March 15th, 2008

Tintin moussaillon

Polésie (pouf pouf)

Le dormeur du VAL


C’est un trou de noirceur aux forts relents de bière
Aux odeurs enlacées de pisse et de graillon ;
En son cœur se lovent deux longs serpents de fer
Sur lesquels se trémousses un petit VAL mignon.

Un clodo vieux, vautré sur un banc, torse nu,
Le froid du mois d’Octobre rendant sa face bleue,
En écrase méchamment, serrant sa chère cornue :
Le litron de vin rouge qui l’a rendu heureux.

Les pieds contre une aïeule, il dort, souriant comme
Si un cadre bancaire lui donnait une somme
Rondelette, en billets de deux cents. Mal au foie.

L’envie de gerber fait frissonner sa narine ;
Son nez, ronde groseille couleur mandarine,
Goutte. Mais pourquoi ce banc est-il donc si étroit ?


Anatole Rimbaud