aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Le jour où tu cours

Ça arrive qu'un beau jour, comme ça, après une pesée de trop, après avoir tripoté son Grand Flasque devant son miroir, on se dise "bon, ben je vais aller courir".

Alors, on se procure un flottant, un t-shirt, une paire de basket, de quoi se chronométrer, et un dimanche matin, on y va.

Puis en général, cinq minutes plus tard, on arrête et on médite longuement sur un banc, avant de rentrer sagement à la maison.

Si on est persévérant, le dimanche suivant, on revient au même endroit et on on recourt. Derechef, on médite longuement sur un banc au bout de cinq minutes, mais un peu mois. On a un peu moins l'impression de mourir aussi, du coup on recommence à courir dans l'autre sens, et on rentre à la maison.

La troisième semaine, on s'aperçoit d'un phénomène curieux : on court cinq minutes, on passe devant le banc de méditation, mais on sent qu'on peut continuer à courir un peu. Alors on se fait une petite séance de dix minutes, avant de tomber par terre. Et puis, on recommence à courir cinq minutes, et on revient à la base.

Quatrième dimanche : vous notez que vous pouvez courir quasiment un quart d'heure de rang. Quand vous vous arrêtez, vous êtes même un peu honteux, parce que en tirant bien, vous auriez sans doute pu faire vingt minutes. Vingt minutes, c'était votre record, quand vous étiez jeune, au lycée, et que votre prof d'EPS avait initié toute la classe aux "joies" de la course de fond.

La semaine suivante, vous vous les faites, les vingt minutes. Et puis, ça devient une demi heure, trois quarts d'heure, une heure. Vous êtes capable de courir une heure ! Enfin, courir, trottiner plutôt, mais déjà c'est pas mal.

Parce que vous ne courez pas encore.

Trottiner, ça consiste à péniblement secouer sa carcasse le plus longtemps possible avant la surchauffe et l'asphyxie. Vous vous mettez à courir le jour où, dans une côte qui vous vit jadis au bord du décès, vous réalisez soudainement que "vous en avez sous le pied", que vous pouvez aller plus vite, que vous pouvez allonger la foulée. Vous découvrez que vous pouvez suivre ce groupe d'habitués sur quelques centaines de mètres. Vous découvrez que vous pouvez sans peine dépasser bouboule qui sue sa graisse. Vous découvrez que vous pouvez choisir tel ou tel chemin, que vous avez une liberté d'action.

Beaucoup de gens arrêtent avant d'arriver à ce stade, et c'est bien dommage pour eux.


Hop hop !




Il enseigne le français aux Japonais...
Tags: muscu
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 3 comments