November 22nd, 2012

pape

Mon sentiment (vrai) à propos du mariage homogay.


Bad Luck Asp

Au début, j'y étais vaguement opposé. D'une part pour une raison organique, à savoir qu'un mariage, ça sert à élever des mioches, et qu'il est difficile de se reproduire entre personnes du même sexe. Et ensuite pour la raison que je suis opposé au mariage en général, car j'estime que l'Etat n'a pas son mot à dire dans les histoires de quéquette. Mais fondamentalement, j'en avais pas grand chose à foutre.

Puis, en juin, je suis allé photographier la gay pride, et je ne sais si ce sont les accents entêtants de la techno Allemande, quelque vapeur de popper qui flottait dans l'air ou la vision de croupes musculeuses moulées dans des petits shorts à la Kylie Minogue, mais mon regard sur la chose a changé. J'y suis devenu vaguement favorable. J'ai compris, en effet, que le sujet n'était pas de savoir s'il fallait donner aux gayzélesbiens le droit de vivre en couple. Ce droit ils l'ont déjà de par le fait que nous ne vivons pas dans un pays de métèques d'une part, et que le PACS c'est pas pour les chiens d'autre part. Mais le mariage est différent du PACS, qui est un dispositif légal purement technique. Le mariage, en effet, sanctifie une union normale. La société reconnaît par lui le fait que l'union de deux individus n'est pas seulement tolérée, mais légitime. Ce n'est pas ici le mariage qui est en jeu, et les cathos l'ont fort bien senti, mais le statut même de l'homosexualité dans notre société. Tant que les pédés se pacsent, ils jouissent d'un régime de tolérance de la part de la société que d'aucuns rêvent encore Catholique et Romaine. S'ils se marient, cela signifie que la vie gaie devient conforme à la norme sociale, ce qui leur est intolérable car en désaccord frontal avec la vision religieuse de la société occidentale. Pis encore, le premier mariage homosexuel marquera une étape définitive, car il sera irréversible. D'aucuns peuvent encore fantasmer sur le retour à l'ordre morale lepéno-boutiniste qui abolirait le PACS honni et renverrait les invertis se tripoter clandestinement dans les backrooms enfumés de quelques quartiers interlopes. Mais si mariage il y a, il sera impossible à quiconque, sinon les époux, de le dissoudre d'autorité.

C'est contre cet effet de cliquet que la France réac est vent debout, assez justement si on se place de leur point de vue.

Bon, maintenant, moi, ce qui fait chier les bourgeois et les curés, je suis plutôt d'accord par principe...



also this