aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

La triomphe de la méthode expérimentale

Le monde des probabilités est plein de merveilles, et en particulier, le monde des improbabilités. Car, il est dans la nature des événements si peu probables que ça en devient risible.

Prenez la désintégration spontanée d'un noyau d'uranium 235 par exemple. Ce phénomène s'observe aisément dans la nature, car les atomes d'uranium viennent en grand nombre, et que dans les milliards de milliards que contient le moindre gramme, il y en a bien un qui va finir par neutronner. Et pourtant, si vous prenez un atome en particulier et que vous attendez devant tranquillement qu'il fissionne, vous risquez d'attendre un moment. Certes, il se peut tout à fait qu'il décide de se désintégrer au bout de trente secondes, mais en moyenne, vous allez devoir attendre 703,8 millions d'années. En moyenne. Ça veut dire que vous pouvez tout à fait attendre plus d'un milliard d'années si vous n'avez pas de bol. Je rappelle qu'il existe de l'235U dans la nature, c'est à dire qu'il s'est formé dans quelque cataclysme cosmique avant la formation du système solaire, il y a 5 milliards d'années. Bref, vous êtes pas rendu.

La relative lenteur du processus rend d'ailleurs possible la fabrication aisée d'une bombe atomique à l'uranium (une fois que vous avez le combustible enrichi, ce qui est la partie difficile). En effet, compte-tenu du faible taux de désintégration, même au sein d'une masse de plusieurs kilogrammes, il est improbable que la réaction explosive ne démarre avant que la masse critique ne soit pleinement atteinte. Ce serait dommage que votre bel engin de produise qu'un vulgaire flash de criticalité, au lieu de détruire honnêtement une ville Japonaise comme il était supposé le faire.

Le plutonium 239, autre explosif nucléaire, a une demi-vie de 24000 ans, ce qui est tout aussi lent à notre échelle, mais n'oubliez pas que quand nous rencontrons du plutonium, ce sont des quantités affolantes d'atomes que nous voyons. La plus faible demi-vie rend impossible la fabrication de bombes de type "canon", il est impératif d'être plus rapide et plus homogène. Cela implique de maîtriser la concentration de la masse fissile par implosion, un processus délicat. Le plutonium des bombes militaires se dégrade, certes lentement, mais assez vite pour qu'il soit nécessaire, au bout de quelques années, de renvoyer la masse fissile à l'usine pour la refaire à neuf.

Notez qu'il y a des atomes qui se désintègrent beaucoup plus lentement que l'uranium. Par exemple, on a observé récemment la désintégration du xenon 124, et estimé sa demi-vie à 1,8x1022 années. Avec ça votre chat de Schrödinger, il peut s'endormir peinard. En clair, ça veut dire que si vous observez une mole (124g) de xenon 124 pendant une année, vous allez typiquement observer 33 désintégrations. Une tous les dix jours.

Donc, la désintégration d'un atome particulier de 124Xe est un événement très rare et très improbable. Mais néanmoins, infiniment supérieur à la probabilité que j'installe un jour AFK Arena sur mon smartphone, donc si Youtube pouvait arrêter de me balancer leurs pubs de merde, ça m'arrangerait.



La réponse à une des plus importantes questions de l'humanité

Tags: science
Subscribe

  • Les Américains sont de grands enfants

    " Et donc nous voici arrivés au choix final pour l'atterrisseur lunaire dans le cadre du programme Artemis. Je voudrais pour commencer remercier les…

  • Neutrons & fariboles

    Croâ J'en avais vaguement entendu parler, mais j'ai appris récemment que le neutron n'était pas une particule stable. En fait, un neutron,…

  • Les boules

    Je découvre avec émerveillement l'art ancien de la fabrication des boules avec des explosifs.

  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 1 comment