January 8th, 2015

Fermé

Je me demande si nous ne sommes pas un peu dirigés par des incapables

Notre classe politique est-elle à la hauteur de la situation en France ? Oui, je le pense. Constatant que nous plongeons dans les abîmes du 36e dessous, j'estime que nos élites sont à peu près à ce niveau là en effet.

Lundi, Hollande se félicitait de diriger la 5e puissance mondiale. Mardi, nous passions 6e. Ce même mardi, Hollande nous expliquait qu'il soutenait toujours "l'opposition" en Syrie, le lendemain, des membres de cette même "opposition" liquidaient 12 personnes à Paris. Je ne vois pas comment mieux démontrer l'ineptie de notre classe dirigeante. Tout ce qu'ils savent faire, c'est utiliser la parole. Parler. Choisir leurs mots. Changer leurs mots. Changer le sens des mots pour leur faire dire ce qu'ils souhaitent, pour qu'on ne les comprenne plus. Parler. Interdire aux autres de parler. Faire taire.

Sauf que c'est bien beau, de parler, mais au bout d'un moment, il faut agir. La parole, c'est du vent, et les récents événements nous rappellent que non, la plume n'est pas plus forte que l'épée. Pour employer leur vocabulaire pourri, "le réel" finit par s'imposer. Si vous voulez bâtir un monde de mensonge et de fantasmes et y enfermer tout un peuple béat et ravi dans l'illusion d'une félicité aux tons pastels, vous avez intérêt à vous appeler Walt Disney Company, mais si vous êtes les amateurs peu doués de l'UMP ou du PS, le château de la Belle au Bois Dormant va vite se craqueler et vous retomber sur la gueule. La dette Française dépasse 95% du PIB, on nous raconte que ce n'est pas grave. Nos voisins ont l'air de trouver que c'est grave, mais ils n'y comprennent rien, ils n'ont pas fait Normale Sup. 32% du PIB va dans les dépenses sociales pour acheter la paix civile, c'est le record du monde. Donc on est priés de croire qu'on vit dans un pays enchanté où on a le meilleur système de santé du monde et le droit opposable au confit de canard à tous les repas. C'est grâce à ça qu'on n'a plus en France ni pauvreté, ni violence, et que tout le monde a confiance en l'avenir, pas vrai ?

Et puis, il y a l'immigration, dont on n'a pas le droit de parler parce qu'elle n'existe pas, mais qu'elle est une chance pour la France, parce qu'on manque de main d’œuvre, et qui ne pose aucun problème parce que charger 200 000 personnes de plus tous les ans (sans compter les clandestins), ça peut se faire à périmètre constant, sans créer plus de route, d'hôpitaux (que le monde nous envie puisqu'on a le meilleur système de santé du monde), de trains, de logements, d'écoles, d'emploi... ils n'auront qu'à se presser un peu. Les Français les accepteront, on n'aura qu'à dire que la France a toujours été peuplée de Bambaras et que la Cathédrale de Chartres a été construite par les Atlantes pour servir de terrain d'atterrissage à OVNIs. Certes, ils ont des coutumes bizarres et une religion étrangère, mais bon, les gens sont tous des machines à PIB à peu près interchangeables. Après tout, l'immigration (qui n'existe pas) n'a rien à voir avec l'Islam, qui n'a rien à voir avec le Coran, qui n'a rien à voir avec les musulmans, qui n'ont rien à voir avec l'islamisme, qui n'a rien à voir avec le terrorisme, qui n'a lieu que dans des pays lointains et barbares et qui donc ne nous concerne pas. C'est pas parce qu'il est toujours chômeur à 30 ans dans une cité de merde qu'un jeune arabe part en Syrie violer des petites filles et revient coller une balle de kalachnikov dans le crâne d'un dessinateur de 80 balais. C'est parce qu'il est stigmatisé par Zemmour, vilipendé par Houellebecq et encouragé par Dieudonné.

C'est tellement plus simple de trouver des coupables que de trouver des solutions.

Le chômage n'a longtemps été qu'un marronnier folklorique pour amateurs de gros cégétistes avec un accent rigolo sous des banderoles dans des cours d'usine en Lorraine. C'est devenu un drame national quand les journalistes ont commencé à être touchés. Alors peut-être qu'aujourd'hui, ils vont commencer à aborder les problèmes de sécurité autrement que par le prisme du "ça fait le jeu du Front National". Peut-être qu'ils vont abandonner leurs chasses à courre en meute, leurs polémiques sans objet sur un mot pas même prononcé, leurs listes noires de gens à ne pas inviter et de mots tabous, leurs dictionnaires de réponses toutes faites et leurs encyclopédies des faux problèmes. J'y crois. Hein ?

Non, j'y crois pas en fait.

Je ne crois plus dans ce pays.




Un chat rigolo


Je ne suis pas Charlie, mais j'ai encore un peu de mal à visualiser comment on peut tuer Wolinski, par exemple.