February 28th, 2012

facepalm

Pour rebondir sur le sujet d'hier

Hier, l'un des contributeurs évoqua le cas de l'enfarineuse de Lille. Voici son site. Effectivement, elle en tient une couche. Témoignages à charge de la prévenue :

"La perception de graves difficultés relationnelles avec ma famille et mon entourage proche s’est faite très tôt mais les réponses que j’ai tenté d’apporter à ces difficultés sont longtemps restées décalées par rapport à la gravité de l’hostilité que je rencontrais.

J’ai d’abord cherché à me dégager de la dépendance financière et affective qui me liait à mes parents. J’ai essayé de changer de relations et de camarades après avoir vécu des conflits, et j’ai souvent rompu les ponts avec des personnes que j’avais un temps fréquentées, accentuant mon sentiment de solitude et d’abandon. Face à ces échecs relationnels, je me suis ensuite remise en cause, de façon personnelle, et j’en suis arrivée à accepter de consulter des psychiatres, ultime démarche qui a enterré mon espoir de me dégager de l’emprise de l’Éducation nationale, puisque ce sont eux, au finish, qui m’ont trahie et livrée sur la scène publique. "


Elle a un passé psychiatrique ? Ça alors, qui l'eut cru ?

"1. A l’origine, une jalousie de collégienne dont les calomnies ont été encouragées, tout au long de nos études secondaires, par son entourage familial, lié à l’Education nationale.

2. Ma propre famille qui, bien qu’informée des médisances, ne m’a pas fait part de ce qui se disait et m’a calomniée à son tour.

3. Une cabale lancée contre moi par des étudiants que j’ai côtoyés en Hypokhâgne et en Khâgne au lycée Michel Montaigne de Bordeaux.

4. Le recours aux manipulations qui ont dû commencer dès l’adolescence, sans que je m’en rende compte, et qui sont devenues méthodiques et monstrueuses à partir du moment où j’ai consulté un premier psychiatre, lié à un réseau d’intellectuels de l’Education nationale.

5. Enfin, à toutes les étapes, une misogynie révoltante, avec son lot de lieux communs, préjugés, insultes récurrentes..."


A voir aussi sa vidéo (suite à un complot socialocommunisse de l'éducation nationale, elle est difficilement audible)

Encore un de ces inadaptés sociaux qui croit que le problème, c'est toujours les autres.


Bon, c'est pas tout ça, mais quelques devinettes :

  • Citez un dictateur éclairé ♣♣♣♣
  • Pourquoi le cyclobenzo bis-azobutyronitrilate de phosphoéther 1,3,6 propanone n'est-il jamais content ? ♣♣



Bon, alors résultats du jeu con : le dictateur éclairé, c'était Nampouléon Bonaparte, et le cyclobenzo bis-azobutyronitrilate de phosphoéther 1,3,6 propanone n'est jamais content parce que c'est juste une molécule qui râle.