?

Log in

No account? Create an account
 
 
04 September 2018 @ 07:16 am
Beaucoup d'éphores pour pas grand chose  
" Lysandre, as-tu pris Athènes ?
- Hollllalalalalazlalalalalala, c'est toute une histoire, vous allez pas en revenir. Alors déjà, je vous remets un peu dans l'historique, à l'époque du roi Archidamos, mon père Aristogiton, mon oncle Androklès, je parle d'Androklès de Corinthe, pas l'autre, eh bien, ils étaient partis ravager l'Attique, mais en ces temps là, s'ils sont arrivés sans encombres dans la plaine, ils butèrent sur les longs murs d'Athènes, qui s'avérèrent imprenables, et les lâches Athéniens, malgré le pillage de leur contrée, ne sortirent point de leurs murs, n'est-ce pas la marque des lâches ? Hein ? Je vous le demande ? Et pendant qu'à l'abri, ils narguaient nos forces, faisant ripaille et jouant au théâtre, leurs marins prenaient la mer pour soulever nos propres hilotes contre nous... Cette affaire, qui aurait dû s'achever en une campagne, dura des années et sans la peste providentielle qui ravagea Athènes, nul doute que nous aurions dû retourner à Sparte, vaincus et défaits...
- Lysandre...
- Et puis, il y eut la tragique affaire de Sphactérie. Ô, Héraklès (Heraklès de Cnide, pas l'autre), que n'as-tu accordé la force de vaincre aux braves de Sparte ? Et tandis que le fourbe Nicias...
- Lysou, t'as fini ?
- ...Encerclés, criblés des traits mortels de vils peltastes, alors que la phalange d'Athènes se tenait couardement à l'abri au loin...
- Putain mais bordel, t'as pris Athènes ou merde ?
- Euh... oui.
- Merci. C'est plus ce que c'était, Sparte. "