July 24th, 2011

illuminati

Alternate ending


" ...Dans ce cas, dit Erestor, il n'y a que deux solutions, comme Glorfindel l'a déjà déclaré : cacher l'Anneau pour toujours, ou le détruire. Mais toutes deux sont hors de notre portée. Qui résoudra cette énigme pour nous ?
- Personne ici ne le peut, dit Elrond avec gravité. Tout au moins personne ne peut prédire ce qui se passera si nous prenons telle ou telle route. Mais il me semble voir clairement à présent laquelle nous devons prendre. La route de l'Ouest paraît plus aisée. Il faut donc l'éviter. Elle sera surveillée. Les Elfes ont trop souvent fui par là. Maintenant, en cette ultime circonstance, il nous faut prendre une route ardue, une route imprévue. Là réside notre espoir, si tant est que c'en soit un. Nous engager dans le péril - aller vers le Mordor. Il nous faut envoyer l'Anneau au Feu.

Le silence tomba de nouveau. Frodon, même dans cette belle maison, qui donnait sur une vallée ensoleillée, emplie de gazouillis d'eaux claires, sentit son cœur envahi de ténèbres. Boromir s'agita, et Frodon tourna son regard vers lui. L'autre tripotait son grand cor, le sourcil froncé. Finalement, il éleva la voix :
" Non mais sinon, j'ai une autre solution plus simple. Frodon, donne-moi l'Anneau.
- Ah, OK. "
C'est ainsi que Frodon Sacquet, Fils de Drogo Sacquet et de Primula Brandebouc, transmit l'Anneau Unique à Boromir, fils de Denethor, gardien de la Tour Blanche. Aussitôt, celui-ci l'enveloppa dans un coffret fait d'ajonc tressé et de feuilles de saules, et ceci fait, se rendit d'un pas décidé vers la gare SNCF de Fondcombe, que les Elfes dans leur langue appelaient Imladris. Il la contourna, jusqu'à arriver au dépôt de la SERNAM sis un peu plus loin, où il remplit le formulaire et paya deux pièces d'or pour qu'on expédie le colis à Sauron le Nécromancien, forteresse de Barad-dûr, Plaine de Gorgoroth, Mordor.

Et nul ne revit jamais plus l'Anneau.