March 7th, 2010

Zongo

Post légèrement atrabilaire



J'ai toujours été stupéfait de l'invraisemblable prétention de ces traîne-misères qui nous cassent sans vergogne les noix dans les transports et qui espèrent de surcroît que nous les rétribuions pour ce faire. Mais les plus effrontés de ces casse-couilles sont sans doute les musiciens du métro. Ainsi l'autre jour, déjà passablement agacé par le fait de devoir me rendre à mon labeur, voici que l'un de ces romanichels envahit la rame de son odorante présence et, armé de son crin-crin et d'un aplomb sans borne, se mit en devoir de nous exécuter un pot-pourri d'airs "de son pays". Pourri, il l'était assurément, et exécuter n'était pas un mot trop fort tant ce peigne-cul prétendant vivre de musique y montrait pourtant la plus totale incompétence. Certes, l'interprète a droit à quelques licences qui font tout l'os de son art, mais en l'occurrence, quel piteux étalage de rythmes approximatifs, de liaisons douteuses, d'harmonies manquées, voire de notes manquantes ! Le comble fut atteint lorsque ce loquedu crut bon d'achever son concerto par un classique "Hava Nagila" qui relevait sans doute des tribunaux au titre de l'injure antisémite. Notez qu'à sa manière, il luttait contre les préjugés attachés à sa race : qui donc, l'ayant entendu ce matin là, pourrait encore évoquer l'atavisme musical des gitans ? D'un autre côté, c'était peut-être un vulgaire Indien déguisé.