aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

The Ordinaries 2.7

Fortune et gloire



Une heure plus tard, nos trois héros, assis au bord du trottoir jouxtant le terrain vague, étaient toujours trop accablés par les mauvais tours du destin pour se lever.
« On est vraiment nuls, dit Aloysius, dont l’éclat déclinait de minute en minute.
- Mais non, dit Malcolm. On manque un peu d’expérience, voilà tout.
- Ouin.
- Ah, cruelle désillusion ! Dit Karl, les yeux levés vers le ciel.
- C’est ainsi, il faut parfois savoir perdre. S’incliner avec élégance, c’est ça, être un homme.
- Ouin.
- Quelle pitié.
- Et toi, tu dis rien ? »
Cependant, Alex, qui était jusque là le plus dépité des quatre, était maintenant plongé avec une ferveur extatique dans la lecture du « Daily Journal », dont un exemplaire déchiré avait échoué dans le caniveau. Puis, entendant que ses compagnons l’interpellaient, il s’extirpa de sa contemplation, leur montra le journal, puis tenta de leur expliquer, mais il ne parvint pas à articuler.
Mais au bout d’un moment, les quatre garçons avaient compris. Et tous quatre, bouche bée, observèrent avec attention le manège de Luigi qui, dès potron-minet, ouvrait sa cabane à frites.

EDITION SPECIALE - DERNIER MINUTE
BEN LADEN ARRETE A PHILADELPHIE !


Le sinistre terroriste Usama Ben Laden, ennemi public numéro un selon la liste du FBI, chef du réseau Al Quaeda et suspecté d’avoir fomenté, entre autres, les attentats du 11-septembre, a été appréhendé ce matin à Philadelphie où, contre toute attente, il avait trouvé refuge depuis quatre ans.
Habilement grimé en restaurateur Italien, le maître du crime avait déjoué toutes les recherches et s’activait à monter une cellule terroriste Calabraise dans le nord-est de Philadelphie, quartier où s’est installée, ces dernières années, une discrète mais active communauté italo-musulmane.
Toutefois, son déguisement n’a pas suffi à tromper la vigilance d’un groupe de quatre jeunes super-héros Philadelphiotes, qui se sont emparés sans coup férir de l’apôtre de l’apocalypse, et après l’avoir maîtrisé, l’ont conduit dans leur véhicule jusqu’au poste de police du XIIe district pour le remettre aux autorités. Interrogé à leur sortie, le porte-parole de ces vaillants héros aurait déclaré : « vous savez, nous n’avons fait que notre devoir, nous sommes des citoyens ordinaires ».
Eh bien, citoyens ordinaires, nous vous souhaitons une bonne continuation, et puissiez-vous servir d’exemple à tous les philadelphipontains qui croient à tort que l’esprit civique s’est perdu !


Après un week-end bien rempli au cours duquel les Ordinaries avaient reçu, des mains du gouverneur, la Médaille d’Honneur de la Pennsylvanie, ils avaient finalement réussi à semer leurs poursuivants et étaient rentrés à leur QG, fatigués mais ô combien satisfaits de s’être fait un nom dans le milieu des super-héros. Et de quelle manière encore !
« Tu savais qu’il y avait une récompense, toi ? Demanda Aloysius après qu’il eut fini sa pizza.
- Une récompense ? S’étonna Alex.
- Ben oui, cette grosse valise que le monsieur du FBI nous a donnée avec cet air pincé, là.
- Ah oui, ben faut le comprendre, ça doit faire un peu mal au cul de se faire griller un coup pareil par des amateurs. Bah, généreux comme sait l’être le gouvernement, ça doit être des fausses plaques d’agents du FBI avec des billets pour une visite gratuite des locaux de l’agence. Elle est où la valoche ?
- Je l’ai rangée par là, attends... »
Malcolm se leva et alla fouiller dans le coffre à linge de madame Tornhill, puis il la posa sur la table, non sans avoir écarté les reliefs de repas et les dés à 12 faces.
« Et maintenant, messieurs, découvrons quel royal trésor notre quête nous a rapporté ! Hardis compagnons, ah, que ça vaut le coup la vie d’aventure, puisque nous avons gagnés à la sueur de notre front, merveille... »
Il ouvrit cérémonieusement la valise. Il commença un « Tada... » narquois, qui se perdit dans sa gorge. La valise était remplie de liasses de billets de 500.
C’était forcément de la fausse monnaie.
Le FBI faisant du recel de fausse monnaie ?
Ah non, c’était le coup classique du vrai billet qui est sur le dessus de la pile, mais dessous, c’est du papier journal découpé au format qui va bien.
Karl sortit une liasse et la battit. Point de papier journal.
Rien que des dollars tout ce qu’il y avait de plus américain. Tout neufs, tout frais, sortis la veille des imprimeries du Trésor.
« Alex, tu peux monter dans ta chambre vérifier si y’avait vraiment une récompense pour la capture de Ben Laden ? »
L’intéressé opina en silence. Il se leva, prit lentement l’escalier, puis les grimpa quatre à quatre dans un bruit de cavalcade effrénée. Il fallut cinq minutes, le temps d’allumer un PC et de faire une recherche sur wikipedia, avant qu’il ne redescende, blafard.
« Alors y’a une bonne et une mauvaise nouvelle. La mauvaise, c’est que diviser 25 millions en quatre, ça tombe pas juste... »

Ils passèrent une partie de la soirée à compter les billets. Certes, le FBI, ça inspire confiance, mais on ne sait jamais, une erreur est si vite arrivée. La somme était bien là.
« Fais gaffe, y’a encore des biftons qui s’échappent sous la table, là...
- Ouin.
- Quoi encore ? Dit Malcolm. C’est pas le plus beau jour de ta vie ?
- Mais... qu’est-ce qu’on va faire de tout ça ? Encore, mille dollars, j’aurais trouvé, mais...
- Ben...
- C’est très simple, dit Alex, défendre la veuve et l’orphelin !
- Tu veux les donner à une œuvre ? S’enthousiasma Karl. Quelle merveil...
- Mais non voyons, ne sois pas stupide. Nous allons nous acheter du vrai matériel de super-héros, et pourquoi pas un vrai repaire ! Parce que je sais pas vous, mais ça m’ennuierait un peu d’être dérangé par ma mère qui vient étendre son linge pendant que je suis en train de sauver le monde d’une invasion de mutants.
- C’est pas faux, dit Malcolm. Mais j’y pense, maintenant que le professeur Von Klug est mort, je suppose que son laboratoire est libre.
- Quoi, tu voudrais que nous investissions ce lieu souillé par le mal ?
- Pourquoi pas. C’est pas loin d’ici, c’est discret, c’est vaste et bien équipé. Et puis ça fait pro. C’est pas la station orbitale de la Ligue des Justiciers, mais bon, dans un premier temps, on fera avec.
- Ah, ouais, la station spatiale de la Ligue des Justiciers... »

Et tandis que dans le lointain se perdaient les rêves spatiaux d’Alex Tornhill, retentissait le vrombissement du hummer de son père, qui manifestait son intention absurde autant que ferme de s’approprier le garage.
Tags: the ordinaries
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 26 comments