aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Knotfest, Clisson, 20 juin 2019

Et c'est donc après m'être inventé une destination farfelue, mais qui ne trompe personne, pour votre amusement mes amis, que je pris ma galea, ma lorica, mon scutum et mes caligae, et repartis vers la bonne ville de Clisson pour les habituelles réjouissances sonores.

Contrairement à ce qui se passe d'habitude, le jeudi allait être studieux, puisqu'un autre festival s'était greffé opportunément au Hellfest : le Knotfest, mené comme son nom l'indique par Slipknot. Je n'ai aucun problème à me garer, puisque j'y vais en train (j'ai vendu la bagnole). Arrivé donc au site du festival par la navette à deux balles (c'est pas un jugement de valeur, c'est le prix), je note que les bracelets sont déjà ouverts, ce qui fait qu'il n'y a pas la traditionnelle et conviviale queue de 3h, et sans avoir eu le temps de savourer mon attente, me voici presque aussitôt jeté dans le metal corner, un peu hébété, mes deux bracelets au bras. Je vais déposer mon bordel au locker, je file planter ma tente (il y a encore PLEIN de place), et me voici avec plein de temps à tuer, c'était bien la peine de me lever aux aurores !

Je passe donc sous la cathédrale vers 16h30, et j'ai à peine le temps d'observer les nouveaux aménagements du site : la food court refaite en jolie avec une belle fontaine au milieu, l'horloge monumentale devant le petit bois. Seules les main stages sont actives ce soir. Là, une innovation saute aux yeux : l'arrière des deux mainstages a été tapissé d'écrans géants. En fait, avec les écrans latéraux et le central, on a au total 80m de longueurs d'écrans ! Y'a pas à dire, le Hellfest a de la gueule.

Au menu, Sick Of It All ouvre le bal avec du bon vieux hardcore, un set bien énervé mais un peu court, suivi par celui, dans un tout autre registre, d'Amaranthe, qui nous fait un sympho/pop avec trois chanteurs. Vient ensuite le rock des vétérans de Ministry, suivi ni plus ni moins que de Behemoth, les rois du black metal, ce qui me fait penser que c'est la première fois que j'en vois sur la mainstage à Clisson. On poursuit avec Papa Roach, qui évolue dans le nu-metal, puis la traditionnelle baffe de Powerwolf (peu mis en valeur hélas par l'heure tôtive, vu qu'il faisait encore jour, on ne voyait pas les somptueux éclairages habituels du show), Rob Zombie le furieux, les très attendus Amon Amarth, les maîtres des lieux Slipknot dans un show très ambitieux, et là, je suis parti me coucher parce que je me disais, bon, je me suis levé avec les poules, demain, ça va être sportif, j'en ai encore pour trois jours de ces conneries, donc du coup, je fais l'impasse sur Sabaton. Je me dis genre, bon, ils sont tout le temps en tournée, je finirai bien par les voir un jour ou l'autre quelque part. Spoiler : j'avais raison.

Des photostres

Aspects du metal corner













La cathédrale dans le lointain, et le portique annonçant le Knotfest



Notre chère cathédrale, celle-là au moins, c'est pas de la camelote inflammable



Et c'est parti...





Amaranthe a une identité visuelle forte, du coup ils profitent à donf des écrans











Je t'ai spotté, kitsune !



Ghost, enfin !









Il a une drôle de gueule, Papa Emeritus, aujourd'hui...
Plus sérieusement, Behemoth, c'est la claque.




Vision rare et fugace : la pelouse du Champ Louet en bon état.



La food court



L'horloge



Powerwolf, et Attila crachant le feu





Non, je ne l'ai pas attrapée



Attila finissant son set



Le corbeau a été refait. Il avait été cramé par des fondamentaliste
chrétiens il y a quelques années. Là, plus de risque, il est en fer.




Si j'en crois mes notes, ça doit être Amon Amarth







Ah tiens, j'ai pas pris Slipknot...
Tags: je suis pas plus con que kirk hammett
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 11 comments