December 15th, 2009

ménagère

L'esprit de Noël

Trois liens utiles :

1
2
3

...si comme moi vous souhaitez débarrasser votre rue de ces nuisibles oisifs, bruyants et malodorants qui agglutinent par grappes leurs duvets crasseux en importunant les honnêtes gens. C'est vrai que quand on paye des mille et des cents pour se loger à Paris, on se dit au bout d'un moment que c'est sûrement pas pour enjamber les clodos qui squattent le pas de porte.

Notez que la solution proposée est assez semblabe dans son principe à celle apportée à la question des pigeons. L'analogie entre traîne-misères et rats volants ne s'arrête pas là cependant. En effet, il ne vous aura pas échappé que le nombre de mendiants était en croissance constante. Jadis, seuls quelques rares marginaux barbus vous apostrophaient pour faire le plein de leur litron, c'était folklorique. Aujourd'hui, impossible de faire un pas sans se faire emmerder par un accordéoniste, une roumaine qui vous demande si vous speak english, ou simplement, un de ces jeunes que la honte n'étouffe pas de vous taper de dix balles pour payer leur mobicarte. Il m'est venu à l'esprit que la principale raison qui expliquait cette pullulation, c'était que trop d'imbéciles donnait encore à ces parasites. Si une mémère à pigeons sème ses quignons, certes, moins de pigeons mourront de faim aujourd'hui, mais demain, ils seront deux fois plus nombreux, c'est une progression géométrique. Il en va de même des mendiants. Voici pourquoi je propose qu'on interdise la mendicité. Qu'on interdise de faire la manche, et surtout, qu'on interdise aux gens de donner inconsidérément.

Joyeux Noël.

-oOo-


Ouais, je sais, et je vous emmerde. Mais au moins j'ai une VRAIE raison d'être de mauvais poil.
dollar

Devoir d'éco

Cet imbécile est un con. Devinez pourquoi, et tirez-en des enseignements utiles.



Corrigé :

Il y a en fait deux éléments qui invalident son analyse.

- En premier lieu, son intervention date du 13/11. Depuis, il y a eu le krach de Dubaï, et pourtant, la bourse est toujours aussi haute et repart de plus belle. On peut donc considérer que les faits lui ont durablement donné tort, ce qui implique que la hausse est issue d'un mouvement de fond, et non d'un épiphénomène bullesque.

- Deuxièmement, si on écoute bien les propos de cet individu, on voit qu'il justifie son opinion à l'aide d'indicateurs qui ont tous un point commun : ils sont américains. C'est le chômage AUX USA, c'est les taux directeurs DE LA FED, c'est le chiffre d'affaire des entreprises AMERICAINES, même la hausse de l'or, c'est essentiellement dû à la baisse DU DOLLAR. Tout ça pour expliquer que le Standard&Poors (indicateur boursier AMERICAIN) ne baisse pas. Or, et c'est là le fait nouveau, l'Amérique, tout le monde s'en fout - ou en tout cas, c'est plus là que la pièce se joue. Ce monsieur ne l'a pas encore compris, et il continue à analyse le monde en mettant le doigt dans le cul de l'Université du Michigan pour connaître la confiance des consommateurs yankees. Les entreprises ricaines sont mondialisées, comme les autres. Elles n'ont pas un besoin vital des consommateurs US, du moment qu'il y a des clients solvables quelque part, et c'est pour ça qu'elles continuent à faire du profit.