aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Kool-aid party

Le révérend Jim Jones fonda le "Peoples Temple" en 1955 aux Etats-Unis. Ce culte recruta des membres dans le nord des USA, puis en Californie, et s'inséra sans peine dans le renouveau spirituel des années 60. En 1977, Jim Jones et ses fidèles déménagent au Guyana, dans la ville de Jamestown, où il fonde une communauté. Il faut dire que des ennuis judiciaires commençaient à poindre aux USA, avec des accusations d'abus de la secte sur ses fidèles. Fin 78, le sénateur Leo Ryan, accompagné de journalistes, vient enquêter sur place. Il est reçu, il visite, mais il n'est pas vraiment convaincu de l'innocence de Jones et de ses lieutenants, d'autant plus que plusieurs membres de la secte lui demandent de les embarquer avec lui aux Etats-Unis pour fuir le camp. Au moment de redécoller, des hommes en armes font irruption sur la piste et ouvrent le feu : Ryan et quatre autres personnes sont abattus. Comprenant qu'après cet épisode, les jours de sa secte sont comptés, Jones ordonne à ses adeptes de se suicider. On comptera 910 morts empoisonnés au cyanure, Jones se faisant lui-même abattre sur place.

Si je vous parle de ça, c'était pour faire un parallèle facile entre le comportement de cette secte et la gauche. Une secte de ce genre ne vit que par la production de doctrines absurdes, et à un moment, il arrive que le décalage entre ces absurdités et le monde réel est si puissant que, quelque soit l'emprise que peuvent avoir le gourou et sa doctrine sur les fidèles, cela menace l'existence même du groupe. Alors, il n'y a plus d'autre voie de sortie que la fuite en avant, la spirale autodestructrice, jusqu'à la conclusion logique dans le sang. C'est fort similaire à ce que l'on constate dans le monde ces dernières années, où les délires de la gauche tarée entrent à ce point en décalage avec la réalité vécue par les populations qu'ils ont engendré partout où c'était possible une révolution conservatrice et, dans le sens premier du terme, réactionnaire. Il n'y a alors plus d'issue possible pour les gourous gauchistes que de détruire cette civilisation à laquelle ils appartiennent.

C'est un parallèle facile donc, mais en grattant un peu, je me suis aperçu que c'était plus qu'un parallèle. La secte de Jim Jones prônait le communisme réel, la justice sociale et l'antiracisme.


Oui mais euh... c'était pas le vrai communisme d'abord
Tags: belles histoires
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 54 comments