?

Log in

No account? Create an account
 
 
08 June 2018 @ 07:36 am
Babymetal + Dream State, Tivoli Vredenburg, Utrecht (NL), 5 et 6 juin 2018  
Je suis allé en nolande. Voir Babymetal.

Jusqu'à l'an dernier, les concerts de Babymetal se passaient de façon simple : la lumière s'éteignait, il y avait une petite vidéo pas très compréhensible à propos des chosen ones et autre fox-goderies, puis le kami band entonnait Babymetal Death, les trois filles arrivaient par le côté droit, Moa devant, puis Su, puis Yui, elles se présentaient, Yui et Moa intervertissaient leurs places, et puis on déroulait la setlist pépouze jusqu'à The One, en général, sans oublier l'instru des kami, la chanson solo de Su et celle de Yee + Moo. Et au bout d'une heure, see you, tout le monde retournait se coucher.

Bon, là, vidéo cryptique, OK, et puis les kami font d'entrée un instrumental avec les quatre babymetal sur scène qui agitent leurs sceptres.

Quatre.

A savoir Su, Moa, et deux autres filles dont on ne sait pas officiellement de qui il s'agit, mais officieusement, ce seraient l'assez reconnaissable Minako Maruyama et possiblement Kohmen, deux danseuses d'Elevenplay, la troupe de Mikiko Mizuno (qui se trouve être la chorégraphe de Babymetal). Et en parlant de Mizuno, ben Yui, elle est pas là. On suppose qu'elle est au frais dans un bac à Yui en attendant la sortie de "Light Babymetal".

Autre changement : les costumes et maquillages sont nettement plus dark. Ça n'a pas forcément été très bien reçu par les fans. Néanmoins, quand on est à deux mètres de la mère Kikuchi, elle est toujours aussi mignonne, y'a pas de problème.

Donc, bref, après cette intro, le set commence par trois nouvelles chansons, Distortion qui est sortie en single, et deux autres qui n'ont pas de nom officiel, les fans les appellent "Elevator Girl" et "Tattoo". La première a un refrain assez catchy pour que je la retienne au bout de la première écoute (je n'ai pas voulu me spoiler le concert, alors je n'avais pas vu les video bootleg), la deuxième me rappelle furieusement du Band-Maid, c'est un comble !

A la suite de ça, on retombe sur du terrain connu : GJ !, un titre d'ex-black babymetal, qui se fait désormais à trois, (Moa menant les deux danseuses), on s'icoussène le mono sur ce bon vieux Akatsuki, puis Megitsune, avec une nouvelle choré à 4, Master of Choco, Karate, et on sort sur Road of Resistance + The One (avec une première partie quasiment a capela de Su, que d'aucuns interprètent comme un hommage à Mikio Fujioka).

C'est sur Akatsuki que l'apport des danseuses se fait le plus évident, car elles assurent la choré "combat" autrefois faite par Moa et Yui, qui il faut bien le dire, ne pourront jamais passer pour des artistes martiales (le Moimoistan culminant au Mont Yui, 1,53m).

Les deux concerts se sont déroulés rigoureusement de la même manière, la seule différence pour moi, c'est qu'au premier, je jouissais d'un pass VIP, qui me permit d'arriver au deuxième rang, juste derrière les nolife qui avaient le bon goût de ne pas être très grands. J'étais quasiment sur scène, car la fosse à photographe était très étroite. Eh bien, le pit de Babymetal, c'est toujours aussi furieux. Je crevais de chaud (mon hoodie était une véritable éponge quand je suis sorti), mais du coup, j'ai pu vraiment tout voir en détail, pour vous dire, je pouvais voir les craquelures du cuir des vielles Doc Martens que Moa porte pour danser. Je pouvais voir la texture assez particulière de la peau de Su sous son maquillage. Le deuxième soir, j'étais au balcon, là encore avec une excellente visibilité, et je l'ai su plus tard, j'étais en bonne compagnie, puisque les parents de Soo et Moo étaient juste à côté de moi.

Bon, après y'a eu des afters dans le bar à tapas d'à côté. J'ai acheté des t-shirts, voilà, qu'est-ce que vous voulez que je vous dise...

Sinon, encore un mot de la première partie, qui était assuré par un groupe briton, Dream State. Là encore, c'est une première, car d'ordinaire, Babymetal n'avait pas de première partie. Ce qui a changé, c'est qu'elles ont maintenant toutes 18 ans, du coup, elles peuvent légalement travailler jusqu'à tard dans la nuit, ce qui permet de faire des concerts plus longs.

Pour en revenir à Dream State, c'est un groupe de hard à disto, avec des compos assez intéressantes pour sortir du générique, sans pour autant choquer un auditoire mainstream. Ils ne m'ont pas semblé extrêmement à l'aise sur scène, sans doute parce que c'était la première fois qu'ils jouaient à l'étranger, mais je les ai revus le lendemain sans déplaisir, avec un son un peu meilleur. La chanteuse, format pitufo, en fait des caisses, et elle arrive quand même à bouger un auditoire qui n'était clairement pas venu pour eux (j'ai même vu quelques slammers).
 
 
 
(Anonymous) on June 8th, 2018 05:47 pm (UTC)
"Je suis allé en nolande."
François.

Le Créateur Fou, aux abris.
(Anonymous) on June 9th, 2018 12:17 am (UTC)
Tu n'as pas pris de photos cette fois? Je trouve que c'est cool de pouvoir voir à quoi ça ressemble.
aspexploreraspexplorer on June 9th, 2018 06:54 am (UTC)


Edited at 2018-06-09 06:56 am (UTC)