étaient du jamais vu, de l'inédit dans le monde de la peinture, sclérosé encore par l'académisme d'un Second Empire finissant, et dominé par la peinture historique, les scènes de genre, bref, la pompe. Présenté au Salon l'année suivante, l’œuvre fit un tel scandale qu'elle lança, avec quelques tableaux de Renoir et Pissarro, ce qui allait devenir le mouvement impressionniste. De violents affrontements eurent lieu, dans la presse comme dans les couloirs du Salon, entre la poignée de modernes et les tenants de la peinture classique.

Ce tableau fut malheureusement perdu lors de la Commune, et n'est plus connu que par une photographie de Nadar - en noir et blanc, hélas - et quelques esquisses. Tombé de ce fait dans l'oubli, il n'est plus présent, dans la culture populaire, que par le cri de ralliement des impressionnistes auprès de Monet : " Au feu les pompiers, la maison qui brûle ".
Tags: