aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

C'est un peu consternant, je reconnais...

" ...ne jamais oublier. Ecoutons le témoignage de Zylar Trwzlewinsky et Avidgor Nofulgur, deux des derniers témoins de cette époque tragique.
- Oui, le camp, c'était très dur, très dur, on ne peut pas imaginer. Les coups, les brimades, les humiliations, le travail exténuant et pour toute récompense, un bouillon et un peu de pain sec.
- Les nazis s'en donnaient à cœur joie, c'est vrai, mais les pires, c'étaient les kapos ! Ils les choisissaient parmi les pires sadiques.
- On a vu des scènes atroces, déchirantes, et c'était tous les jours.
- A l'appel, malheur à qui était en retard. Malheur à qui avait perdu son calot, sa chemise, ou quoi que ce soit, c'était le fouet, s'il avait de la chance. Et ça durait des heures.
- Mais pour moi, le plus humiliant, c'était les sandales qu'ils nous avaient données. Qu'est-ce qu'on avait l'air ridicules là-dedans.
- Ah c'est vrai, elles étaient moches. Par contre, il faut reconnaître, on était bien dedans.
- C'est vrai qu'elles étaient confortables. Ah, bien sûr, en hiver, en Pologne, les sandales, c'est pas génial mais...
- C'est sûr. Mais c'est triste à dire, depuis la libération, ça fait un bail hein, j'ai cherché, j'ai cherché, j'ai rien trouvé d'aussi confortable à porter.
- Oui, moi aussi, je dois dire qu'il m'arrive de les regretter, ces pompes. Elles étaient tartes, mais qu'est-ce qu'on était à l'aise dedans.
- Merci messieurs, émouvant témoignage des derniers survivants de l'enfer concentrationnaire d'Auschwitz-Birkenstock. A vous Jean-Burmier.
- Merci Jean-Panier, et merci au correcteur orthographique d'Android pour nous avoir soufflé ce sujet de reportage. A Fukuoka, ouverture d'un konbini... "
Tags: textes divers
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 1 comment