aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Elyose + Remember The Light + Rapturfarm à la Boule Noire, 20 décembre 2019

Premier concert de l'année, qui semble un peu routinier puisque c'est la troisième fois que je vois Elyose, et la deuxième à la Boule Noire.

La salle est vaguement remplie quand débute le set de Remember the Light, un groupe parisien officiant dans le métal symphonique, avec bien sûr, une charmante chanteuse, dont hélas on peut difficilement juger du talent, car sa voix est un peu écrasée par la section rythmique. Celle-ci est très compétente, c'est pas le problème, mais on aimerait entendre un peu mieux la mélodie. Sacrifiant à l'usage maintenant courant, une voix gutturale fait contrepoint à la voix sympho, un garçon d'ailleurs plutôt communicatif. Le tout rappelle un peu un Epica débutant.

Vient ensuite Rapturfarm, un trio bien enragé qui fait la meilleure impression. Ils mettent tant de conviction dans leur rock à l'ancienne (et au Marshall) et leur chant à deux voix qu'ils finissent même par faire s'envoler un slammeur, ce qui est pourtant rare à la Boule Noire. Ils se donne vraiment, peut-être un peu trop car ils finissent trois minutes en avance. Du coup, ils nous gratifient d'un impromptu "Ace of Spades" en guise d'au-revoir, bien crasseux comme on aime.

Arrive enfin Elyose. La bande à Juju sort d'une petite tournée et le show est maintenant bien rodé, malheureusement, et contrairement à Rapturfarm qui avait un son splendide, ils souffrent du même problème que Remember the Light : on n'entend pas assez la chanteuse derrière les basses tonitruantes. Au bout d'un moment, je me retire côté bar (j'avais commencé devant), et le son devient un peu mieux balancé. Elyose nous gratifie de larges extraits de son dernier album Reconnexion. Évidemment, ce n'est pas Mark Jansen qui fait la voix gugu sur Psychosis (il a déjà un groupe à s'occuper, en plus de son groupe, et du groupe qu'il est en train de monter), et on sent que la chanteuse commence à fatiguer (elle reste reste prudemment une octave en dessous sur les refrains de "de guerre lasse" et, comme en atteste la setlist, ils jouent carrément un morceau un demi-ton en dessous. Mais bon, c'est ça aussi, le charme de la scène Française. Si on veut de la grosse machine, on va voir Epica, mais c'est pas demain que tu seras front row pour photographier Floor, mon gars.

Puisqu'on en parle, les photostres

Remember the light






Rapturfarm












Elyose














Tags: je suis pas plus con que kirk hammett
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 0 comments