aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

L'histoire de Mamie Cracotte

Il m'est revenu une histoire que me racontait ma maman, je ne sais pas si c'était un conte ou une histoire vraie, ou un mélange des deux, mais vu le thème, ça ne remontait pas à hier. J'ai retrouvé une version un peu différente dans un recueil de légendes du Massif Central, alors j'ai mixé les deux.

Ça se passe au temps jadis donc, en Lozère (je suppose), dans un petit village, et les temps étaient mauvais. La récolte n'avait pas été brillante, et on avait grand faim. Jérémie, un enfant du village, trompait son ennui en longeant un ruisseau dans le bois voisin, quand il arriva jusqu'à la cabane de la Mamie Cracotte. C'était une vieille femme qui vivait solitaire en marge de la communauté, elle n'avait pas bonne réputation... Quand j'entendais cette histoire ça me passait au-dessus de la tête car j'étais trop jeune, mais ça devait être une rebouteuse, sorcière, faiseuse d'ange, confectionneuse de contraceptifs.

Bref, Mamie Cracotte sort de sa chaumière, aperçoit le malheureux Jérémie, tout maigre et dépenaillé, et lui fait signe d'approcher.
" Eh bien, mon pauvre petit, tu es bien mal en point, qu'est-ce qui t'arrive ?
- J'ai faim, Mamie Cracotte, mes parents n'ont plus à manger.
- Oh, quelle pitié... Ecoute, je vais te dire un secret. Reviens demain, et je te donnerai quelque chose de bon à te mettre dans le ventre. Mais ne le dis à personne hein ? "
N'osant y croire, Jérémie rentre chez lui, et prend garde à bien se tenir coi. Le lendemain, il se lève tôt, car il a vraiment très faim, et se rend seul chez Mamie Cracotte. Il toque, et quand la porte s'ouvre, la vieille dame est là, en tablier de cuisinière, et une bonne odeur sort de la chaumière - une odeur que Jérémie n'a pas sentie depuis bien trop longtemps.
" Entre mon petit, Mamie Cracotte tient ses promesses. Je t'ai fait un pâté en croûte rien que pour toi, mange. C'est bon hein ? "
Jérémie s'assit à table, mangea, et on ne sait pas si c'était la faim ou les qualités de cuisinière de Mamie Cracotte, mais il lui sembla que c'était la meilleure chose qu'il ai jamais mangé.
" Mamie Cracotte, c'était très bon. Je pourrais revenir demain ?
- Mais bien sûr mon petit, reviens.
- J'ai deux amis qui ont très faim eux aussi, je peux les amener avec moi ?
- Oh, si c'est deux, d'accord, mais pas plus. Ça doit rester un secret. "
Alors, Jérémie retourna au village, bien content à tous points de vue. Il alla trouver son ami Tobie, et lui raconta l'histoire, lui disant bien de se taire. Il alla ensuite trouver son autre ami Benoît, mais il eut beau le chercher, il ne le trouva pas. Il alla voir les parents de Benoît, qui lui dirent que leur fils n'avait pas couché à la maison, et qu'ils étaient fort inquiets.

Le lendemain, Benoît était toujours introuvable, et Jérémie passa prendre Tobie pour l'amener à la chaumière. Comme la veille, Mamie Cracotte les accueillit, et leur servit un délicieux pâté en croûte très croustillant et bien chaud.
" Mamie Cracotte, est-ce que demain, on pourrait amener d'autres enfants du village ?
- D'accord, mais surtout, que ça reste secret ! C'est entre Mamie Cracotte et les enfants. "
Alors bien contents, ils retournèrent au village, pour annoncer à leurs amis qu'ils avaient une grande surprise pour eux. Benoît n'était toujours pas reparu, quant à Caroline, la fille du forgeron, elle faisait elle-aussi faux bond, et le village commençait à se demander où les deux enfants manquants avaient pu disparaître. On commençait à regarder de travers le rémouleur gitan qui avait installé sa roulotte un peu en aval de la rivière.

Le lendemain, la petite troupe d'enfants arriva dans la chaumine de Mamie Cracotte, et fit bombance, puis s'en retourna au village, suivant la consigne de ne surtout, rien dire aux parents. Ceci dura cinq jours, chaque jour, un enfant supplémentaire manquait au village, mais les autres festoyaient dans la forêt, sous les jupons de la bonne Mamie Cracotte.

Le pot aux roses fut découvert lorsque, revenant de sa promenade, l'un des gamins fit une indigestion - pathologie plutôt surprenante par temps de disette. Quelques bonnes taloches plus tard, il finit par tout raconter à ses parents, qui aussitôt avertirent tout le village. Tous comprirent aussitôt. Les parents des petits disparus éclatèrent en larmes. On prit tout ce qu'on avait de torches, de fourches, de petit bois, et le village entier partit dans la forêt, l'air grave. Le chef toqua à la porte, sévère, et Mamie Cracotte ouvrit, toute affolée.
" Hélà toi, d'où sortent ces pâtés que tu confectionne ?
- Je ne sais pas de quoi vous parlez.
- Les enfants nous ont tout dit, meurtrière ! Cannibale ! Nous allons te brûler comme tu le mérites.
- Mais c'est faux, je ne cuisine que mes réserves. Venez, venez dans ma cave, je vais vous montrer. "
Dans la cave de Mamie Cracotte, il y avait en effet des réserves qu'elle avait constituées depuis des années, en utilisant des méthodes modernes de mise en conserve (c'est resté attardé jusqu'à assez tard, la Lozère).

Deux jours plus tard, les gendarmes arrêtèrent la roulotte du gitan près d'Albi, et libérèrent les enfants enlevés. Il comptait les vendre comme esclaves aux barbaresques. Moralité : c'est toujours les étrangers, il faut les chasser à coups de pierre.
Tags: belles histoires
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 4 comments