February 18th, 2012

facepalm

Il est grand, le mystère de la foi


Au premier jour, Sainte Ursuline de Padoue eut aux mains les stigmates du Christ, et se tordit dans les tourments de la crucifixion jusqu'au soir.
Au deuxième jour, les stigmates avaient disparu de ses mains, mais étaient apparus sur ses pieds, et toute la journée, elle endura le supplice.
Au troisième jour, les trous de ses pieds s'étaient refermés, mais c'est à son front que s'imprimait la marque de la couronne d'épines.
Au quatrième jour, son front avait retrouvé sa virginale blancheur, tandis que sur son dos s'imprimaient les marques infamantes de la flagellation.
Au cinquième jour, elles avaient disparu, mais à son côté était apparu le fatal coup de lance qui abrégea le calvaire du fils de Dieu.
Au sixième jour, éclaira d'un jour nouveau la montée en puissance du prolétariat ouvrier dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Glosez, théologiens amateurs, sur ces prodiges. ♣♣♣♣

-oOo-

C'était pourtant facile, je suis déçu. Eh oui, plaie mobile, en avant les histoires.