aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Andrea Fraser highlights

Puisque j'ai ouvert un tag "art", autant l'utiliser. L'an dernier, alors que je vistais le centre George Pompidou*, mon attention a été attirée par une vidéo bizarre. C'était une jeune femme du nom de Jane Castleton en tailleur très élégant qui faisait visiter le musée d'art de Philadelphie.



Mais si, vous connaissez le musée d'art de Philadelphie. Vous avez sans doute entendu parler de sa collection unique au monde d'art germanique Pennsylvannien. Ou au moins de sa galerie Thomas Eakins. Non ? Bon, vous vous souvenez au moins de Rocky ? Quand il court pour s'entrainer, à la fin, il grimpe une grosse volée de marches et il est tout fier d'arriver en haut. La musique c'est "gonna fly now" et les marches, ce sont celles du Philadelphia museum of art.

Donc, pour en revenir à notre conférencière, elle fait visiter le musée à la caméra, en professant avec un imperturbable sérieux les sottises les plus invraisemblables. Par sa visite, nous découvrons que toute partie du musée - les toilettes, la boutique - peut être présentée avec la même pompe grandiloquante que les galeries bourrées de chef-d'oeuvres immortels. L'artiste suscite l'interrogation sur la sacralisation de l'art et le musée en tant qu'institution. Elle souligne au passage la naissance du musée de Philadelphie, à l'origine bâtiment vide et sans autre fonction que d'orner la perspective Benjamin Franklin dans le centre de la ville, et que des âmes bien nées ont charitablement garni de collections d'art pour l'édification des petites gens et surtout, comme elle le souligne, pour soigner leur prestige dans la bonne société locale.



Andrea Fraser (l'artiste en question) a passé sa vie à explorer la place de l'art dans la société. Outre ses visites de musées, elle est connue pour ses speeches qui sont autant de performances. Mais ce qui a fait sa renommée en dehors du cercle des amateurs new-yorkais d'art conceptuel, c'est une oeuvre sans titre. Accrochez-vous, c'est conceptuel.

Alors c'est une oeuvre de commande. C'est important que ce soit une oeuvre de commande, parce que la relation entre le commanditaire et l'artiste est précisément le thème de l'oeuvre. Donc, Andrea Fraser a contacté une gallerie pour qu'elle lui trouve un commanditaire (inconnu d'elle a priori) disposé à débourser $20.000 pour financer la performance. Le dispositif était installé dans une chambre d'hôtel, une caméra était fixée dans un coin, de façon à prendre toute la chambre. La performance consistait en une relation sexuelle entre le commanditaire et l'artiste, dont il a été tiré 5 DVD (dont un pour le commanditaire, les autres pour les galeries et musées intéressés).

Je vous laisse réflechir à ce qu'Andrea Fraser a voulu nous dire par là, et à la réaction des journaux américains.


* Oui, car outre mon corps éléphantesque orné d'un membre d'athtlète aux proportions d'airain, je suis un véritable esthète de l'art.
Tags: art
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 24 comments