June 29th, 2007

dollar

Jolie petite histoire

Il y a quelques mois, j'ai reçu un coup de fil d'un organisme qui se faisait fort d'étudier ma situation financière. Comme ça, gratuitement ! Des gens dont je n'avais jamais entendu parler et que je n'avais pas sollicité voulaient mon bien, c'est pas beau ces élans altruistes ? C'est pas émouvant tous ces braves citoyens qui veulent me faire faire des économies d'impôt ? Ah mais voilà, j'étais d'humeur chiffonnée ce jour là, et j'ai hélas assez mal reçu ce factotum en insistant pour savoir ce qu'il avait à me vendre. Car j'étais parti du principe que ce monsieur n'était pas un bénévole, qu'il touchait donc un salaire, et que pour le lui payer, son employeur devait donc vendre quelque chose à quelqu'un. Et donc, avant d'accepter de recevoir chez moi les "conseillers" de cette société, je m'étais enquis de ce qu'ils avaient à me vendre. Mais voilà, le téléphoniste avait refusé de me donner ce renseignement (que je lui avais demandé à plusieurs reprises) et du coup, un peu énervé, j'ai raccroché.

L'aventurette était plus ou moins sortie de ma mémoire lorsque je suis tombé sur cette jolie petite histoire.

Moralité : les seules bonnes affaires que l'on fait, c'est celles qu'on déniche soi-même. Une personne qui tient absolument à vous faire gagner de l'argent, ça a un nom : ça s'appelle un escroc. Moralité 2 : évitez l'immobilier. Moralité 3 : si vous avez suivi, ce monsieur a acheté son bien en 2001 et peine à revendre 20% moins cher aujourd'hui, ce qui jette comme un gros soupçon sur la réalité de la "hausse vertigineuse du mètre carré" à Toulouse, et ailleurs.