January 12th, 2010

Papy Asp

Stalingrad, c'était l'enfer.

[Stalingrad, c'était pas une bataille de gonzesses]


A la fin, on n'avait fusil - de toute façon, ça faisait longtemps qu'on n'avait plus de munition. Alors, on se battait contre les boches en utilisant, en guise de massues, les membres gelés de nos camarades morts. Et on s'estimait heureux ! Parce qu'en face, c'était pire, vu qu'ils avaient mangé leurs camarades, et qu'ils se battaient rien qu'avec les os. Mais quand on raconte ça aux jeunes, y vous croient pas.

Vous aussi, édifiez la jeunesse incrédule, racontez-leur vos anecdotes de Stalingrad. Pour ceux d'entre vous qui étaient en service au 47e Régiment de Tirailleurs Planqués de Bayonne, vous pouvez inventer.