December 14th, 2009

artiste

Fais ce qu'il te plait

Il faut incontinent que je vous parle d'un très beau et très oublié film de science-fiction : Lifeforce (1985), de Tobe hooper.

[Vous seriez pas un peu de la jacquette ?]


Le générique s'ouvre par le logo de la Cannon, cultissime compagnie de Menahme Golan et Yoram Globus, chère aux coeurs des cinéphiles pervers pour avoir inondé l'univers d'invraisemblables nanards de ninjas, de vengeurs post-apocalyptiques, de vietnameries, d'heroic-fantasy à ventouses tentaculées, de polars foireux et autres attaques de zombies. C'est plutôt à ce dernier sous-genre qu'appartient "Lifeforce", sans toutefois s'y limiter. Cela dit, mettons les choses au clair : Lifeforce n'est PAS un nanard.

[Un logo prometteur]


Car si l'argent vient des USA, "Lifeforce" est un film essentiellement britannique, se déroulant à Londres pour, et mettant en scène des comédiens du cru. C'est un des points forts du film, car contrairement à l'acteur ricain, qui est livré en trois modèles de visages différents qui déterminent son emploi dans les films, son homologue rosbif a bien souvent une vraie trogne, une gueule de type normal, bref, c'est le mec qu'on croise au coin de la rue. Du coup, il est impossible de déterminer a priori si le personnage qu'on nous présente est le gentil ou le méchant rien qu'à la tenue de son brushing, comme c'est toujours le cas chez les yankees, ça repose.

[L'attaque du psylo géant]


L'argument n'est pas délirant d'originalité : une mission spatiale part visiter la comète de Halley. Dans la queue de celle-ci, ils découvrent un gigantesque (150 km de long) vaisseau spatial en forme de psilocybe. A l'intérieur (car bien sûr, ils entrent, ces cons), ils découvrent des cadavres d'aliens chauve-souritesques flottant dans le vide, ainsi qu'une grande salle où ils découvrent trois cercueils de cristal, occupés par deux hommes et une femme (humains) en animation suspendue. Ils décident d'embarquer le blot. Un mois plus tard, le vaisseau spatial approche de la Terre, mais ne donne plus signe de vie. La NASA envoie Columbia prendre des nouvelles, mais les vaillants astronautes ne découvrent que des cadavres calcinés, et les trois sarcophages intacts, avec toujours leurs occupants. Une capsule de sauvegate est manquante. On décide de ramener tout ça sur Terre, à Londres, au centre de recherche de l'ESA, mais alors qu'on discute de l'opportunité d'autopsier la fille, celle-ci se réveille, et absorbe l'énergie d'un malheureux redshirt qui passait par là, n'en laissant qu'une carcasse répugnante. Après quelques péripéties, la vampire de l'espace s'évade du complexe. Or, deux heures plus tard, tandis qu'un brave médecin tente de l'autopsier, le redshirt vampirisé se réveille et suce à son tour la force vitale (d'où le titre du film) du docteur. Apparemment, les victimes de la vampirette deviennent des zombis ! Qui, dans la tradition romérienne, sont friands d'humains. Nos héros parviendront-ils à sauver l'humanité de l'infection zombie qui menace ?

[Zombie Autopsy]


Bref... ce film a plein de qualités. J'ai parlé des acteurs, mais les amateurs de SF seront ravis de retrouver un vieil ami, alors inconnu et à l'orée d'une gloire internationale, à savoir Patrick Stewart, alias le capitaine Jean-Luc Picard de l'USS Enterprise.

[Mods are asleep, post CP]


L'ambiance générale est assez particulière, se rattachant plus à la tradition du film populaire britannique - dont ce fut le chant du cygne - qu'au blockbuster hollywoodien. Cette parentée est tout à fait assumée, avec des scènes proches du vampirisme le plus classique - Peter Cushing et Christoper Lee ne sont pas loin. A ce titre, Lifeforce ne manque pas d'intérêt pour le cinéphile, et pas seulement nanardeux.

[Classicisme gothique]


Les amateurs de SF pure et dure ne sont pas en reste, car l'astronef Churchill - qui découvre les aliens - est relativement réaliste. Il s'agit de toute évidence d'une navette spatiale modifiée, peut-être plus grosse que l'original, propulsée par un "moteur NERVA" qui fournit une accélération constante, et par là, une gravité artificielle. Fait remarquable, ce moteur n'est pas une invention des scénaristes, mais un véritable projet de la NASA pour un moteur nucléaire. Ce moteur est même situé sous le ventre de la navette, pointé vers le bas, justifiant le sens de ladite gravité à l'intérieur du vaisseau. Autre fait remarquable, je pense que "Lifeforce" est le seul film de SF mettant en scène l'agence spatiale européenne.

[The Churchill (not piloted by captain Picard)]


Enfin, la fin du film décrit Londres en proie à une apocalypse zombie de très bonne tenue, et pour un Français ayant du coeur, c'est toujours un réel plaisir de voir tous ces rosbifs se faire bouffer.

[Zombie Apocalypse]


Bref, je ne sais trop comment exprimer à quel point "Lifeforce", c'est bien, et qu'il faut voir ce film. J'aimerais pouvoir partager plus avant cette...

Ah si, encore un truc, la vampire de l'espace est jouée par la toute jeune Mathilda May.

Voilà, c'est tout.

-oOo-


Ah non, encore un détail quand même : dans un souci de réalisme tout à fait louable, les scénaristes ont tenu à indiquer clairement au spectateur que la vampire de l'espace ignore les conventions sociales propres à l'humanité, ce qui renforce l'étrangeté surréelle du personnage. Pour cette raison, et en accord avec le département "costumes" de la Cannon, il a été convenu que Mathilda May s'en passerait. De costume.

Je veux dire qu'elle est nue pendant quasiment tout le film.

Attends, je veux pas dire "un léger voile de gaze galbait le machin-chose", ni "fugacement déshabillée dans une scène de vampirisme" ni "dans l'ombre au détour d'une crypte". Je veux dire nue comme Emmanuelle Béart dans "La belle noiseuse". NUE COMME UN VER.

Et force nous est de constater que Mathilda May en 85, y'avait pas grand monde qui pouvait s'aligner (du reste elle est toujours fort bandante à 45 balais).

Reste toutefois un mystère à résoudre autour de "Lifeforce" : qu'est-ce que vous foutez encore à glander en lisant mes conneries ? Comment ça se fait que vous êtes pas déjà en train de le commander sur Amazon ?