January 30th, 2011

facepalm

Renaruséquifésaloi... ♣♣♣♣


Californie, 1816. C'est une époque de trouble pour la colonie espagnole, qui a vu s'installer sur son sol toutes sortes d'aventuriers. Parmi eux, nombre de pauvres gens, fermiers, éleveurs, gens du peuple, mais aussi un marigot putride peuplé d'aristocrates décadents, d'affairistes sans scrupules et de malfrats prêts à tout pour se faire une place au soleil. Oui, la vie est dure, si loin de la déliquescente couronne d'Espagne, la vie est dure au soleil de Californie pour les peones. Mais dans leur malheur, il reste toutefois un espoir, un champion, un héros, un défenseur de la veuve et de l'orphelin.

Car si, à la ville, Don Pedro de la Vista n'est que le fils insouciant et fantasque de son noble père, un propriétaire respecté dans la région, lorsque vient la nuit, il endosse l'habit noir du justicier, saute sur son cheval, et sillonne la campagne en redressant les torts et en terrorisant les méchants. Les regards des enfants, admiratifs, se tournent sur son passage, les dames se pâment, les hommes retrouvent courage. Son nom, il le signe à la pointe de l'épée, d'un S qui veut dire Sourezzo !

Oui, mais quel drôle de nom, tout de même.

Ne souffle pas, Bernardo.