aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Dans le saut depuis la tête du lion, tu te vautreras tout au fond

Hier, je suis allé au cinéma pour voir le premier film d'un jeune réalisateur Ouzbek sur la tragédie intime d'une jeunesse déboussolée en manque de repères dans une société deshumanisée qui la rejette. Mais comme y'avait trop la queue, je suis allé dans l'autre salle, où ils passaient Indiana Jones. D'où, la chronique.

D'habitude, dans un Indiana Jones, le film débute sur un fondu entre le logo de la Paramount, qui est une montagne, et une élévation de terrain similaire où débute l'aventure par une folle cavalcade. Là, le logo se transforme en... taupinière, d'où émerge un chien de prairie en images de synthèse. Nous sommes donc prévenus d'entrée : nous ne sommes pas dans un vrai film d'Indiana Jones, mais dans une parodie. La suite s'emploie à nous le confirmer.



OUI, Indiana Jones est un ARCHEOLOGUE


Où donc est passé Indy ? Le bon vieux Indy. Celui qui déchiquetait un boucher nazi à coups d'hélice d'avion ? Celui qui flinguait un enturbanné dans les tréfonds d'un souk ? Celui qui aplatissait un esclavagiste dans un concasseur et mitraillait des SS en veux tu en voilà ? Le teigneux qui faisait peur aux plus abominables canailles ? Où t'es passé, vieux ? Et surtout, où est passé le scénariste ? Vous savez, le gusse qui est payé pour que l'histoire d'un film veuille dire quelque chose, pour que les dialogues soient marrants... Comment ça se fait que les images de synthèse étaient mieux faites dans les trois autres, alors que justement, des images de synthèse, y'en avaient pas dans les trois autres ? Et John Williams, il était où ? Qu'est-ce qu'il a fait de neuf pour cette bande originale ? Vous pouvez me fredonner un seul air d'Indy IV vous ?

Oh, C'EST QUOI CE NAVET LES GARS ?

Bon, c'est un peu décousu car je suis encore sous le choc, excusez moi. Quelques exemples de trucs nazes qu'on trouve dans IJ4 et qu'on ne trouve pas dans les vrais films d'IJ :

- Un effet spécial numérique mal fichus à chaque trou de la pellicule (ah, les marionnettes de jadis...)
- Shia LeBeouf (c'est le nom de l'acteur) qui joue à Tarzan avec les singes.
- Et qui rattrappe les nazis que c'est pas des nazis mais des ruskofs et qui roulent en voiture.
- Et les gentils singes qui se battent contre les cocos, comme ça, par anticommunisme primaire.
- Les fourmis géantes que t'y crois pas, qui de boulottent un homme en deux secondes et qui sont complètement pompées sur les scarabées de "la Momie".
- Les sauvages sautillants dans les ruines de Nazca, on sait pas d'où ils sortent, on sait pas où ils vont, on sait pas ce qu'ils veulent, c'est qui ces mecs ? A part faire chier le héros, ils font quoi dans la vie ? Ils sont payés par le syndicat d'initiative ?
- Même question pour les sauvages de la cité d'or.
- Au fait, ils sont où les morts-vivants promis dans la bande-annonce ?
- Parce que si les sauvages, ce sont les morts vivants, comment ça se fait qu'ils se fassent tuer par les russes en deux coups de kalach ?
- Des aliens ???
- UNE SOUCOUPE GEANTE ????????
- INDY SE MARIE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! REMBOURSEZ !

Ce film est un ramassis d'incohérences. Je crois que la plus éminente est la suivante : apparemment, Oxley souhaite remettre le crâne de cristal à Akatoptepetl, là, dans le temple qui va bien. Indy aussi, car c'est un grand archéologue protecteur du passé, tout ça. Mais pour ça, il faut empêcher les Russes de s'emparer du crâne et de... le ramener... à la cité... Euh... Attendez, y'a comme un blème là. Il est CON Indy ou quoi ? Il veut empêcher les popov de faire exactement ce qui l'arrangerait ?

Bon, et puis je crois que le point le plus gênant, c'est cette pléthore de personnages inutiles. Il y a Mac, qui est bon-méchant-bon-méchant-bon-alcoolo, mais qui dans la pratique n'apporte rien à la narration. Il y a Oxley, dont on se serait volontiers passé des délires. Il y a le professeur Stanforth, qu'on ne voit pas assez pour s'attacher à lui et dont on comprend bien que s'il est là, c'est uniquement en guise de substitut à Marcus Brody (l'acteur est mort en 92). En présupposant qu'il fallait un arc familial au film, pourquoi Mutt et Marion sont-ils TOUJOURS dans les pattes du héros ? Indiana Jones est sensé être un solitaire, qui résoud ses problèmes en comptant sur ses propres ressources. Là, il est tout le temps secondé par un Wesley Crusher qui pue l'opération marketing à plein nez. C'est lassant. Quant à Galadriel, si elle fait de son mieux, elle est complètement sous-employée. On aurait pu trouver moyen de glisser une petite histoire avec Indy ou avec Mutt, une rivalité avec Marion... mais vous ne trouverez rien de tout ça. Apparemment, notre archéologue a des problèmes avec son manche ces derniers temps, les femmes ne l'intéressent plus. Oh, Harrisson, increase your manhood with Vi4gGrAa !



NON, Indiana Jones n'est pas un VIEUX CROULANT qui
se fait conduire chez le proctologue par son fils !


Pour ce qui est de l'humour, une composante primordiale du film d'Indy, la seule chose dont je me souvienne est une scène muette de douche - effectivement rigolote - et la scène des sables mouvants - lourdingue. Le reste du temps, en raison d'un arrêt de travail d'une certaine catégorie de personnel, le dialogue est réduit à sa plus simple expression.

Bon, il y a quand même de bons moments. Le coup de la bombe atomique est pas mal fait, spectaculaire et réaliste. La poursuite dans l'université est réussie et originale. Mais globalement, c'est triste à dire, mais dans le genre de film d'archéologue, Indy 4 est loin d'égaler ses prédécesseurs. Pour tout dire, il est en dessous de "la Momie" et rejoint péniblement Tomb Raider.

Ce qui bien sûr ne vous dispensera pas d'aller le voir.

PS : Et la scène avec la porte qui se referme et IJ qui rattrape le chapeau ? Elle est où ? REMBOURSEZ !
Tags: art
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 24 comments