aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

The Cretinous Star Sauvageons 7.06

6 ) La reine



DS 1014.1

« Pardon ? Hoqueta le capitaine.
- Je suce des bites au kilomètre et j’en vomis des étrons de macareux...
- Euh... Majesté...
- ... s’enfiler des pines barbelées dans le cul, deux, trois à la fois, c’est ça qui me fait miauler comme une chatte en chaleur ! Ah, comme j’adore me faire défoncer encore et encore par des salopards crades dégoulinants de sueur. Oui, j’aime qu’on me prenne en levrette comme une chienne, qu’on m’attache et qu’on me fouette les nichons...
- Capitaine, s’excusa Zorkan en se penchant vers l’officier, je crois que votre transducteur est mal réglé. Si vous décalez le curseur de registre syntaxique dans ce sens, je pense que les propos de notre hôtesse seront plus clairs.
- Ah oui, ça doit être ça.
- ...impétrant, il se rengorge et goberge sans barguigner. Nonobstant, excipant de son impécuniosité, c’est au prorata...
- Eh ?
- Non, c’est trop à fond là. Attendez, par là ça devrait être bien.
- ...ainsi résumée la tragique situation qui est la notre. Alors, Capitaine, le peuple entier d’Yshaloth est suspendu à vos lèvres, dites-nous maintenant sans détour votre réponse. Le destin de notre civilisation millénaire est entre vos mains, est-ce oui, ou bien non ? »
Un silence impressionnant était tombé sur l’astroport. La reine n’avait pas exagéré, le peuple d’Yshaloth était suspendu à ses lèvres. Il y avait des caméras de télévision avec des téléobjectifs énormes, détail qui interdisait à notre héros de se curer le nez, de bafouiller et de demander « vous pouvez répéter, j’écoutais pas ce que vous disiez ? ». Punch était un homme mûr qui avait quelque expérience de la vie, et partant donc du principe qu’un imbécile décidé a toujours l’air plus intelligent qu’un imbécile hésitant, il lança mentalement une pièce en l’air tout en composant une mine grave et réfléchie, puis redressa le torse, se donna la contenance la plus virile qu’il put trouver et s’écria :
« Oui ! »
Et les exclamations assourdissantes du peuple assemblé lui apprirent que c’était la bonne réponse. Il ne restait plus qu’à découvrir quelle était la question.

La délégation terrienne fut donc menée sans attendre vers d’élégants petits véhicules volants, le capitaine étant convié à partager celui de la reine. Tout à l’intérieur n’était que coussins rouges et courbes graciles, surmonté d’un dôme bleuté d’un seul tenant donnant aux occupants une vision panoramique saisissante. Une dame d’atours leur servit une flûte de quelque breuvage ambré et pétillant, et ils devisèrent ainsi le temps de faire la route jusqu’au Palais Royal, qui n’était pas très loin.
« Noble héros, j’avais craint un instant que nos espoirs ne fussent déçus et que vous ne fussiez point le héros dont Yshaloth a tant besoin. C’est un grand soulagement, sachez-le, pour moi et pour tout mon peuple, d’avoir enfin trouvé l’intrépide sauveur qui nous faisait défaut. Votre courage est admirable, capitaine...
- Punch, Madame, capitaine James T. Punch, commandant l’USS Disko, pour vous servir. C’est une mission exaltante qui nous attend, en effet... Peut-être pourriez-vous m’en dire plus ?
- Eh bien, je crois que je vous ai dit tout ce que je savais. Il vous faudra prendre l’attache de mes tacticiens, qui auront peut-être d’autres détails plus techniques à vous fournir. Mais en attendant, je vous suggère que vous preniez quelques heures de détente.
- Excellente suggestion.
- Ainsi, vous serez plus dispos pour affronter les mille périls mortels qui vous attendent dans les cieux ensanglantés par la mort de tant de braves aventuriers tels que vous.
- Euh... Mortels ?
- Ah comme j’aimerais vous accompagner dans les fournaises des étoiles agonisantes et les champs d’astéroïdes acérés...
- Ben...
- Zig-zagant entre les mines protoniques pour échapper aux tirs fulgurants des pirates de l’espace...
- C’est à dire que finalement...
- Combattant à main nue des armées d’insectoïdes aux mandibules dégoulinants de sucs digestifs empoisonnés, affrontant en duel les redoutables Seigneurs de Karkathrass dans les mines de lave de Sophrol...
- Tout compte fait...
- Sans compter les radiations mortelles des générateurs Thalerand, la peste biomimétique, la Dégénérescence Dendritique de Phornax 23, les Conquérants Assimilateurs et l’agonie sans fin qu’ils imposent à ceux qu’ils soumettent.
- Maintenant que vous le dites...
- Hélas, mes responsabilités m’interdisent de vivre à vos côtés ces palpitantes aventures, mais croyez que même si votre âme devait être réduite à une petite chose tremblotante sous les abominables tourments des amplificateurs de douleur d’Ix, je ne cesserai de songer à vous et au courage indomptable qui vous a fait accepter cette mission désespérée, capitaine Punch. »
Et avant qu’il n’eut le temps de lui faire part des quelques appréhensions qui lui venaient soudain, elle déposa sur sa joue un chaste baiser léger comme l’aile d’un papillon. Et d’un seul coup, le fait de devoir affronter des flottes de destroyers stellaires à tire-larigot lui apparut comme un inconvénient mineur en comparaison de la perspective de décevoir la reine.
Ils se posèrent sur le parvis de ce qui devait être le palais royal, un édifice qui pour tout dire n’était pas aussi vaste que la plupart des palais royaux qu’ils avaient pu voir sur Terre. Nombre de sujets de sa gracieuse majesté s’étaient massés sur les marches d’albâtre qui conduisaient au grand hall des audiences, et acclamaient à grands cris les hardis compagnons. C’est pas tous les jours que ça arrive dans ce métier, alors ça fait toujours plaisir.
Ce devait être l’heure du déjeuner dans ces contrées, et sans doute l’usage de partager le pain avec les étrangers de passage était-il universel, car on les convia à un grand banquet sur une immense terrasse avec une vue proprement époustouflante sur la baie violette d’Eneozir (la capitale d’Yshaloth) baignée d’un soleil orangé. Des quadrumanes à la peau pourpre et élastique servaient de domesticité au palais, ainsi qu’en ville comme ils avaient pu s’en apercevoir au cours de leur bref aperçu de la civilisation Yshalienne. Ils s’activèrent efficacement à dresser la table et à porter les plats, et bientôt, nos voyageurs fourbus purent passer aux choses sérieuses. Ainsi donc firent-ils ripaille en compagnie d’Yshaliens du babil desquels ils ne comprenaient goutte. Al Ahdibal, homme curieux de maintes choses, tendait l’oreille autant qu’il pouvait pour tenter de saisir de ci de là une inflexion familière, une expression répétée, un phonème auquel se raccrocher. Il notait fébrilement sur un petit carnet les résultats de ses recherches et tentait de savoir auprès de son voisin comment on appelait tel fruit, tel plat, tel ustensile de vaisselle - les Yshaliens semblaient à ce sujet en avoir inventé de toutes les formes et pour tous les usages. Il faut dire que ce peuple avait une façon étrange de s’exprimer, car outre la langue verbale, qui semblait contenir plus de voyelles que de consonnes et plus d’accents toniques différents qu’il ne semblait nécessaire à la bonne intelligence d’une conversation normale, s’ajoutait toute une panoplie de postures, de gestes et de mimiques qui semblaient tout aussi lourds de signification. A plusieurs reprises, nos voyageurs déclenchèrent un début d’hilarité par leurs manières rustaudes, sans avoir la moindre idée de ce qui, au juste, était si comique.
Malgré ces quiproquos sans conséquences, ils passaient somme toute un excellent moment, et se firent la réflexion qu’on les avait rarement accueillis avec de tels égards au cours de leurs pérégrinations galactiques. Seule Lizzie Lightningstorm semblait moins à son aise, détail étonnant car à bord du Disko, elle passait rarement son tour quand il s’agissait de manger, de boire et de faire des tours pendables. Il y avait quelque chose sur cette planète qui mettait en alerte ses sens surhumains. Elle n’aurait su dire de quoi il s’agissait, si c’était dans l’air, dans la lumière ou dans les manières pourtant exquises de ses hôtes, mais elle aurait pu jurer que c’était maléfique, et en bon dragon, elle avait tendance à accorder un certain crédit à ses intuitions. C’est pourquoi elle résolut de garder la tête froide et le corps alerte en retenant ses appétits.
Toujours est-il qu’à un moment, la reine porta un toast, que le transducteur exposa ainsi :
« Gloire à vous, noble capitaine Punch, et gloire à vos vaillants compagnons. Et puissent les générations futures, au cours des prochains siècles, garder la mémoire du fringant Disko. C’est de fort loin que vous êtes venus pour défendre la cause de la justice et de la vérité dans une lutte qui n’est pas la votre, et cela ne fait qu’ajouter à votre prestige, capitaine. Aussi, en ce jour solennel, et conformément à l’usage du Pom’Jobaar – traduction indisponible – j’ai l’honneur de vous décerner le titre de Héros d’Yshaloth. »
Un concert d’applaudissements et d’approbations viriles accueillit ces propos, que notre héros reçut avec joie et en rosissant de plaisir. Il est vrai que la modestie n’était pas sa qualité première, elle n’eut donc pas trop à souffrir de ces louanges.
« Et donc tantôt, tandis que vous vous dirigerez vers la ceinture de Deronios pour combattre... »
Mais alors même que la reine allait enfin dévoiler en clair le but de la mission, elle fut interrompue – à la grande irritation de Punch – par un sifflement strident, qui se mua bientôt en hurlement suraigu accompagné d’un grondement à faire trembler les vitraux délicats du palais. Cherchant des yeux la cause de ce vacarme, ils virent alors dans les cieux un panache de flammes et de fumée émis par la base d’un énorme engin conique qui décélérait en approchant verticalement de l’astroport. Peu avant qu’il ne disparaisse à la vue de nos héros derrière une colline proche, ils purent apercevoir d’immenses pieds téléscopiques sortir de la coque chromée et se déployer en vue de l’atterrissage. Pourvu que ce malotru n’aille pas endommager le Disko et sa très jolie mais très inflammable structure en résineux laqué !
« Palsembleu, mais il est donc encore vivant ?
- Madame, connaissez-vous donc cet astronef ?
- En effet, mais je le croyais disparu. Eh bien, on dirait qu’Yshaloth est une planète bien fortunée, puisque voici revenu le vaillant Flash Thunder et sa fusée cosmique ! »
C’était sans doute quelque chose dans la voix de la reine lorsqu’elle prononçait son nom, car même sans l’avoir jamais vu ni rien savoir de lui, le capitaine Punch vouait déjà à ce Flash Thunder une assez virulente exécration.
Tags: sauvageons
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 10 comments