aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Sabaton + Amaranthe + Apocalyptica au Zénith, 7 février 2020

C'est toujours un plaisir de retrouver ce bon vieux Zénith.

Le concert devait débuter à 19h30, mais au final, Amaranthe débute à 19h00. Heureusement, je m'étais déjà trouvé une petite place bien tranquille. Le son n'est pas le meilleur, mais pour un groupe d'ouverture, la production est assez luxueuse, avec des effets de lumière soignés et un groupe dynamique qui ne ménage pas ses efforts pour défendre leur rock tirant vers le hard FM nostalgique. Le public, composé de métalleux "populaires" (comprenez, pas des snobs qui se branlent sur du brutalcore Slovèque) leur fait bon accueil.

Je n'avais pas qu'un très bon souvenir d'Apocalyptica et de leur set de reprises un peu bidon au Hellfest 2018, mais dans le Zénith, ça prend plus de sens. Il s'agit de trois violoncellistes équipés d'un batteur, qui proposent un sympho épique, pour l'essentiel instrumental, puisqu'ils n'ont pas de chanteur. Le show reste visuellement attirant par la projection de films sur le backdrop. Encore une fois, ils sont plus à l'aise dans leurs propres compos que dans leurs reprises de Metallica. Notez que sur deux titres (dont une reprise très réussie de Rammstein), ils auront le renfort d'Elize Ryd, la chanteuse d'Amarante (qui est aussi la chanteuse invitée temporaire permanente de Kamelot.

Tout le monde attend de pied ferme Sabaton, un groupe suédois qui a fini par prendre énormément de place dans la scène metal actuelle (à telle enseigne que le Zénith semble être une des plus petites salles de la tournée). Un groupe qui avait laissé le public français un peu dubitatif jusqu'à l'an dernier, où ils ont acquis une crédibilité incontestable suite à un certain incident, que Joakim Broden, le chanteur, évoquera brièvement. Il y a un joyeux bordel sur scène, dans une tranché reconstituée où se sont égarés incongrument un fokker triplan se doublant d'un clavier, et un char de la seconde guerre mondiale sur laquelle est juché le batteur. Les mélodies guerrières de Sabaton sont maintenant bien connues et déchaînent un pit appliqué à foutre le bordel. Vers le milieu du set, Sabaton devient plus mélodique, avec l'apport instrumental d'Apocalyptica, qui revient donner une certaine ampleur au son (sans Elize Ryd...)

Trois groupes généreux pour une soirée diverse en styles, amis homogène dans l'esprit, et très satisfaisante.

Des photostres (G7X mk1)

Amaranthe






Apocalyptica






Sabaton
















Tags: je suis pas plus con que kirk hammett
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 1 comment