November 1st, 2008

Caturday

Fuck yeah, Kant !

L'autre jour, nous avons vu que Gilles Deleuze contestait - avec quelque argument - la qualité de philosophe à ceux qui s'intitulaient eux-mêmes "nouveaux philosophes", en qualifiant leur pensée de "nulle". Qu'est-ce qu'un philosophe, alors ? Je ne suis guère le mieux placé pour en parler. Toutefois, prenons un individu que tout le monde s'accorde à considérer comme un philosophe : Emmanuel Kant. Je ne vais pas rentrer dans les détails de sa démarche intellectuelle (d'une part je suis pas qualifié pour juger de sa pertinence, et d'autre part, j'avoue tout en ignorer). Ce que je sais de Kant, en revanche, c'est qu'il n'a pas passé toute sa vie à se branler la cervelle sur la congruence de l'âme à la consubstantialité de l'entéléchie, il a aussi réfléchi à d'autres problèmes. Par exemple, dans "Allgemeine Naturgeschichte und Theorie des Himmels" (Histoire naturelle générale et théorie des cieux), Kant, en 1755, se permet de proposer une théorie sur la formation du système solaire. Et en quelques mots, cette théorie s'expose ainsi : notre monde s'est formé par l'accrétion d'un nuage de gaz. En 1755. A une époque où on ignorait encore tout de la montgolfière. Le mec, entre deux volumes de philosophie, avait du monde une vision suffisamment claire pour échafauder une théorie qui non seulement s'est avérée vraie, mais n'a été prouvée qu'à la fin du XXe siècle !

Bref, Kant, c'était pas la moitié d'un con. En tout cas, c'est en vain que l'on cherchera dans l'oeuvre de BHL la trace d'une telle qualité intellectuelle.

Et maintenant, comme promis, caturday !