April 6th, 2009

artiste

...combat tous les méchants...

Hier, j'ai dépensé 4,90 euros et deux heures de ma vie à aller voir un film rien que pour en dire du mal sur mon blog, et le pire, c'est que c'était même pas assez mauvais pour être drôle.

Que dire de Dragon Ball Evolution ? Ça vole pas haut, on est bien d'accord. On se demande où sont passés les 100 millions de dollars de budget. Il faut avoir une certaine maîtrise de l'art de l'abstraction mentale pour considérer que cet ahuri d'ado amerloque est Songoku. Il faut faire fi de bien des préventions pour se faire à l'idée que Bulma a les cheveux noirs et défourraille dans tous les sens. Il faut oublier tous ses repères pour se pénétrer de la notion que Krilin... tiens, où il est celui-là ?

Bon, ça casse pas trois pattes à un canard. Mais bizarrement, c'est correctement fait. Les effets spéciaux sont honnêtes, les scènes de combat ne sont pas plus ridicules qu'ailleurs (en tout cas, pas plus que dans le manga), les acteurs ne jouent pas si mal que ce qu'on peut lire dans les critiques. Le scénario ne vous plongera pas dans des abîmes de perplexité shamayalanesques, mais il a sa cohérence interne et se tient à sa ligne, contrairement à d'autres (je pense au consternant Indiana Jules IV). Un honnête film d'honnête faiseur, un film pour gamins qui vous distrait aimablement pendant une heure et demie et qui a pour principal tort de s'appeler "Dragon Ball".

Alors oui, évidemment, les ados de 35 ans qui ont grandi devant les interminables aventures de Captain Studioline-effet-mouillé sur Namek vont hurler à la trahison et à l'abêtissement. D'accord, mais... honnêtement, à la base, Dragon Ball, c'est pas un peu couillon des fois ? Je vous parle du DB de base, celui avec le petit garçon qui a une queue. Si vous vous souvenez bien, c'était consciencieusement nigaud, ça aussi. Bulma était une peste aussi insupportable que dan le film. Yamcha était un voleur puant d'orgueil comme dans le film. Tortue Géniale était un obsédé sexuel comme dans le film. Et Goku un crétin de première qui faisait toutes les gaffes du monde et qui a une gueule d'abruti, comme dans le film (l'acteur n'a même pas l'air de se forcer, c'est stupéfiant de maestria). Et à bien y réfléchir, le monde présenté dans le film ressemble assez - les gueules d'animaux en moins - à celui du manga.

Bref, si vous avez des gamins, vous êtes autorisés à les y emmener, sinon, ça vaut pas le coup de s'user le chibre, y'a pas la queue d'un super-guerrier.



Ah oui sinon, au début du film, on peut voir quelques bagnoles curieusement choisies. Ici, on peut voir une renault, mais on peut aussi admirer à deux reprises une 206 cc grise toute mignonne. J'ai failli en acheter une.